Les récentes découvertes de John Durham sur les Clinton sont ignorées par les médias grand public

Par Jack Phillips
16 février 2022 05:27 Mis à jour: 16 février 2022 05:27

Aux États-Unis, les Républicains se sont emparés d’un récent document judiciaire présenté par le procureur général John Durham. Ce document affirme que la campagne d’Hillary Clinton ainsi que le Comité national démocrate ont tenté d’infiltrer les serveurs de la campagne de Donald Trump et de la Maison Blanche. Les principaux médias évitent de couvrir les conclusions de M. Durham.

« Une entreprise technologique a piraté la Maison Blanche et espionné un Président en exercice. Cela devrait concerner tout le monde. Mais les grands médias refusent de le couvrir », a écrit le représentant Jim Jordan (Parti Républicain – Ohio) sur Twitter. Le législateur a fait des commentaires similaires lors d’une apparition sur Fox News le 14 février.

« Oui, il y a eu de l’espionnage, et c’était plus grave que ce que nous pensions, car ils espionnaient le président des États-Unis en exercice », a déclaré M. Jordan à « Fox & Friends ». « Et ça remonte jusqu’à la campagne d’Hillary Clinton. »

La motion de M. Durham déposée le 11 février était liée à l’avocat Michael Sussman. Cet ancien avocat de Perkins Coie a été accusé en 2021 d’avoir menti au FBI lorsqu’il a prétendument dit au bureau qu’il ne travaillait pas pour la campagne d’Hillary Clinton en 2016 alors qu’il avait remis à l’agence des documents maintenant démentis qui auraient lié la Trump Organization à une banque russe. M. Sussmann a nié tout acte répréhensible et a plaidé non coupable dans cette affaire.

Entre-temps, le représentant Michael Turner (Parti Républicain – Ohio) a déclaré le 13 février que l’enquête avait mis au jour un « nouveau niveau de corruption » qui soulève de « graves » préoccupations.

« Je veux dire, c’est une menace pour notre démocratie elle-même », a déclaré M. Turner à l’émission « Sunday Morning Futures » sur Fox News. « Peu importe vraiment de quelle campagne politique il s’agit ou de quel parti politique il s’agit. C’est tellement faux et les allégations sont d’un tel niveau d’activités illégales qui touchent directement à notre foi en notre propre gouvernement, que la vérité doit être établie. »

Michael Sussmann, selon le récent dépôt, « avait rassemblé et transmis les allégations au FBI pour le compte d’au moins deux clients spécifiques, dont un responsable technique (Technicien exécutif 1) d’une société Internet basée aux États-Unis (Société Internet 1) et la campagne d’Hillary Clinton. » Les dossiers montrent également qu’il a « facturé à plusieurs reprises » la campagne Clinton pour son travail concernant les fausses allégations autour de Donald Trump et de la banque russe.

« Dans le cadre de ces efforts, le technicien exécutif 1 a profité de son accès à des données Internet non publiques et/ou exclusives », indique le dossier. « Le technicien exécutif 1 a également demandé de l’aide à des chercheurs d’une université américaine qui recevaient et analysaient de grandes quantités de données Internet dans le cadre d’un contrat de recherche en cybersécurité du gouvernement fédéral. »

Au cours du week-end dernier, l’ancien président Donald Trump a publié une déclaration affirmant que le dépôt de M. Durham au tribunal corrobore ses affirmations de longue date selon lesquelles sa campagne et sa présidence de 2016 ont fait l’objet d’une campagne de pression généralisée dirigée contre lui en raison de ses opinions jugées peu orthodoxes. Il a également critiqué les médias pour leur couverture.

« Cela montre à quel point les médias sont totalement corrompus et sans vergogne », a déclaré Donald Trump dans ce communiqué. « Pouvez-vous imaginer si les rôles étaient inversés et que les Républicains, en particulier le président Donald Trump, se faisaient prendre en train d’espionner illégalement le bureau du président ? Tout l’enfer se déchaînerait et la chaise électrique sortirait immédiatement de sa retraite. La bonne nouvelle est que tout le monde ne parle pas seulement de cette atrocité contre notre Nation, mais aussi que la presse refuse même de mentionner le crime majeur qui a eu lieu. »

Jack Phillips est un journaliste spécialisé dans les nouvelles de dernière minute pour Epoch Times. Il est installé à New York.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.