Les preuves des bienfaits du cannabis pour soulager les douleurs sont faibles malgré la popularité de son usage médical et récréatif

Par Marina Zhang
19 juin 2022 00:40 Mis à jour: 19 juin 2022 00:40

Une étude financée par le gouvernement fédéral, qui passe en revue les recherches sur le cannabis, n’a trouvé que très peu de preuves concrètes de ses avantages en tant que remède contre la douleur chronique, malgré la couverture médiatique et universitaire de son potentiel thérapeutique.

« Avec tout le battage médiatique autour des produits liés au cannabis et la facilité avec laquelle on peut se procurer de la marijuana à des fins récréatives et médicales dans de nombreux États, les consommateurs et les patients pourraient supposer qu’il existe plus de données sur les avantages et les effets secondaires », a déclaré l’auteur principal, le Dr Marian S. McDonagh.

Le cannabis est commercialisé depuis des années comme analgésique, pour remplacer les opioïdes prescrits aux patients souffrant de douleurs chroniques.

Cependant, des chercheurs ont examiné plus de 3000 études pour constater que seules 25 études au total présentaient des preuves scientifiquement valables quant à leurs avantages dans le traitement des douleurs aiguës. Aucune étude valable ne confirme qu’il s’agit d’analgésiques pour les douleurs chroniques.

L’étude systématique (pdf) n’a pas permis d’établir que le cannabis et les cannabinoïdes (molécules dérivées du cannabis) pouvaient remplacer les médicaments contre les douleurs chroniques, mais que certains avantages à court terme s’accompagnaient d’effets indésirables.

« Nous n’avons vu qu’un petit groupe d’études d’observation de cohorte sur les produits à base de cannabis qui seraient facilement disponibles dans les États qui l’autorisent. Ces études n’étaient pas destinées à répondre aux questions importantes sur le traitement des douleurs chroniques », a déclaré le Dr McDonagh.

Toutefois, les chercheurs ont trouvé des preuves permettant de confirmer l’existence d’un bénéfice à court terme dans le traitement des douleurs nerveuses, grâce à deux produits de synthèse approuvés par la FDA, le dronabinol (commercialisé sous le nom de Marinol) et le nabilone.

Les deux médicaments contiennent également 100% de tétrahydrocannabinol (THC) – un cannabinoïde psychoactif majeur qui peut également entraîner une dépendance – et les deux produits entraînent également des effets secondaires importants, notamment la sédation et les étourdissements.

Un autre produit, un spray appliqué sous la langue contenant des proportions égales de tétrahydrocannabinol et de cannabidiol – les deux principaux cannabinoïdes – connu sous le nom de nabiximol, a également apporté la preuve d’un certain bénéfice clinique dans le traitement des douleurs neuropathiques.

Le nabiximol, en raison de son fort dosage, s’accompagne également d’effets secondaires, tels que nausées, sédation et vertiges, mais les chercheurs ont constaté que les médicaments à faible dosage n’avaient aucun impact significatif sur la douleur.

Les auteurs ont constaté que pour certains produits à base de cannabis, comme les plantes entières, les résultats sont « rares, les estimations des effets sont imprécises et les études présentent des limites méthodologiques », avec des résultats variés, ce qui rend les conclusions incertaines.

Ces conclusions sur le cannabis en général rendent très difficile pour les cliniciens de conseiller les patients sur la façon dont les médicaments doivent être pris.

« Les produits à base de cannabis varient considérablement en ce qui concerne leur composition chimique. Ces différences pourraient avoir des conséquences importantes pour les patients, qu’elles soient bénéfiques ou néfastes », a déclaré le Dr Roger Chou, co‑auteur du rapport.

« La situation est donc difficile pour les patients et les cliniciens, puisque les preuves pour un produit à base de cannabis peuvent ne pas être les mêmes que pour un autre. »

La croissance du marché du cannabis médical s’explique par de récentes études qui ont montré que les opioïdes n’avaient que des effets modérés à faibles sur les douleurs chroniques.

Les spécialistes s’inquiètent également des risques de dépendance que ces médicaments peuvent entraîner. Toutefois, la revue du cannabis a montré que les études sur ces médicaments sont loin derrière les opioïdes en ce qui concerne leur efficacité dans le traitement des douleurs chroniques.

Le Dr Devan Kansagara, co‑auteur de l’étude, a déclaré que leur étude représente « le type même de ressource dont les cliniciens ont besoin pour clarifier auprès des patients les domaines potentiellement prometteurs, les formulations de cannabis qui ont été étudiées et, surtout, les principales faiblesses au niveau de nos connaissances. »

« Des études supplémentaires sont nécessaires pour préciser les estimations concernant les effets et notre confiance en ces résultats », ont conclu les auteurs. « Nous prévoyons de continuer à surveiller régulièrement les données probantes sur ce sujet pour identifier les nouvelles preuves importantes à mesure qu’elles émergeront. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.