Très prisé, le malinois est aussi l’un des chiens les plus abandonnés en France

Par Emmanuelle Bourdy
25 mai 2024 16:33 Mis à jour: 25 mai 2024 16:33

Si le malinois est un chien apprécié en raison de ses nombreuses qualités et aptitudes, il est en revanche l’une des races les plus abandonnées en France. De plus, ce que beaucoup ignorent, c’est que ses qualités s’acquièrent au prix d’importants efforts de dressage et même de sélections génétiques.  

Lorsqu’ils sont bien dressés et font l’objet d’une sélection rigoureuse au niveau génétique, les malinois sont des chiens aux qualités exceptionnelles. En dehors d’un cadre adapté pour eux, ils peuvent devenir agressifs et faire l’objet de signalements. Auquel cas ils viennent grossir les rangs des chiens abandonnés dans les refuges.

Ils ne devraient être placés « que chez des personnes qui ont un vrai projet de vie pour eux »

Les éleveurs qui souhaitent arriver à faire de ces malinois des lignées dites « de travail » doivent d’abord choisir méticuleusement les reproducteurs. Ensuite, le dressage demande des efforts drastiques durant de longs mois.

« Ces malinois, travaillés génétiquement pour être des chiens de détection ou d’intervention, ne devraient être placés que chez des personnes qui ont un vrai projet de vie pour eux », revendique dans les colonnes du Parisien la présidente de l’association SOS adoptions : malinois en détresse.

Alexandre Balzer, président de la Centrale Canine, explique que le malinois – classé « dans le top 5 » – est recherché pour « son travail, son obéissance », mais aussi pour « ses aptitudes de chien léger, sportif et vaillant ». « C’est un chien très intéressant pour les administrations et les professionnels », précise-t-il. Ils offrent en effet de bons et loyaux services au sein de la police par exemple, qui n’hésite pas à louer leurs exploits sur les réseaux sociaux.

Dans des cadres de vie inadaptés, ils peuvent devenir agressifs

Victimes de leur succès, ces malinois sont aussi très prisés auprès de particuliers souhaitant par exemple acquérir un chien de garde. C’est ainsi que des malinois de travail, pour le prix de 1400 euros, se retrouvent chez des personnes n’ayant aucune connaissance de la race. Ces animaux se retrouvent ainsi dans un environnement inadapté à leurs besoins. En conséquence, leurs qualités de départ se transforment. Leur vigilance et leur vitalité sont remplacées par de l’hypervigilance et peuvent même conduire à de l’impulsivité, voire de l’agressivité. Ils deviennent alors des chiens dangereux.

Mais comme l’indique le quotidien francilien, ces traits de caractères sont en fait recherchés par certains acquéreurs. « Sans décrier la profession d’agent de sécurité privée, beaucoup de chiens y sont saisis suite à des signalements de maltraitance. Ces animaux sont enfermés dans des caves ou le coffre d’une voiture et ne sont sortis que lorsque leur conducteur est en faction », pointe à ce propos la présidente de l’association SOS adoptions : malinois en détresse.

C’est ainsi que les malinois ayant fait l’objet de signalements se retrouvent dans des refuges et on constate qu’ils y sont plus nombreux que les chiens de compagnie, note Le Parisien. Le président de la SPA, Jacques-Charles Fombonne, mentionne que « beaucoup de ces malinois, dressés au combat, au mordant, ou qui ont été frappés, ont besoin d’être reprogrammés », une tâche qui « demande du temps et de l’argent ». Une enveloppe de 500.000 euros par an est ainsi consacrée « à l’éducation des chiens difficiles », indique-t-il.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT