Les forces armées espagnoles n’utilisent pas les produits Huawei

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
7 décembre 2019 20:53 Mis à jour: 10 avril 2020 12:58

Bien que la position officielle du ministère espagnol de la Défense ne s’oppose pas à l’utilisation de dispositifs de marque Huawei dans ses départements, au moins une unité a émis une ordonnance interdisant leur utilisation.

L’arrêté du Secrétariat général du Commandement de la formation doctrinale (MADOC), auquel le site de nouvelles en ligne La Información a eu accès, « notifie l’interdiction de se connecter depuis les smartphones ou tablettes de la marque Huawei aux réseaux et plateformes du Système d’information de la Défense – dont la coordination dépend du Centre des systèmes et technologies de l’information et des communications (CESTIC) -, et finalement de l’état-major », indique son rapport du 27 novembre.

Selon une capture d’écran du texte en circulation partagée par le département de l’Armée, le colonel Juan Castro Reyes, chef de la section des systèmes d’information, affirme avoir reçu un ordre « qui communique l’interdiction des dispositifs de connexion de la marque Huawei (tablettes, mobiles, etc.) aux réseaux ou systèmes informatiques du MDEF (ministère de la Défense) ».

« L’accès au courrier de l’entreprise à partir d’un dispositif particulier est considéré comme un accès au système d’information du MDEF, de sorte que dans le cas où un utilisateur de cette unité est en possession d’un dispositif Huawei ayant accès au courrier de l’entreprise, il doit procéder à sa déconnexion immédiate et doit s’assurer d’aviser toutes les unités subordonnées », précise la commande provenant des systèmes informatiques, télécommunications et assistance technique (JCISTAC).

Cependant, des sources du ministère de la Défense consultées par La Información au sujet de cette notification ont assuré qu’ « il ne s’agit pas d’une interdiction officielle ». Ils n’ont pas donné plus d’explications à ce sujet.

En décembre 2018, la vice-présidente de Huawei, Meng Wanzhou, fille du fondateur de l’entreprise, a été arrêtée au Canada et est en liberté sous caution en attendant son extradition éventuelle vers les États-Unis. Des recherches ont montré que les entreprises technologiques chinoises constituent une menace pour la sécurité nationale face aux dangers de l’espionnage pour le régime communiste chinois.

Les États-Unis ont accusé Huawei d’avoir violé les sanctions contre l’Iran et volé des secrets commerciaux à la société américaine de téléphonie mobile T-Mobile. L’entreprise est considérée comme un instrument d’espionnage.

Le Parlement européen met en garde contre la Chine

La mesure espagnole visant à opposer une restriction aux produits Huawei dans certains domaines pourrait être une mesure prise pour faire face aux avertissements internationaux croissants et en particulier au rapport de risque publié en octobre par les membres de l’Union européenne avec le soutien de la Commission et de l’Agence européenne de cybersécurité, sur les problèmes des réseaux de fournisseurs étrangers, notamment le réseau 5G.

La Chine offre le réseau 5G par l’intermédiaire de Huawei, et les lois nationales chinoises obligent la société à agir dans le cadre des intérêts du régime communiste chinois, comme cela s’est manifesté au Parlement européen lors de la mise en œuvre des nouvelles règles de cybersécurité cette semaine.

« Il est essentiel d’assurer la sécurité et la résilience des réseaux 5G », affirme le document sur les risques pour l’UE dans des secteurs critiques tels que l’énergie, les transports, la banque et la santé, ainsi que dans les systèmes de contrôle industriel qui transportent des informations sensibles et soutiennent les systèmes de sécurité.

Face à ces risques, le Parlement européen a adopté mardi 3 décembre un système de certification de l’UE en matière de cybersécurité et a exprimé, selon une déclaration, sa « grande préoccupation » face aux intérêts chinois envers la technologie européenne.

Le Conseil doit adopter officiellement la loi sur la cybersécurité, qui entrera en vigueur 20 jours après sa publication. Elle publiera également une résolution sur la présence de la Chine dans l’UE, qui sera envoyée à la Commission et aux États membres.

Il est possible que l’Espagne ait pris de l’avance.

« Les lois chinoises en matière de sécurité d’État menacent la cybersécurité de l’UE », souligne le Parlement européen dans le communiqué de presse.

Les Euro-députés ont approuvé la loi européenne sur la cybersécurité par 586 voix pour, 44 contre et 36 abstentions.

« Cela crée le premier système de certification au niveau européen pour garantir que les produits, processus et services vendus dans l’UE répondent aux normes de cybersécurité », a déclaré le Parlement dans une déclaration.

« Le Parlement a également adopté une résolution non législative, à main levée, demandant à l’UE d’agir contre les menaces à la sécurité liées à la présence technologique croissante de la Chine dans l’UE. »

Les parlementaires ont considéré que les lois chinoises « obligent les entreprises – par exemple Huawei – à coopérer avec l’État à travers une définition très large de la sécurité nationale ».

« En particulier, les lois chinoises sur la sécurité de l’État ont provoqué des réactions négatives dans plusieurs pays », ajoute-t-il.

Les euro-députés ont discuté des accusations selon lesquelles l’infrastructure du réseau 5G « pourrait avoir des portes dérobées qui permettraient aux fournisseurs et aux autorités chinoises d’accéder sans autorisation aux données personnelles et aux télécommunications dans l’UE ».

Les députés demandent à la Commission et aux États membres de diversifier les achats auprès des différents fournisseurs, d’introduire des procédures de passation de marchés en plusieurs étapes et d’établir une stratégie visant à réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis des technologies étrangères de cybersécurité.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.