Un maire PS de Haute-Garonne opposé à l’accueil de 120 migrants: il dénonce un manque de concertation avec l’État

Par Emmanuelle Bourdy
1 octobre 2022 11:48 Mis à jour: 1 octobre 2022 11:48

Le maire PS de Saint-Lys, commune de Haute-Garonne comptant 10.000 âmes, s’oppose à l’accueil de 120 migrants. Il estime ce nombre beaucoup trop élevé et ne souhaite en accueillir que 80 tout au plus.

L’État pousse la commune de Saint-Lys, située à l’Ouest de Toulouse, à accueillir 120 migrants, le projet étant de transformer l’actuel Ehpad Joie de vivre – l’exploitant étant sur le point de déménager d’ici fin 2022 – en centre de préparation d’aide au retour des migrants. Mais le maire s’y oppose fermement, ainsi que le relate France 3 Occitanie.

« Nos territoires ne sont pas adaptés pour accueillir ces populations-là »

Le 15 septembre dernier, Emmanuel Macron a indiqué lors de la réunion des préfets qu’il souhaitait accueillir des immigrés dans des zones rurales, qui « sont en train de perdre de la population ». Si le maire de Saint-Lys, Serge Deuilhé, déclare « qu’il n’est pas question pour la municipalité de s’opposer à l’accueil de migrants », d’autant plus qu’il est fidèle « aux valeurs humanistes d’aide et de soins aux populations opprimées », il indique néanmoins que ce projet « imposé par l’État » est « disproportionné et incompatible avec les spécificités et capacités du territoire ».

L’édile pointe en effet le manque de transports en commun au sein de sa commune. « Nos territoires ne sont pas adaptés pour accueillir ces populations-là », explique-t-il, ainsi que le rapporte BFMTV. Par ailleurs, il mentionne avoir tenté durant plusieurs mois « d’entamer le dialogue avec les services de l’État pour trouver un compromis acceptable par tous », mais en vain. « Face à ce refus manifeste de concertation avec la mairie et les acteurs concernés, c’est donc en tant que représentant de la population saint-lysienne que je m’oppose fermement à ce projet. Mobilisons-nous ! » a-t-il martelé. L’élu a donc invité les habitants à manifester. Le rassemblement était prévu ce vendredi 30 septembre à 18 heures, sur le parking de l’école Tabarly.

La préfecture affirme qu’il y a eu « de nombreuses réunions d’échanges depuis juin 2021 »

« L’inconnu peut faire peur, et nous pensons que tout le monde sera rassuré si la préfecture apporte des réponses sur l’installation et la gestion du centre. C’est pour cela que nous demandons une réunion publique depuis plusieurs mois, sans réponse », déplore Médélys Oberti, collaboratrice de cabinet du maire, auprès de France 3.

La préfecture de la Haute-Garonne en charge du projet explique de son côté que de nombreuses réunions d’échanges ont eu lieu « depuis juin 2021, entre les services de l’État, l’Office français de l’immigration et de l’intégration, l’opérateur Adoma et la mairie de Saint-Lys ». Elle précise encore que ces 120 personnes ne resteront dans ce centre que 15 jours à un mois en moyenne, puisqu’elles ont épuisé leurs droits au séjour en France. Ce passage à Saint-Lys ne serait donc pour elles qu’un tremplin pour préparer leur retour vers leur pays d’origine, indique France 3.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.