« Difficile d’acheter de la nourriture » : la ville de Xi’an en Chine anéantie par un confinement trop contraignant

Par Dorothy Li
2 janvier 2022 00:25 Mis à jour: 3 janvier 2022 11:13

La ville de Xi’an, touchée par le Covid, est étroitement confinée, et les habitants affirment qu’ils ont du mal à trouver de la nourriture.

Au départ, un membre par foyer était autorisé à quitter le domicile pour acheter des produits de première nécessité tous les deux jours, mais les restrictions se sont rapidement intensifiées. Depuis le 27 décembre, les habitants n’ont plus le droit de quitter leur quartier, sauf pour effectuer des tests de dépistage du Covid-19 avec une autorisation spéciale.

Un habitant du district de Yanta, dans la ville, a fait part de ses difficultés à acheter de la nourriture et autres produits de première nécessité à NTDTV en langue chinoise, média partenaire d’Epoch Times.

« Les prix des légumes ont beaucoup augmenté… mais le problème, c’est que vous ne pouvez toujours pas en acheter, même pour le double du prix », a déclaré une femme, utilisant le nom de famille Wang comme pseudonyme.

Selon Mme Wang les légumes parviennent difficilement, car toutes les routes du district de Yanta sont fermées.

Depuis lundi, la ville de Xi’an a interdit aux particuliers d’utiliser leurs véhicules. Le bureau de la sécurité publique a indiqué aux habitants que toute infraction aux règles pouvait entraîner une détention de 10 jours et une amende de 500 yuans (70 €).

Les autorités ont fait savoir dans un avis publié lundi, que les achats pourraient reprendre pour les personnes vivant dans des zones moins risquées, dès que les résultats des tests seront massivement négatifs. Elles n’ont cependant pas signalé quand la suspension serait levée. Lundi, la ville a commencé une nouvelle série de tests de masse.

« J’ai l’impression que cela fait longtemps », a déclaré un habitant de 22 ans, prénommé Jin, à Reuters.

« Le fait qu’on ne m’ait pas encore dit quand je pourrai à nouveau faire mes courses me rend un peu anxieux », a-t-il ajouté. Il n’a plus aucun accès à des légumes frais et la livraison de ses achats en ligne prend au moins une semaine.

Weibo, le Twitter chinois, est inondé de commentaires de personnes ne parvenant pas à se procurer de la nourriture.

« Je ne sais plus depuis combien de jours je mange des nouilles instantanées… Maintenant, il n’y a plus de nouilles instantanées », a écrit un internaute.

« Les habitants de Xi’an n’ont pas de nourriture… s’il vous plaît, aidez-moi. »

« J’ai vraiment trop faim pour dormir », a écrit un utilisateur à minuit. « J’ai suivi le conseil des autorités de ne pas faire de réserves de nourriture au début du confinement … Maintenant, mon quartier ne me laisse pas sortir, et il n’y a pas de service de livraison. »

Le hashtag « Difficile d’acheter de la nourriture à Xi’an » a été vu plus de 160 millions de fois sur Weibo, en date de mardi soir. « [J’ai] l’impression que Xi’an n’est pas touchée par la pandémie, mais par la famine », a plaisanté un internaute. « Tout ce qui fait l’actualité, c’est la nourriture », a déclaré un autre.

Les médias d’État locaux ont déclaré mardi soir, que les services du gouvernement sont occupés à livrer de la nourriture. Les autorités locales ont affirmé lundi, que les approvisionnements étaient stables tout en renforçant les restrictions sur les déplacements.

Malgré les mesures radicales prises par les autorités de Xi’an, les infections quotidiennes continuent d’augmenter. Mardi, la ville a officiellement signalé 175 nouveaux cas, portant le nombre total d’infections à 810, depuis le 9 décembre.

Le régime chinois étant connu pour sous-évaluer de manière flagrante le nombre de cas, le chiffre officiel n’est pas crédible. Mais il représente le plus grand nombre de cas quotidiens signalés en Chine, depuis l’apparition de l’épidémie dans la ville de Wuhan.

Des cas liés à Xi’an ont été détectés dans cinq autres régions, à Pékin notamment. Les autorités locales sont pressées d’endiguer l’augmentation des cas de Covid-19 dus à la propagation du variant Delta. Dans six semaines, la capitale doit accueillir les Jeux olympiques d’hiver. Le régime a promis qu’ils seraient « sans Covid ».


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.