Nantes : un étudiant meurt d’une thrombose après avoir été vacciné à l’AstraZeneca

Par Epoch Times avec AFP
23 mars 2021 10:20 Mis à jour: 23 mars 2021 12:51

Le jeune homme n’avait aucun antécédent médical, il était en parfaite santé.

Le 18 mars dernier à Nantes en Loire-Atlantique, un étudiant en médecine âgé de 24 ans a été trouvé mort chez lui dix jours après avoir reçu sa première dose du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 causé par le virus du PCC (Parti communiste chinois), rapporte Ouest-France.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Nantes et d’après les résultats de l’autopsie, le jeune homme est décédé après une « hémorragie interne due à une thrombose ».

« Des questions autour du vaccin »

D’après le témoignage du frère de la victime, le jeune étudiant « souffrait du ventre mais ne se plaignait pas, ce n’était pas son genre. Il avait quand même décidé d’aller consulter son médecin le jeudi après-midi. Il n’en a pas eu le temps. Il a été retrouvé tôt dans la nuit de mercredi à jeudi », explique-t-il au journal. Mais la famille « se pose des questions autour du vaccin (…), il n’avait aucun antécédent médical, aucune maladie, rien. Il était en parfaite santé », affirme-t-il.

L’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) a lancé une enquête. « À ce stade, aucun élément ne permet de conclure en faveur du rôle du vaccin. Ce cas de décès fait l’objet d’une investigation clinique approfondie par les Centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) », a précisé l’agence.

Dans la foulée de plusieurs pays, la France avait temporairement suspendu la semaine dernière la vaccination à l’AstraZeneca en raison de possibles effets secondaires.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.