Quel est le lien entre la motivation moderne et un espoir vieux comme le monde? 2e partie

Par James Sale
23 août 2022 16:31 Mis à jour: 23 août 2022 16:31

Dans la première partie de cet article, nous nous sommes penchés sur les notions d’espoir et de motivation, et avons souligné que l’espoir était un mot ancien qui remontait loin dans le passé classique.

Le mot motivation, quant à lui, a été inventée en 1904. Pourtant, les mots espoir et motivation sont tous deux des mots très utilisés – avec des milliards de résultats sur Google. Pourtant, ils ont chacun des connotations différentes.

Plus précisément, nous avons fait allusion à Freud et à l’essor de la psychologie en tant que science qui a rendu le terme « motivation » plus acceptable que « espoir » et ses fortes connotations théologiques. Dans le monde occidental dominé par la laïcité, les connotations théologiques sont généralement indésirables. Elles rappellent aux gens une autorité supérieure que le sécularisme cherche perpétuellement à dénigrer.

Nous avons commencé cet article en parlant de Pandore et du fait que seul l’espoir était laissé dans la boîte après son ouverture. Si « espoir » est un terme positif, dans notre monde moderne, même ce terme peut sembler douloureux. Dans le film Clockwork de 1986, le personnage de John Cleese dit : « Ce n’est pas le désespoir qui me dérange, c’est l’espoir que je ne supporte pas. » Et le poète anglais contemporain Tony Watts écrit brillamment, bien que sombrement, dans ce poème de trois lignes intitulé Pandora :

« Et au fond de la boîte se trouve l’Espoir –
son cri étouffé, irrépressible –
comme un téléphone portable dans un sac mortuaire. »

Dans les images saisissantes de Tony Watts, l’espoir semble pire que le désespoir.

La foi, l’espoir et la charité

L’espoir est un mot associé à l’intervention spirituelle. Sainte Thécla priant pour les pestiférés, vers 1758-1759, par Giovanni Battista Tiepolo. Huile sur toile. Metropolitan Museum of Art, New York. (Domaine public)

C’est précisément le malaise moderne. Il semble ancré dans notre pensée qu’il n’y a pas d’espoir. Notre situation cosmique, si vous voulez, est sans espoir.

Cependant, comme l’a fait remarquer G.K. Chesterton : « La charité signifie pardonner ce qui est impardonnable, ou ce n’est pas du tout une vertu. L’espoir, c’est espérer quand les choses sont sans espoir, sinon ce n’est pas du tout une vertu. Et la foi signifie croire l’incroyable, sinon ce n’est pas du tout une vertu. »

En d’autres termes, l’absence de tangibilité de ces concepts (charité, espoir, foi) n’est pas la preuve qu’ils n’existent pas ou qu’ils ne désignent pas quelque chose de réel. Ils sont les conditions mêmes dans lesquelles nous prouvons l’ordre de, la bienveillance de, le sens de toute la création – visible et invisible !

Nous avons de l’espoir malgré les ténèbres, le chaos, l’anarchie et le mal dont notre monde est affligé. Et si nous ne l’avons pas, alors nous sommes un peuple perdu.

La différence entre l’espoir et la motivation

Attendons-nous avec de l’espoir ou dans un état de désespoir ? Attendre à la fenêtre, avant 1935, par Carl Holsoe. (Domaine public)

Pour les besoins de cet article, laissons de côté les éléments de foi et de charité. L’espoir, bien compris, est une condition préalable à notre santé et à notre équilibre mental. Ici, nous arrivons à une distinction essentielle entre espoir et motivation. Ceci peut être résumé par le mot « temps », compris grammaticalement, comme passé, présent et futur.

La motivation est (mais pas exclusivement) orientée vers le présent. Il s’agit de ma ou de notre motivation dans le présent. En ce sens, elle est fortement centrée sur la personne et le moi, car elle est liée au rendement. Nous réalisons des performances pour atteindre des objectifs et, si nous sommes motivés, nous disposons d’une énergie abondante pour le faire.

Mais que se passe-t-il lorsque la motivation s’évapore ? Comme le dit le Dr Raj Persaud, psychiatre et auteur anglais, dans son livre Staying Sane : « Une panne de motivation ne devient pas seulement autoréalisatrice, mais peut également entraîner de graves problèmes psychologiques, si elle mène au désespoir et à l’impression que les choses ne vont pas s’améliorer à l’avenir. »

Comme nous le voyons dans cette citation, une baisse de motivation dans le présent entraîne un sentiment de désespoir pour l’avenir. L’espoir est donc plus explicitement orienté vers l’avenir. En effet, l’espoir est la façon dont nous envoyons des messages à l’avenir !

L’espoir est également moins centré sur soi que la motivation et plus orienté vers les autres. L’espoir est davantage lié à l’altruisme et au bien-être des autres. C’est pourquoi, familièrement, nous faisons souvent référence à notre espoir pour le monde, pour la race humaine, pour notre nation, et pour une myriade de groupes et d’organisations qui peuvent ou non nous être directement liés : par exemple, l’espoir pour les pauvres, pour les dépossédés, pour les victimes de torture ou de mauvais traitements, et ainsi de suite.

Comment l’espoir et la motivation sont similaires

Une étude de l’espoir : Études d’une femme en train de prier, du début au milieu du XIXe siècle, par Ludwig Emil Grimm. Graphite et aquarelle. Metropolitan Museum of Art, New York. (Domaine public)

Dans la première partie de cet article, nous avons indiqué que le mot utilisé par Hésiode, l’ancien poète grec, pour désigner l’espoir est Elpis, qui peut signifier « espérance », mais qui est souvent traduit par « attente ».

Dans mon livre Mapping Motivation, j’expose la théorie selon laquelle la motivation se compose de trois principaux ingrédients : notre personnalité, notre concept de soi et, surtout, nos attentes. Que sont les attentes ? Les attentes sont nos croyances sur les résultats futurs. Prenons un exemple simple : si nous pensons que postuler à un emploi hautement souhaitable va réussir, alors notre motivation à postuler sera élevée ; si nous pensons que nous allons échouer, nous sommes moins susceptibles, moins motivés à postuler, et nous entrons dans le domaine des prophéties autoréalisatrices.

Mais si les attentes sont un ingrédient clé de la motivation, elles sont aussi essentielles à l’espoir. Comme l’a observé Vivienne Collinson dans l’article « Improving College Teaching: Learning From Exemplary Secondary School Teachers », « les attentes accompagnées d’actions sont la marque de l’espoir ».

On ne saurait trop insister sur l’importance de tout cela. Nous avons établi que la motivation va de pair avec le rendement ; il est impossible d’atteindre un haut niveau de rendement sans un haut niveau de motivation.

L’espoir, lui aussi, est essentiel. Dans son livre Working With Emotional Intelligence, Daniel Goleman écrit : « Les études sur le rendement montrent que les personnes les plus performantes dans les services sociaux – c’est-à-dire dans les soins à la santé, la thérapie et l’enseignement – ont de l’espoir pour ceux qu’elles cherchent à aider. […] Dans de tels emplois où le stress est élevé et les frustrations courantes […] l’espoir est crucial. »

Mais soyons honnêtes. Le stress est omniprésent dans notre monde moderne. Il est donc probablement vrai de dire que tous les plus performants dans n’importe quel domaine difficile ont des attentes élevées, sont très motivés et ont de grands espoirs en conséquence.

L’une des conclusions de cette discussion est que la motivation et l’espoir sont tous deux essentiels à notre bien-être. Sans eux, nous sommes beaucoup plus susceptibles de souffrir de ces « problèmes psychologiques graves » que le Dr Persaud a notés.

Le défi pour nous tous est d’être motivés, d’avoir de grands espoirs, et donc de trouver les attentes qui nourrissent ces éléments en nous. Mais ce qui est peut-être le plus puissant lorsque nous considérons l’orientation future de l’espoir, c’est de se souvenir de cette merveilleuse phrase de saint Clément d’Alexandrie : « Si tu n’espères pas, tu ne trouveras pas ce qui est au-delà de tes espérances. » Si notre espérance devait se réaliser – devenir une réalité – quelque chose d’encore plus incroyable pourrait se produire ! Dans le monde actuel, c’est quelque chose qui vaut la peine d’être chéri, n’est-ce pas ?

La première partie de cet article traite de la signification de l’espoir et de la motivation.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.