Hausse des tarifs de stationnement des SUV à Paris : « Le résultat du vote n’est pas une surprise », affirme Bertrand Alliot

Par Julian Herrero
7 février 2024 18:58 Mis à jour: 7 février 2024 18:58

ENTRETIEN – Ce week-end, 55 % des Parisiens ont voté pour « un tarif spécifique pour le stationnement des voitures individuelles lourdes, encombrantes, polluantes », faisant tripler le prix de stationnement pour les SUV au sein de la capitale. Du 1er au 11e arrondissement, le tarif pour une heure passera de 6 à 18 €, et de 4 à 12 € pour la zone s’étalant du 12e au 20e arrondissement. Pour Bertrand Alliot, porte-parole de l’association Action Ecologie, le résultat du vote n’est pas surprenant dans la mesure où peu de Parisiens possèdent une voiture.

Epoch Times – Les Parisiens ont voté ce dimanche en faveur de la hausse des prix de stationnement pour certains SUV de plus d’1,6 tonnes. Que vous inspire ce résultat ?

Bertrand Alliot – La question est toujours posée dans le même sens ; il s’agit, dans des villes à moitié ou totalement dirigées par les écologistes comme Paris, de renforcer les normes et les punitions. Ensuite, sur le vote lui-même, ce n’est pas une surprise. À Paris, il est facile de se passer de voiture et beaucoup de gens n’en possèdent pas. Ils ne sont donc pas directement impactés par cette mesure. Néanmoins, la participation a été très faible. La mairie de Paris aurait pu organiser un vote en ligne, cela aurait été plus efficace.

En consultant la carte des résultats du vote par arrondissement, on constate, sans surprise, une vraie démarcation qui suit le clivage sociologique et politique : à l’Ouest, dans les arrondissements les plus huppés et qui votent traditionnellement à droite, les habitants ont voté contre et dans l’Est parisien, les écolos branchés se sont mobilisés pour voter pour.

Certains ont qualifié cette mesure qui devrait entrer en vigueur en septembre prochain d’« antisociale ». Partagez-vous cette analyse ?

D’après ce que j’ai compris, les résidents ne devraient pas être concernés par cette hausse des tarifs de stationnement, mais seulement les personnes qui viennent de l’extérieur. Pour eux, il y a clairement un caractère antisocial dans la mesure où ils viennent de banlieues et sont à priori moins riches que les habitants de Paris intra-muros. Ensuite, cela peut aussi pénaliser les familles dont la taille du véhicule est proportionnée au nombre d’enfants.

De quoi cette politique écologiste mise en place par Anne Hidalgo est-elle le nom ?

Comme d’habitude, il s’agit d’une politique écologiste menée tambour battant. Ça devient donc de plus en plus cauchemardesque et on se demande jusqu’où cela peut aller. Rien n’empêche demain que la mairie réduise encore le tonnage à partir duquel le prix de stationnement augmente et à la fin on ne pourra plus circuler qu’en vélo.

La mairie passera ensuite à d’autres sujets. Elle pourra établir une nouvelle norme en terme de logement : 10 m2 maximum par personnes. Au-delà, les gens seront taxés… Autrement dit, on peut toujours inventer davantage de règles et de contraintes et finir avec une société totalement « soviétisée ».

On a le sentiment que malgré les nombreuses critiques qui sont formulées, les Parisiens ne sont pas nécessairement opposés à cette politique écologiste. Anne Hidalgo a été élue en 2014, puis réélue en 2020…

Comme je le disais, beaucoup de personnes, même avec une famille, vivent au sein de la capitale sans voiture. Pour des raisons de bien-être, elles ont à priori tout intérêt à ce qu’il y ait moins de voitures. Cela étant, elles ne se rendent pas compte des effets pervers engendrés par ces politiques dites écologistes ; je pense notamment à l’impact sur les artisans.

Il est aujourd’hui de plus en plus difficile d’avoir des devis parce que les artisans ne peuvent plus se garer, ou ils sont obligés de gonfler leur devis pour prendre en compte le montant des futures amendes qu’ils ne manqueront pas de recevoir pour stationnement non conformes… La machine se grippe progressivement…

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.