Essonne : des élèves découvrent des insectes dans leur assiette à la cantine

Par Léonard Plantain
22 septembre 2022 19:43 Mis à jour: 22 septembre 2022 19:43

Mardi 20 septembre, dans un lycée de Savigny-sur-Orge en Essonne, des élèves ont eu la mauvaise surprise de retrouver des dizaines d’insectes morts dans leurs assiettes. « C’est entre le moucheron et la larve », a déclaré l’un d’eux.

Ce mardi, à l’heure du déjeuner, les élèves du lycée Gaspard-Monge à Savigny-sur-Orge ont passé un très mauvais repas. En effet, alors qu’ils venaient de s’attabler, plusieurs élèves ont senti quelque chose d’étrange pendant qu’ils mâchaient. En y regardant de plus près, ils alors eu la mauvaise surprise de découvrir des insectes.

Rapidement, la réaction des élèves ne s’est pas fait attendre. « Quand mon pote l’a senti sous sa dent, il s’est dit : ‘C’est croustillant’. Puis il a regardé de plus près… », « On était tous dégoûtés », « C’est entre le moucheron et la larve », « On est dans Koh-Lanta ou quoi ? », ont déclaré les élèves, dont certains ont publié des vidéos sur les réseaux sociaux :

De son côté, la région Île-de-France, qui s’occupe de la gestion des cantines des lycées, n’a pas confirmé « la matérialité des faits », a rapporté Le Parisien. Elle a tout de même assuré avoir « mis en place un protocole d’alerte sur la sécurité alimentaire, par précaution, en attendant d’avoir des preuves circonstanciées ».

Quant au lycée de Savigny-sur-Orge, la direction évoque un possible « incident isolé concernant des sachets de blé contaminés », a rapporté La Dépêche. Depuis, de nombreux élèves refusent de retourner manger à la cantine, du moins tant que la situation n’a pas été éclaircie.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.