Un expert perçoit un possible avenir post-PCC

Quand les forces de sécurité publique ne pourront plus être payées...
Par Mary Hong
22 septembre 2022 01:08 Mis à jour: 22 septembre 2022 01:52

Le déficit fiscal des gouvernements locaux est devenu une norme en Chine. Pendant que les fonctionnaires subissent des réductions de salaire généralisées, le régime continue de s’enfermer dans sa politique stricte du zéro Covid. Un observateur des affaires chinoises estime que la Chine se dirige vers l’ère post-régime.

Kenneth C. Fan, fondateur de l’Indo-Pacific Risk Forecast Centre [Centre de prévision des risques de la région indo-pacifique], estime que le monde doit se préparer à une ère post-régime.

Dans une interview accordée à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times, M. Fan définit ce que veut dire l’ère post-Parti communiste chinois (PCC). Il explique ce qui, selon lui, constituera le signal clair annonçant le début de cette nouvelle période.

Selon lui, les départements du pouvoir du PCC, tels que la sécurité publique, l’armée et la police armée, connaîtront bientôt des réductions de salaire. Il pense qu’il s’agit là d’un signe clair annonçant la fin imminente du PCC en Chine.

La Chine transformée en un gigantesque plateau de tournage hollywoodien

M. Fan décrit la Chine moderne comme une scène hollywoodienne surdimensionnée où le PCC a déployée « une équipe de collaborateurs et des panneaux d’affichage », tels que les finances, la défense nationale et les banques, pour attirer les investissements étrangers. Tous ces « collaborateurs » maintiennent l’économie chinoise au moyen de manœuvres rigoureusement cachées au profane.

Grâce à ce gigantesque montage hollywoodien, le PCC a atteint son objectif : adhérer à l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Le monde est devenu l’ECMO (dispositif d’oxygénation extra-corporelle) du PCC, en d’autres termes son assistance respiratoire. L’économie chinoise se maintient uniquement depuis l’extérieur.

Son mode de fonctionnement, régulièrement défini par les trois termes « tromper, croître, tuer », a été planifié pour s’emparer de la technologie et susciter l’intérêt des entreprises étrangères, en particulier des entreprises taïwanaises.

Selon M. Fan, le décor géant d’Hollywood a été conçu pour tromper.

Il décrit allégoriquement le régime comme le « fondateur du métavers ».

« Qu’est ce que le métavers dont Facebook parle en ce moment ? Laissez-moi vous le dire… Sous le règne et le front uni du PCC, le pays s’est transformé en un métavers multi-couches et multi-dimensionnel. »

« Parmi les nombreux personnages et mondes du métavers, il y en a toujours un qui vous convient. Vous pourrez toujours tomber dans son piège. Comme la grenouille ébouillantée, vous serez très à l’aise, mais plus tard, vous découvrirez que s’en est fini de vous. »

[On prétend qu’une grenouille jetée dans de l’eau trop chaude s’échappe spontanément. mais placée dans de l’eau en train de chauffer graduellement, l’animal à sang froid n’aurait pas le réflexe de sortir avant que l’eau atteigne une température mortelle.]

Unité spéciale de police déployée dans le quartier Wanchai lors de la venue de Xi Jinping à Hong Kong à l’occasion du 25e anniversaire de la rétrocession à la Chine, le 30 juin 2022. (Peter Parks/AFP via Getty Images)

Xi gère la Chine « comme un État en guerre »

M. Fan affirme que ce théâtre géant est en train de s’effondrer.

Les récentes informations relatives à la réduction par les services publics des salaires des fonctionnaires, des enseignants et même du personnel médical dans diverses régions de la Chine, laissent entrevoir la grave détérioration des finances du pays.

« Xi essaie de renverser la situation, par un contrôle interne, le ‘zéro-Covid’, le confinement des villes et des foyers, ou même la guerre. »

M. Fan reproche à Xi Jinping de gérer la Chine comme un état en guerre. « Le confinement de Shanghai est son exercice de préparation à la guerre ».

Mais le recours généralisé aux confinements dans les villes a dévasté financièrement l’ensemble du pays.

Le 14 juillet, le ministère chinois des Finances a fait état d’un déficit budgétaire dans les 31 régions administratives provinciales pour le premier semestre 2022. Le 21 juillet, le Conseil des affaires d’État a mis en garde tous les niveaux de gouvernement pour les inciter à restreindre leurs dépenses.

L’investisseur immobilier Graham Stephan a également déclaré sur son compte Twitter, le 17 août, que l’économie chinoise connaissait un « effondrement quasi-complet ».

La Chine post-PCC

M. Fan a proposé le concept d’une « Chine post-PCC » en 2019.

Selon lui, tout se produira lorsque chaque unité administrative chinoise sera déficitaire et que les finances du gouvernement central ne suffiront pas à combler les déficits locaux, cette situation perdurera pendant 24 mois.

« Sans argent, la structure dirigeante du PCC va se décomposer. »

« Le service public s’arrêtera. Les opérations permettant de maintenir les moyens de subsistance de base cesseront lorsque les finances de la nation seront insuffisantes. »

Lorsque les forces armées seront à court d’argent, les finances du PCC seront en phase terminale

Selon M. Fan, la maladie financière en phase terminale se manifestera lorsque les « départements du pouvoir » du PCC, tels que l’armée, la police, les services de renseignement et la sécurité publique, connaîtront à leur tour des retards de paiement.

Ces départements – sur lesquels le PCC s’appuie pour assurer son pouvoir – bénéficient généralement d’une part importante du budget. Les départements de la police locale maintiennent leur trésorerie en utilisant divers moyens, comme les contraventions abusives. Par conséquent, lorsque leurs salaires seront retardés, les finances du PCC arriveront en phase terminale.

« Le manque d’argent liquide sera le signe évident de l’avènement de cette Chine post-PCC. »

Shih-hsun Li a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.