Faire confiance au chemin que Dieu nous trace: «Agar et l’Ange» de Francesco Maffei

Atteindre l'intérieur : ce que l'art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes
Par Eric Bess
26 octobre 2022 16:03 Mis à jour: 26 octobre 2022 16:03

Parfois, les difficultés de la vie peuvent nous accabler et nous pousser à faire des choses que nous ne ferions pas normalement.

L’impression d’être incapable de prendre soin de soi ou de notre famille peut nous pousser à nous déchaîner, voire à nous faire du mal ou à blesser nos proches.

Comment pouvons-nous faire face à ces moments difficiles afin de répandre l’amour et être prévenants envers les autres en dépit de nos difficultés ? Je pense que l’histoire d’Agar et Ismaël peut nous éclairer à ce sujet.

Agar et l’Ange, vers 1657, par Francesco Maffei. Huile sur toile. Dimensions : 104 cm sur 137 cm. The Metropolitan Museum of Art, New York. (Domaine public)

Le destin d’Agar et d’Ismaël

Dans la littérature judaïque, Abraham (qui signifie « père d’un grand nombre ») était marié à Sarah, mais ils ne pouvaient pas avoir d’enfants.

L’histoire raconte que Dieu avait promis de donner à Abraham un fils qui serait le père d’une grande nation, mais qu’il ne l’avait pas encore fait. Après que le couple a erré pendant des décennies et que Sarah a commencé à perdre l’espoir de porter un enfant, elle a suggéré à Abraham d’avoir un enfant avec Agar, leur servante.

Abraham a accepté la proposition de Sarah, et Agar est tombée enceinte. Cependant, Agar, maintenant qu’elle était enceinte, méprisait Sarah. Sarah n’appréciait pas ce changement chez Agar et a été désagréable envers elle en retour, ce qui a poussé Agar à s’enfuir.

Alors qu’Agar était seule, un ange s’est approché d’elle et lui a dit de retourner auprès de Sarah et de se soumettre à elle. L’ange a assuré à Agar que Dieu était avec elle et qu’elle aurait un fils, Ismaël, qui aurait une nombreuse descendance. Agar, réconfortée par l’ange, est retournée auprès de Sarah.

Plus tard, alors qu’Abraham était âgé de 100 ans, Sarah a donné naissance à Isaac, le fils que Dieu leur avait promis. Un jour, cependant, Sarah a entendu le jeune adolescent Ismaël se moquer d’eux. Sarah a exigé qu’Agar et Ismaël les quittent définitivement.

Abraham ne voulait pas qu’ils partent, mais Dieu a dit qu’il en soit ainsi. Abraham a suivi l’ordre de Dieu et a donné à Agar et Ismaël de la nourriture et de l’eau avant de les renvoyer. Agar et Ismaël ont pris les provisions et ont disparu dans le désert.

Mais bientôt, ils n’avaient plus d’eau. Agar ne pouvait supporter de voir son fils mourir de soif, alors elle l’a caché sous des buissons et a essayé de s’enfuir.

Un ange a entendu Ismaël pleurer et a demandé à Agar ce qui n’allait pas. Elle lui a expliqué la situation, mais l’ange l’a rassurée en lui disant que Dieu était avec elle et son fils et qu’elle n’avait pas à avoir peur.

Puis, l’ange a montré à Agar une source d’eau où elle et Ismaël pourraient boire. Ils ont bu et ont continué leur voyage. Ismaël deviendra plus tard un archer et épousera une Égyptienne pour engendrer une grande nation et de nombreux descendants, comme Dieu l’avait promis.

Agar et l’Ange de Francesco Maffei

L’artiste vénitien Francesco Maffei a représenté le moment où Agar, désespérée, est réconfortée par un ange, qui lui assure que Dieu est avec elle.

Agar est représentée en brocart rouge et or. Elle place son fils dans l’obscurité, sous l’arbre derrière elle, et le laisse mourir. Maffei a représenté le garçon comme un bébé sans défense, peut-être afin que nous compatissions à sa détresse.

Agar et l’Ange, vers 1657, par Francesco Maffei. Huile sur toile. Dimensions : 104 cm sur 137 cm. The Metropolitan Museum of Art, New York. (Domaine public)

Juste à temps, l’ange apparaît devant elle et la console. Agar s’agenouille, lève les yeux vers l’ange et ouvre les bras comme pour recevoir le message de l’ange.

L’ange, vêtu de jaune doré, fait face à Agar et la regarde avec bienveillance.

L’ange indique subtilement la source d’eau qui sauvera la vie d’Agar et d’Ismaël, en bas à droite de la composition. Pour l’eau, Maffei a représenté de fines lignes blanches sortant de derrière le feuillage et éclaboussant le sol à droite du pied de l’ange, ce qui peut être facilement manqué si celui qui regarde ne le cherche pas.

Agar et l’Ange, vers 1657, par Francesco Maffei. Huile sur toile. Dimensions : 104 cm sur 137 cm. The Metropolitan Museum of Art, New York. (Domaine public)

Il y a un chemin entre Agar et l’Ange, et on peut voir des bâtiments au loin.

La confiance en Dieu

Agar allait laisser mourir son fils unique parce qu’elle pensait ne pas avoir les moyens de s’occuper de lui. Mais elle se trompait. Dieu était avec elle et Ismaël, et ils ont tous deux été bénis.

Pour moi, cette histoire nous rappelle que, même si notre vie est difficile ou si les choses semblent désespérées, Dieu est avec nous. Sachant cela, nous pouvons être sûrs que notre vie se déroulera selon la volonté de Dieu, et qu’il n’y a donc aucune raison d’avoir peur.

Agar et Ismaël meurent de soif, mais nous ne devons pas prendre cela au pied de la lettre pour comprendre. Peut-être que leur soif est spirituelle. Est-ce pour cela qu’il faut l’ange de Dieu pour indiquer la source d’eau qui, autrement, serait facilement négligée ? La source d’eau que l’ange montre est-elle une source de subsistance spirituelle ? Si tel est le cas, cela pourrait également suggérer que ce que nous avons besoin de la part de Dieu n’est peut-être pas aussi évident que nous le pensons. En d’autres termes, il se peut que Dieu travaille de manière mystérieuse et que nous puissions trouver la subsistance auprès de Dieu dans des endroits que nous pourrions négliger.

Quoi qu’il en soit, je pense que nous devons avoir confiance en Dieu, être ouverts au chemin choisi pour nous et respecter la vie en cours de route. Le chemin entre Agar et l’Ange représente-t-il le voyage que Dieu leur a destiné ? La source d’eau qu’ils viennent de trouver, leur nourriture spirituelle donnée par Dieu, annonce-t-elle la prochaine étape de leur voyage ?

En effet, les choses semblent parfois difficiles, voire impossibles, mais si nous avons confiance en Dieu, il y a toujours un autre village devant nous.

Les arts traditionnels contiennent souvent des représentations et des symboles spirituels dont la signification peut être perdue pour nos esprits modernes. Dans notre série « Atteindre l’intérieur : ce que l’art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes », nous interprétons les arts visuels d’une manière qui peut être moralement perspicace pour nous.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.