La répression de Noël en Chine

Le régime sinistre interdit peu à peu les "festivals étrangers"
Par Anders Corr
26 décembre 2021 22:11 Mis à jour: 26 décembre 2021 22:11

Le Parti communiste chinois (PCC) est un parti totalitaire car il exige l’obéissance absolue de ses citoyens. Tous les groupes, organisations ou philosophies auxquels appartiennent les citoyens chinois doivent être conformes à la règle du PCC. Cela inclut toutes les religions, y compris le christianisme et sa célébration de Noël.

Le secrétaire général du PCC, Xi Jinping, a appelé à la « sinisation de la religion » ce mois-ci lors d’une conférence sur les affaires religieuses. Dans les faits, cela signifie la subordination des chefs religieux, y compris les chrétiens, aux responsables du PCC.

Xi Jinping a déclaré lors de la conférence nationale qu’il fallait « élaborer une théorie religieuse du socialisme aux caractéristiques chinoises, travailler conformément à la politique fondamentale du Parti en matière d’affaires religieuses et défendre le principe selon lequel les religions en Chine doivent avoir une orientation chinoise ».

Cela ne laisse pas beaucoup de place au vieux Père Noël.

Selon The Independent, « certains responsables chinois ont tenté de détourner l’attention de Noël dans le pays en encourageant plutôt les gens à célébrer l’anniversaire de Mao Zedong, l’ancien dirigeant et architecte de la Chine moderne, né le 26 décembre 1893 et mort à 82 ans ».

En 2019, des responsables de Linyi, dans la province du Shandong, ont placé un gâteau d’anniversaire pour Mao au pied de sa statue dans un temple le jour de Noël.

Il est difficile d’imaginer quel effet le « Santa Mao » de Linyi pourrait avoir sur les millions de personnes qui veulent célébrer le vrai Noël. Mais le signal est là, fort et clair, pour les fidèles communistes : célébrez Mao, pas le Père Noël.

Si les chrétiens s’en tirent à bon compte par rapport aux Ouïghours, aux Falun Gong et aux Tibétains, qui subissent tous un génocide selon la définition des Nations unies, ceux qui s’inspirent du Christ sont de plus en plus persécutés en Chine. Les églises chrétiennes sont démolies, les dirigeants chrétiens contraints de recevoir des ordres de Pékin, et depuis environ 2018, même la célébration de Noël est découragée par les autorités locales.

Un article du 24 décembre intitulé « China cancels Christmas : why Santa Claus is not coming to town for Chinese kids » (La Chine annule Noël : pourquoi le Père Noël ne vient pas en ville pour les enfants chinois), par Jane Cai dans le South China Morning Post, fournit les dernières preuves d’une persécution continue du christianisme en Chine. Et il y a beaucoup de chrétiens à persécuter.

Un homme se tient près des restes rasés d’une église catholique dans un village du comté de Pingyang, à Wenzhou, dans la province chinoise du Zhejiang (est), le 16 juillet 2014. (Didi Tang/AP Photo)

Pas moins de 84 millions de protestants et 21 millions de catholiques vivent en Chine, selon une estimation. Cela représenterait 7,5 % de la population. Cependant, les jeunes de toutes les religions, y compris les athées, célèbrent de plus en plus Noël depuis les années 1990. C’est une fête attrayante, pour les jeunes, où l’on peut « faire du shopping, sortir, patiner et faire la fête », selon Jane Cai.

Mais le régime du Grinch dédaigne Noël. Selon Ahmed Aboudouh, qui écrit dans The Independent, le PCC appelle cette fête « l’opium spirituel de l’Occident » et « la fête de la honte ».

Le Washington Post attribue l’augmentation du sentiment anti-Noël en Chine à « la montée du nationalisme déclenchée par la guerre commerciale sino-américaine » déclenchée par le président Donald Trump en 2018.

The Independent ajoute les tensions militaires et les lois plus récentes sur les droits de l’homme, par exemple la loi américaine du 23 décembre qui interdit l’importation de biens en provenance de la région chinoise du Xinjiang. Le gouvernement américain a reconnu que les musulmans ouïghours, originaires du Xinjiang, sont victimes d’un génocide.

Depuis 2018, selon le Washington Post, « les gouvernements locaux du Hebei, au nord, au Guizhou et au Guangxi, au sud, ont émis des ordres pour interdire les décorations festives extravagantes et les rassemblements à grande échelle pour célébrer Noël. »

Le Washington Post note que les centres commerciaux et les magasins doivent éviter les décorations de Noël et les promotions commerciales. Les écoles et les universités du pays ont reçu l’ordre des autorités éducatives de ne pas célébrer les « festivals occidentaux ».

Une école primaire de Shanghai, par exemple, a pour règle de ne pas célébrer de fêtes non chinoises, y compris en cette période de Noël.

« C’est une règle soulignée par les autorités éducatives encore et encore ces dernières années », a déclaré un enseignant au Washington Post. « On nous dit que tout enseignant trouvé en violation [des règles] sera puni ».

Les parents ressentent également la pression. Un fonctionnaire de Pékin a déclaré au Washington Post qu’il « n’achèterait pas de sapin de Noël pour ses deux filles cette année pour ‘éviter les problèmes' ».

Il a ajouté : « Bien que j’aime décorer le sapin avec mes enfants, j’ai décidé que nous ne célébrerions plus Noël pour des raisons de rectitude politique. »

Les films de propagande chinois découragent également la célébration de Noël, selon le Washington Post. Un film datant de 2021, intitulé La bataille du lac Changjin, le film le plus rentable en Chine avec 874 millions de dollars, dépeint des soldats chinois courageux et stoïques en Corée combattant des Américains paresseux et sadiques, impatients de rentrer chez eux pour Noël.

La morale de l’histoire pour les fêtes : ne les célébrez pas si elles sont occidentales, surtout pas Noël.

Outrés et inspirés par le film, des milliers d’utilisateurs de médias sociaux ont lancé une campagne en ligne contre Noël et tout citoyen chinois qui partage des photos de joie de Noël.

« Les avis du PCC ont interdit aux membres du Parti, aux agences gouvernementales et même aux universités de prendre part à toute fête, tandis que les slogans exhortant les citoyens à boycotter Noël sont courants sur les plateformes de médias sociaux », selon The Independent.

Ahmed Aboudouh note l’exemple de la ville de Hengyang, dans la province du Hunan, où le régime a interdit en 2018 toute vente et activité de Noël qui bloquait les rues. L’année précédente, le régime avait mis en garde les responsables du PCC contre la célébration de Noël et recommandait plutôt la promotion de la culture traditionnelle chinoise.

Selon la lettre, « les membres du Parti doivent observer la croyance du communisme et il leur est interdit d’adorer aveuglément l’opium spirituel occidental ».

Lors d’une manifestation de rue contre Noël, des étudiants universitaires portant des tenues traditionnelles chinoises tiennent des bannières sur lesquelles on peut lire « Résistez à Noël, les Chinois ne doivent pas célébrer les fêtes étrangères » à Changsha, dans la province du Hunan (centre de la Chine), le 24 décembre 2014. (STR/AFP via Getty Images)

De nombreux parents chinois qui sans cela auraient célébré Noël, renoncent à contrecœur à cette fête.

« Je ne vois pas le lien direct entre Noël et le patriotisme », a déclaré le fonctionnaire au Washington Post. « Je pense que la plupart des Chinois célèbrent cette fête juste pour le plaisir. De toute façon, il est facile pour les gens d’être jugés politiquement de nos jours. Pour jouer [la] sécurité, je dois renoncer à Noël et laisser tomber mes enfants. »

Dans une société où l’Église et l’État sont séparés par la Constitution, comme aux États-Unis, il est vrai qu’il n’y a pas de lien nécessaire entre Noël et le patriotisme. Les chrétiens peuvent être patriotes, ou non.

Mais cela ne s’applique pas en Chine, car le PCC vise à remplacer la vraie religion par sa propre idéologie purement politique qui ne peut supporter aucun concurrent autre que ceux qui se sont vaincus par la subordination à la hiérarchie du PCC.

Comme le disait Mao, le pouvoir politique se développe à partir du canon d’un fusil. Lorsque ce canon est pointé vers le Père Noël, il n’y a pas de place pour la diversité religieuse.

Les citoyens chinois sont progressivement contraints de choisir : soit le Parti, soit leurs croyances chrétiennes. Ils ne peuvent pas avoir les deux. S’ils choisissent le Parti, ils doivent renoncer à Noël pour démontrer une forme puriste de subordination à l’État, comme l’exige Pékin. S’ils choisissent les célébrations de Noël les plus minces sur le plan spirituel, ils s’engagent sur la voie non seulement des problèmes, mais aussi d’une situation bien pire si l’on en croit les Ouïghours, les Falun Gong et les Tibétains.

Pourtant, malgré toutes les menaces ressenties par les chrétiens en Chine, l’esprit de Noël scintille toujours. Selon The Independent, « on peut encore voir des arbres, des lumières et des décorations orner les espaces publics et les centres commerciaux dans les grandes villes, dont Shanghai ».

Aidons la Chine à garder cet esprit de Noël vivant.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.