Pour défendre Emmanuel Macron, Benalla propose un combat en octogone à un champion brésilien de MMA qui l’a menacé

Par Laurent Gey - Epoch Times
6 septembre 2019 18:37 Mis à jour: 6 septembre 2019 18:38

À peine 15 jours après avoir intégré l’administration du président Bolsonaro, le nouvel ambassadeur des sites touristiques du Brésil s’en est pris à Emmanuel Macron. Ex-champion de jiu-jitsu brésilien, Renzo Gracie a menacé « d’étrangler » Emmanuel Macron. Suite à sa vidéo, Alexandre Benalla lui a proposé de venir en France pour un combat en octogone.

Alexandre Benalla a répondu sur son nouvellement créé compte Twitter à Renzo Gracie, une légende brésilienne de MMA et de jiu-jitsu, pour défendre Emmanuel Macron. Ce dernier, par ailleurs ambassadeur du tourisme international depuis le 15 août avait publié une vidéo dans laquelle il rebaptisait le président français « Micron », et l’accusait de mal parler du Brésil.

Sur son compte Twitter ouvert en juillet dernier, Alexandre Benalla a proposé le 3 août un combat «en octogone» à Renzo Gracie. Il « semble avoir une grande bouche. Si vous voulez, je propose un octogone. Votre discours n’est pas digne d’un ancien grand sportif ! » a-t-il commenté.

«Macron… désolé, Micron ! Mon frère, tu parles mal de mon pays. Le seul feu qu’il y a est celui qui brûle dans le cœur des Brésiliens et dans celui de notre président, espèce de clown ! Viens ici, tu vas te faire tordre le cou, ton cou de poulette ! On ne me la fait pas à moi, non ! Ici c’est l’antiseptique qui brûle, idiot», s’était exclamé Renzo Gracie dans sa vidéo, avant de mimer un coup de poing.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.