Selon une étude, les légumes impopulaires sont les plus efficaces contre les caillots de sang

Par Jessie Zhang
28 août 2022 21:35 Mis à jour: 28 août 2022 21:35

Des chercheurs australiens ont découvert que certains des légumes les plus impopulaires peuvent contribuer à réduire le risque d’accident vasculaire cérébral, voire à en inverser les effets.

Le Heart Research Institute (HRI), basé à Sydney, a découvert que les isothiocyanates, un groupe de substances chimiques présentes dans les légumes crucifères tels que le brocoli, le chou de Bruxelles, le chou‑fleur, le pak‑choï et le chou, pouvaient réduire la formation de caillots sanguins, la cause la plus fréquente d’accident vasculaire cérébral.

Un accident vasculaire cérébral se produit lorsqu’un caillot sanguin ou une rupture coupe l’approvisionnement en sang du cerveau, privant les cellules cérébrales d’oxygène et de nutriments et entraînant la mort des cellules cérébrales.

Si les légumes crucifères sont bien connus pour leur rôle dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux, les scientifiques affirment qu’ils pourraient également servir à leur traitement.

Xuyu Liu, de l’université de Sydney, qui dirige l’unité cardiovasculaire de l’HRI, a déclaré que des essais précliniques sur des animaux ont montré qu’une alimentation plus riche en brocolis et en choux de Bruxelles doublait le taux de désobstruction des artères et pouvait aider les gens à éviter les accidents vasculaires cérébraux.

Ces aliments naturels n’affectaient pas non plus la réponse protectrice de l’organisme aux hémorragies et présentaient moins d’effets secondaires.

L’étape suivante consiste à effectuer des tests dans le cadre d’un essai clinique sur l’homme. Une des pistes envisagées est la création d’une boisson combinant les molécules nécessaires au traitement anti‑crise.

Choux de Bruxelles rôtis maison avec du sel et du poivre. (AdobeStock)

 

Selon le HRI, près de 55.000 Australiens sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) chaque année, et bien que 80% des AVC soient évitables, il n’y a qu’un seul t traitement clinique des AVC approuvé actuellement.

« Pour l’instant, les traitements n’ont pas vraiment progressé depuis les années 1990 », a déclaré le Dr Liu.

« Nous n’administrons que le médicament activateur du plasminogène tissulaire pour les AVC, mais [il] doit être administré dans les 4,5 heures suivant le début des symptômes – une fenêtre temporelle étroite qui est très difficile à atteindre dans les zones rurales ou éloignées. »

« Même s’il est administré dans la bonne fenêtre temporelle, le taux de réussite est inférieur à 40%. »

Des régimes alimentaires sains pour le cœur

L’utilisation des aliments comme médicaments est vieille comme le monde. La médecine moderne est fortement axée sur les maladies, et les étudiants en médecine passent de nombreuses années à étudier le corps dans un état pathologique et leurs conditions elles‑mêmes, alors que, dans les pratiques médicinales traditionnelles et anciennes, l’utilisation des aliments comme médicaments est l’un des principaux piliers.

Des études récentes ont démontré que les aliments à feuilles vertes comme le chou frisé, les épinards, le brocoli et les petits‑pois réduisent le risque de démence, que le curcuma tue les cellules tumorales et que les myrtilles protègent contre les maladies cardiaques et les troubles mentaux.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.