Nous ne pouvons pas arrêter la propagation du Covid mais nous pouvons mettre fin à la pandémie

Par Jayanta Bhattacharya
30 décembre 2021 01:31 Mis à jour: 30 décembre 2021 01:32

L’arrivée du variant Omicron conduit certains dirigeants et grands responsables de la santé publique à vouloir réimposer la fermeture des entreprises et les confinements.

Ce variant est déjà apparu dans le monde entier. Il a déjà dépassé le variant Delta – dominant avant l’Omicron – au Royaume-Uni.

Les premiers rapports en provenance d’Afrique du Sud confirment que la transmissibilité du variant est accrue, mais la maladie qu’il entraîne est plus bénigne, avec un risque minime d’hospitalisation et de décès en cas d’infection.

Nous ne pouvons pas arrêter la propagation du Covid, mais nous pouvons mettre fin à la pandémie.

En octobre 2020, le professeur Sunetra Gupta de l’université d’Oxford, le professeur Martin Kulldorff de l’université de Harvard et moi-même avons rédigé la déclaration de Great Barrington (GBD).

La pièce maîtresse de la déclaration est un appel à une protection accrue et ciblée de la population âgée, vulnérable. Les personnes âgées ont bien au-delà de mille fois plus de chances que les jeunes de mourir d’une infection au Covid.

Nous pouvons protéger les personnes vulnérables sans nuire au reste de la population.

Au jour d’aujourd’hui, nous ne disposons d’aucune technologie capable d’arrêter la propagation virale.

Si les excellents vaccins protègent les personnes vaccinées contre l’hospitalisation ou la mort en cas d’infection, ils n’offrent qu’une protection temporaire et marginale contre l’infection et la transmission de la maladie après la deuxième dose.

Il en va probablement de même pour les injections de rappel, qui utilisent la même technologie que les doses initiales.

Qu’en est-il des confinements ?

Il est désormais tout à fait clair qu’ils n’ont pas réussi à contenir le virus et qu’ils ont causé d’énormes dommages collatéraux dans le monde entier.

L’attrait simpliste des confinements est que nous pouvons briser la chaîne de transmission virale en restant à l’écart.

Seules les personnes travaillant sur des ordinateurs – ceux qui ont la possibilité de travailler aussi bien à la maison qu’au bureau – peuvent respecter un confinement dans la pratique, et même eux ont des difficultés.

Les travailleurs essentiels qui font fonctionner la société ne peuvent pas se permettre ce luxe, et la maladie continuera donc à se propager.

Les mêmes politiques qui ont échoué contre une souche plus virulente réussiront-elles à contenir une souche plus transmissible ?

La réponse est évidemment non.

Les effets néfastes de l’enfermement sur les enfants et les personnes non âgées sont catastrophiques, notamment une détérioration de la santé physique et mentale et la perte irrémédiable d’opportunités de vie.

Les confinements imposés dans les pays riches signifient la famine, la pauvreté et la mort pour les résidents des pays pauvres.

Il existe pourtant une bonne alternative au confinement.

La Déclaration de Great Barrington (GBD) appelle à un retour à la vie normale pour les enfants à faible risque et les adultes non âgés.

Les principes au cœur de la GBD sont aussi importants aujourd’hui qu’ils l’étaient il y a un an.

En fait, ils sont plus importants aujourd’hui parce que nous disposons maintenant d’outils technologiques qui rendent la protection ciblée des personnes vulnérables beaucoup plus simple qu’il y a un an.

Tout d’abord, et c’est le plus important, le vaccin.

Étant donné que les personnes âgées non vaccinées sont confrontées à un risque élevé de forme sévère en cas d’infection, et que le vaccin est si efficace pour atténuer les formes graves et les décès, la vaccination des personnes âgées est la priorité absolue si l’on veut sauver des vies.

Cependant, la grande majorité des personnes âgées non vaccinées vivent dans des pays pauvres.

Au rythme actuel, la campagne de vaccination mondiale ne sera pas terminée avant la fin de 2022, trop tard pour sauver d’innombrables personnes vulnérables.

Le fait de donner la priorité aux personnes qui n’ont jamais eu de Covid permettrait aussi d’orienter les doses vers ceux qui en ont le plus besoin. De fait, comme pour le vaccin, l’immunité naturelle après avoir été infecté par le Covid une première fois offre une excellente protection contre une forme grave de la maladie.

Les injections de rappel pour les personnes âgées sont également judicieuses.

Mais pour préserver les doses, elles devraient être réservées aux personnes qui n’ont pas eu le Covid auparavant et qui ont été vaccinées il y a plus de 6 à 8 mois.

Selon une étude minutieuse menée par des scientifiques suédois, l’efficacité du vaccin contre les maladies graves commence également à diminuer au bout de ce délai, donc un rappel trop rapide n’apporte pas de bénéfice substantiel.

Deuxièmement, nous devons mettre à disposition des options de traitement précoce efficaces.

Pendant la reprise épidémique, cet été en Floride, le gouverneur Ron DeSantis a encouragé les patients à utiliser des anticorps monoclonaux dès les premiers symptômes. Ce traitement a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA). L’initiative du gouverneur a sauvé de nombreuses vies.

Des suppléments sûrs et peu coûteux, comme la vitamine D, se sont révélés efficaces. De nouveaux traitements prometteurs de Pfizer et un nouveau traitement par anticorps pour les personnes immunodéprimées d’Astra Zeneca vont bientôt devenir plus largement disponibles. En attendant, il convient de les conserver pour les personnes les plus vulnérables lorsqu’elles sont malades.

Troisièmement, la disponibilité généralisée de tests antigéniques rapides, peu coûteux et réalisés par des particuliers au Royaume-Uni a permis à chacun de faire des choix judicieux qui réduisent le risque d’infecter des personnes vulnérables. Pour l’instant, la FDA affirme que ces tests permettent de détecter Omicron.

Même si vous ne présentez aucun symptôme de type Covid, ces tests permettent de savoir avec précision si vous hébergez le virus et si vous présentez un risque de le transmettre à vos contacts proches. Avec ce test en main, chacun peut vérifier s’il est sûr de rendre visite à sa grand-mère avant de se rendre à sa maison de soins. Il s’agit d’un outil parfait pour une protection ciblée des personnes vulnérables.

Les pays devraient s’attacher à rendre ces tests moins chers et plus largement disponibles, comme c’est le cas au Royaume-Uni.

Enfin, étant donné que le virus se propage très souvent par aérosol, l’amélioration des systèmes de ventilation dans les espaces publics réduirait le risque pour les personnes âgées ayant une vie sociale quotidienne en dehors de leur domicile.

Ce n’est pas un hasard si la propagation du Covid est si rare dans les avions, car ils sont tous équipés d’excellents systèmes de filtration de l’air. L’amélioration d’autres installations publiques, comme les systèmes de transport public, réduirait le risque d’infection pour les personnes vulnérables.

Certains signes encourageants indiquent que le vent politique et idéologique est en train de tourner, tandis que d’autres développements signalent un retour à des stratégies qui ont échoué.

Le gouverneur démocrate du Colorado, Jared Polis, a récemment déclaré que la disponibilité généralisée des vaccins signifiait « la fin de l’urgence médicale », et il résiste aux appels à imposer de nouveaux mandats de masques à l’échelle de l’État.

Pourtant, sur les côtes, en Californie et à New York, les élus renouvellent l’obligation de porter un masque pour tous, indépendamment de l’état de santé ou de la vaccination.

La fin de la pandémie est avant tout une décision sociale et politique.

Comme nous ne disposons d’aucune technologie pour éradiquer le virus, nous devons apprendre à vivre avec lui. Les politiques d’enfermement fondées sur la peur de ces deux dernières années ne sont pas un modèle pour une société saine.

La bonne nouvelle, c’est qu’avec les nouvelles technologies efficaces disponibles et les idées de protection ciblées décrites dans le GBD, nous pouvons mettre fin à la pandémie si seulement nous pouvons rassembler le courage et la volonté politique pour le faire.

En Suède et dans de nombreux États américains qui ont évité les mesures de confinement, la pandémie est effectivement terminée, même si le virus continue de circuler.

Lorsque la société normale reprendra ses activités, la grande majorité des gens constateront que vivre avec le virus n’est pas si difficile après tout.

Cet article a été initialement publié par le Brownstone Institute. Republié sous licence Creative Commons 4.0.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.