Un agresseur s’en prend violemment à une employée de McDonald’s, ancienne boxeuse

Une employée de McDonald’s qui a envoyé une succession de coups de poings à un sans-abri violent qui lui avait sauté dessus et arraché sa chemise, a été identifiée comme une ancienne boxeuse.

Yasmine James a été filmée la veille du jour de l’An au McDonald’s de Saint-Pétersbourg, en Floride, alors qu’elle se battait contre un homme qui avait attrapé ses vêtements et l’avait presque tirée par dessus le comptoir.

L’agresseur a été identifié dans les médias locaux comme étant Daniel Taylor, un sans-abri de 40 ans.

Le témoin Kinie Biandudi a filmé l’altercation et partagé les images atterrantes sur les médias sociaux.

« On a entendu la jeune fille dire qu’elle avait l’habitude de boxer. Après cette bagarre, il est revenu et est allé derrière le comptoir et a essayé de se battre contre le manager », écrit Kinie Biandudi sur Facebook.

Dans la vidéo virale, qui, au moment du reportage, a recueilli plus de 3 millions de visites, Daniel Taylor saisit Yasmine par le col de sa chemise et la traîne presque par dessus le comptoir. Elle résiste, et l’agresseur continue d’empoigner sa chemise, elle lui lance une avalanche de coups de poings au visage et à la tête.

On entend les gens en arrière-plan appeler la police alors que la femme cogne son agresseur et exige qu’il « cesse de l’embêter ».

« Tu vas aller en prison »

« Lâchez-la », une voix se fait entendre alors qu’un collègue empoigne Yasmine et qu’un autre s’approche de M. Taylor et interrompt la confrontation. Un autre employé escorte Yasmine, visiblement bouleversée, pendant que le gérant vient interroger le client sur sa commande, avant de jeter un coup d’œil au reçu.

La femme retourne au comptoir et, tandis qu’elle cherche son téléphone sur le sol, un Daniel Taylor défait crie : « Je veux qu’elle soit virée. »

Mais la femme a répondu en criant : « Non, tu vas aller en prison ! »

Daniel Taylor lance alors une autre insulte à la femme, et la vidéo prend fin.

M. Taylor a été arrêté et accusé de deux chefs de voies de fait simples.

McDonald’s a depuis publié une déclaration dans laquelle il affirme que sa première priorité est la sécurité des employés et des clients.

Kinie Biandudi a publié une mise à jour de son message original, précisant que Yasmine n’avait pas été licenciée.

« L’employée n’a pas été congédiée ! C’est vraiment arrivé hier soir pour tous ceux qui me demandaient… tout a commencé parce qu’il voulait une paille ! »

L’agresseur a toutefois été arrêté et incarcéré dans la prison du comté de Pinellas. Il aurait également donné un coup de pied dans l’estomac à un autre employé alors qu’on l’escortait dehors, a rapporté ABC30, et fait maintenant face à deux chefs de voie de fait.

Daniel est maintenu en détention sous caution de 1 000 $ (876 €) et a également écopé d’une charge de commissariat de 11 dollars (9,64 €), selon les dossiers de la prison, d’après le Daily Mail.

Daniel aurait également reçu l’ordre de ne pas s’approcher de la victime ni du restaurant McDonald’s.

« Notre priorité absolue est toujours la sécurité et le bien-être de nos employés et de nos clients dans nos restaurants », a déclaré un représentant de McDonald’s, cité par WPLG. « Nous avons été en contact avec la police et coopérons pleinement à son enquête. »

« Battu et volé »

Sur Facebook, une femme que l’on croit être la mère de Daniel a posté le lendemain, le jour de l’An, que son fils était « sans-abri depuis un certain temps » et « n’a pas réussi à trouver un emploi ».

« Mon problème, c’est qu’il m’a appelée hier soir vers 18 h 30 », a écrit Doraetta Hesse. « Il avait été battu et volé. Il m’a dit qu’il allait appeler les urgences. »

La femme a dit qu’elle avait essayé d’appeler et d’envoyer un texto, mais son fils n’a pas répondu.

« Je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis. J’ai appelé trois hôpitaux de la région sans succès », dit-elle. « Ils ont dit que s’ils trouvaient son corps, ils me le feraient savoir. »

Un homme que l’on croit être le frère de l’agresseur, James Taylor, a ajouté une photo de Daniel Taylor sur le message de Doraetta Hesse sur Facebook, incitant Donna West à afficher une capture d’écran d’un article de nouvelles avec le titre, « Le sort s’est retourné contre le client agressif de McDonald quand il s’est emparé violemment d’une employée la poussant à exercer son droit de défense légitime et à le maîtriser… « 

« Oui, il est en sécurité en prison », ajoute Donna West. « Je suis désolée que ta mère ait été soumise à un stress et à des soucis inutiles. »

« Elle va mieux maintenant qu’elle sait qu’il est encore en vie », a répondu l’homme que l’on croit être le frère du détenu.

Tout ça pour une paille

Kinie Biandudi, le témoin, a dit à Fox2News que l’altercation avait commencé au sujet d’une paille.

« Il criait et se dirigeait vers le comptoir et la jeune femme derrière le comptoir lui disait que c’était la loi maintenant que nous n’avions plus le droit d’avoir des pailles dans le vestibule », a-t-elle déclaré au journal télévisé.

« Ils ont commencé à échanger des mots empreints de blasphèmes et il a dit qu’une telle loi n’existait pas alors qu’elle disait que oui, c’était une loi », a dit Kinie Biandudi.

La nouvelle loi est entrée en vigueur le 1er janvier à Saint-Pétersbourg et stipule que les restaurants ne peuvent pas mettre de pailles à la disposition des clients à volonté. Les gens doivent plutôt demander des pailles.

D’ici 2020, les pailles en plastique seront complètement éliminées.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Pas-de-Calais : trois pompiers agressés pendant une intervention
dans un foyer dédié aux demandeurs d’asile

 
VOIR AUSSI