Le calendrier Belles des prés «soft, féminin, sans provocation» pour aider les agricultrices

Par Emmanuelle Bourdy
24 novembre 2022 20:59 Mis à jour: 24 novembre 2022 20:59

Le calendrier Belles des prés édition 2023, réalisé par le photographe Johann Baxt, est désormais en vente. Il s’agit « d’un calendrier soft, féminin, naturel, sans provocation », assure Johann Baxt.

Pour la 6e année consécutive, Johann Baxt « est parti à la rencontre des Belles des Prés pour réaliser ce nouveau calendrier avec encore plus de 5000 kilomètres parcourus à travers toute la France ! » est-il indiqué sur le site bellesdespres.com, qui invite à découvrir les magnifiques photos d’agricultrices.

« Coups de pouce financiers » pour les fermes

Dans des mises en scène glamour, le calendrier se compose d’une photo par quinzaine de jours et comprend une petite bio de chacune de ces femmes de la terre, installées dans toute la France. L’objectif de ce calendrier est d’accompagner financièrement des projets menés par des agricultrices. Pour se faire, Johann Baxt s’est mis en lien avec l’association Petit coup d’pouce à la ferme, créé en 2019, à laquelle il reverse une partie des bénéfices provenant de la vente des calendriers, rapporte Actu.fr.

« Chaque année, les coups de pouce financiers que donne l’association augmentent grâce aux ventes du calendrier », souligne le photographe, précisant que l’association a « distribué plusieurs chèques de 900€ à des porteuses de projets pour les soutenir ».

« L’idée était ici de montrer le monde agricole de façon féminine »

Le photographe amateur, installé à Villefranche-de-Lauragais (Haute-Garonne), souhaitait montrer ce métier plutôt masculin sous un autre angle. « Les gens connaissent le calendrier des pompiers ou encore celui des Dieux du stade… L’idée était ici de montrer le monde agricole de façon féminine. La majorité des gens n’imaginent pas que la femme agricultrice reste femme avant tout en bottes, dans la gadoue, dans un métier que beaucoup imaginent comme un métier d’homme », explique-t-il à nos confrères.

De plus, ce sont très souvent les agricultrices elles-mêmes qui se mettent en scène, mais le « physique » n’est en aucun cas le critère principal. « Rien n’est imposé. Bien souvent, les agricultrices me contactent avec leurs idées de tenues, de scènes. Bien que l’agricultrice soit mise en avant, la mise en scène est tout aussi importante », pointe encore Johann Baxt.

L’Ex-Miss France Agricole 2021 pose pour ce nouveau calendrier

D’une édition locale au départ, le calendrier Belles des Prés a pris de l’étoffe et bénéficie désormais d’une renommée nationale. Pour cette 6e édition, Sophie, la Miss France Agricole 2021 « nous fait l’honneur de poser pour ce nouveau calendrier », se réjouit le photographe amateur, qui mentionne avoir « des profils qui sont bien tous différents les uns des autres ». Notant des différences « de par le parcours de chacune d’entre elles, l’activité qu’elles exercent », il ajoute que l’âge « n’est surtout pas un critère au moment de la sélection ».

Âgée de 21 ans, Angèle Jouanne est agricultrice dans le Cantal. Son exploitation caprine se compose d’une quinzaine de chèvres laitières pour de la transformation en savon. La jeune femme explique avoir voulu poser pour ce calendrier afin de « montrer que les agricultrices peuvent être féminines, aimer s’habiller ». « Et aussi, je rejoins la cause que soutient l’association ‘petit coup d’Pouce à la ferme’, car je suis moi-même exploitante et je comprends totalement celles qui ont besoin d’aide », conclut-elle.

Pour s’offrir ce calendrier, qui coûte 19,90€ livraison inclue, il suffit de se rendre sur le site de la boutique. Mais il faut faire vite, car l’édition est limitée à 4000 exemplaires seulement.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.