Niki Lauda dans un état « très satisfaisant » après sa transplantation (hôpital)

L’ancien triple champion du monde de F1 Niki Lauda se trouve dans un état « très satisfaisant » quatre jours après avoir subi en urgence une transplantation pulmonaire à la suite d’une infection, a annoncé lundi l’Hôpital général (AKH) de Vienne. « Vingt-quatre heures après l’opération, Niki Lauda était pleinement conscient. Il a pu être extubé et respire sans assistance », a indiqué l’AKH dans un communiqué.

Légende de la F1, l’ancien pilote autrichien âgé de 69 ans avait dû quitter précipitamment son lieu de vacances à Ibiza (Espagne) fin juillet pour être hospitalisé à Vienne en raison d’une infection pulmonaire. Il a été transplanté en priorité absolue après avoir dû être doté d’un poumon artificiel dans l’attente de l’opération. Depuis lors, « l’amélioration est constante, tous les organes fonctionnent bien », a précisé l’hôpital.

Une fragilité pulmonaire liée aux gaz toxiques inhalés

Victime d’un très grave accident de course lors du Grand prix d’Allemagne en août 1976 -il était resté près d’une minute dans son cockpit en flammes- Niki Lauda souffre d’une fragilité pulmonaire liée aux gaz toxiques inhalés à cette occasion. Il a également subi deux greffes de reins en 1997 et en 2005.

Selon le Pr Walter Klepetko, qui l’a opéré jeudi, l’ancien champion devra patienter encore plusieurs semaines avant de pouvoir quitter l’hôpital. Mais à terme, sauf mauvais surprise, il « pourra à nouveau voler, travailler et faire du sport comme avant », a-t-il assuré au journal Österreich.

D’ordinaire omniprésent sur les circuits en tant que président non-exécutif de l’écurie Mercedes, Niki Lauda avait manqué le Grands Prix de Hockenheim et celui de Hongrie les 22 et 29 juillet en raison de sa maladie.

Très actif dans le transport aérien

L’ancien pilote est également très actif dans le domaine du transport aérien. En janvier, il avait racheté son ancienne compagnie Niki, la rebaptisant LaudaMotion et en cédant dans la foulée 75% du capital à la compagnie à bas coûts irlandaise Ryanair, tout en en restant codirigeant.

Selon Österreich, il a juste avant son opération contacté le patron de Ryanair Michael O’Leary en vue de lui céder son quart de capital afin de s’épargner une surcharge future de travail.

DC avec AFP

 
VOIR AUSSI