Un soldat meurt sur la table d’opération, revient et raconte, 40 ans plus tard, son expérience de mort imminente et les paroles du Seigneur

Par Epoch Times
20 avril 2022 15:58 Mis à jour: 20 avril 2022 16:07

Scott Drummond, un athlète talentueux, a été enrôlé dans l’armée en 1971 alors que ses camarades partaient au Vietnam.

Il a eu de la chance. Ses talents sur le terrain de basket-ball lui ont permis d’éviter les lignes de front. Il a joué au ballon en Allemagne, dans l’armée, alors que beaucoup de ses confrères soldats sont morts au Vietnam.

Bien que M. Drummond ait survécu, il a lui-même frôlé la mort lors d’un voyage de ski à l’âge de 28 ans, ce qui l’a amené à vivre une expérience de mort imminente.

Il n’a pas voulu parler de son expérience pendant 40 ans, jusqu’à ce qu’il soit finalement contraint de la partager pour offrir de l’espoir en ces temps difficiles.

M. Drummond, aujourd’hui âgé de 68 ans et vivant à Provo, dans l’Utah, a eu un accident sur les pistes de ski ce jour-là, il y a plusieurs décennies. Après avoir retiré son gant, il a vu son pouce disloqué qui pendait mollement par la peau. Il a appelé sa femme et a été emmené à l’hôpital, où un incident médical l’a fait sortir de son corps. M. Drummond a expliqué ce qui s’est passé.

« J’étais sur la table d’opération et ils étaient en train de planifier l’opération. À ce moment-là, il y avait une infirmière et un médecin, ils ont mis un drap entre moi et l’endroit où ils opéreraient mon pouce », a-t-il confié à Epoch Times. « L’anesthésiste devait être là pour me donner les médicaments afin que je sois endormi pour l’opération, mais il a été appelé en urgence. »

(Avec l’aimable autorisation de Scott Drummond)

Une infirmière expérimentée, mais qui n’avait jamais effectué d’anesthésie régionale intraveineuse ou bière-block (utilisation d’un garrot pour réguler une anesthésie localisée en vue d’une intervention chirurgicale), a commis une erreur pendant que le médecin travaillait sur son pouce, et le médicament a voyagé le long du bras de M. Drummond et dans son cœur.

« Le médicament qu’ils lui ont injecté pour l’anesthésie locale est la lidocaïne et j’ai découvert plus tard que j’y suis allergique. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai en quelque sorte quitté cette vie », a-t-il dit. « Ce qui s’est passé, c’est que j’ai été soulevé hors de mon corps et je suis resté là à regarder mon corps. Je regardais tout cela d’en haut et j’ai vu mon corps allongé sur la table. »

L’infirmière a quitté la pièce en courant, paniquée, en criant qu’elle avait tué M. Drummond. Le personnel médical a commencé à travailler pour lui sauver la vie, tandis que son médecin continuait la procédure sur son pouce. M. Drummond a vu tout cela clairement, puisqu’il avait quitté son corps. Puis, il a entendu un message dans son esprit : « Il est temps de partir. »

« Quelqu’un se tenait juste à côté de moi. Je ne pouvais pas le regarder, mais je communiquais avec lui par l’intermédiaire de mon esprit », a-t-il dit. « Il me parlait à travers son esprit et je ne lui parlais pas ; c’était juste dans mon esprit. Puis, tout à coup, je me tenais dans un champ, c’était un beau champ avec des herbes hautes probablement jusqu’à ma taille. … Cette herbe m’entourait et me submergeait ; dans mon esprit, je sentais l’amour émanant de l’herbe. »

(Illustration – Nazarenko LLC/Shutterstock)

M. Drummond a entendu un message dans son esprit lui disant qu’il ne devait pas regarder en arrière, un message qui résonne encore dans son esprit jusqu’à ce jour.

« J’étais parti. J’étais mort. J’allais de l’avant. Je pouvais regarder d’un côté à l’autre et devant moi, mais je n’avais pas le droit de regarder en arrière », a-t-il dit. « À l’extrême gauche, il y avait de grands arbres, c’était une forêt. C’était des arbres que je n’avais jamais vus jusqu’à il y a environ trois ans, lorsque je suis allé dans la forêt nationale Olympique de Washington. … Ensuite, ce que j’ai remarqué, ce sont les couleurs ; les couleurs étaient vives. Je n’avais jamais vu de telles couleurs auparavant. Nous avons tendance à voir les choses en 3D ici sur Terre ; vous amplifiez cela par 10 et c’était la couleur des feuilles sur l’arbre. Elles étaient d’un vert éclatant. »

Entre M. Drummond et les arbres, il y avait un champ de fleurs sauvages hautes jusqu’à la taille.

« Ce qu’il y avait d’unique avec les fleurs sauvages, c’est que toutes les fleurs me faisaient face », a-t-il dit. « Je me sentais connecté à ces fleurs à cause de l’amour qui s’en dégageait. … J’ai trouvé que c’était un sentiment très apaisant. Devant moi, il y avait un nuage, mais il était d’une couleur brillante, blanc perle. »

À ce moment-là, M. Drummond a vu sa vie se dérouler devant ses yeux dans une vidéo, dès l’âge de 8 ans jusqu’à ses 20 ans.

(Illustration – IgorKR, Deliris/Shutterstock)

« J’ai tout vu. Ce n’était pas comme un flux vidéo ; tout se produisait dans ma tête ; tout était dans mon esprit, mais je l’ai vécu », a-t-il dit. « Je l’ai vécu à nouveau. J’ai vu ma famille. J’ai vu les sacrifices que mes parents ont faits pour moi, dans mes sports, en m’emmenant à tous mes matchs et à tous les événements et tout et tout, tout cela avait été fait par pur amour. »

Il se souvient très bien de ces expériences vécues à nouveau en termes clairs de « noir ou blanc », « bien ou mal », sans rien au milieu, sans zone grise.

« Il y a le bien ou le mal, le bon ou le mauvais. Et il n’y avait personne avec qui je pouvais justifier les choses – mon point de vue », a-t-il ajouté. « Dans ma vie jusqu’alors, je n’étais pas vraiment sur la bonne voie. Dans le sport professionnel comme dans le sport universitaire, vous devez faire tout ce que vous pouvez pour avancer. Certaines de ces choses n’étaient pas bonnes. Même dans le monde des affaires, pour avancer, il faut souvent marcher sur les autres en cours de route et j’ai réalisé que ce que je faisais n’était pas bien. »

Puis M. Drummond s’est retrouvé devant le nuage vers lequel il s’est dirigé. Une main en sortait.

« Ce n’était pas quelque chose que j’avais vu auparavant parce que c’était si pur et je ne pouvais pas déterminer quelle était sa couleur. C’était tout simplement très pur », a-t-il dit. « J’ai étudié ce bras. … Ses avant-bras étaient plus grands que les miens. Et j’ai remarqué, d’après la façon dont le bras traversait le nuage, qu’il était un peu plus grand que moi. »

« Ensuite, j’ai étudié ses mains. Ses mains étaient beaucoup plus charnues. C’était quelqu’un qui travaillait dans la construction, ou était un fermier, ou peut-être un charpentier. C’était une personne dont on pouvait dire qu’elle utilisait ses mains. … Elles étaient très fortes. »

M. Drummond dit maintenant qu’il croit que cet homme était, en fait, le Seigneur, qui lui a alors dit : « Ce n’est pas ton heure. Tu as encore d’autres choses à faire. » Aujourd’hui, M. Drummond continue d’entendre ce message chaque jour.

« L’instant d’après, on m’a renvoyé dans mon corps et j’étais allongé sur la civière », a-t-il dit. « On m’a sorti de la pièce et, tout à coup, j’ai commencé à bouger dans tous les sens. C’était la plus grande lutte qui se déroulait dans mon corps parce que je ne voulais pas revenir. Je n’avais jamais ressenti l’amour comme cela auparavant et je n’avais jamais ressenti la paix comme cela auparavant dans ma vie. »

M. Drummond avait été déclaré mort pendant 20 minutes. Il se rend compte aujourd’hui qu’une autre chance lui a été donnée ici sur Terre, une chance qu’il devait saisir à partir de ce moment.

« La raison pour laquelle j’ai été renvoyé est que j’étais trop égoïste dans ma vie. Je n’avais pas appris à être gentil avec les autres et à traiter les gens avec respect comme j’aurais dû le faire », a-t-il confié au journal. « Une chose que je regrette probablement le plus, c’est de n’avoir jamais dit à ma femme à quel point je l’aime. Avant d’entrer en chirurgie, je n’ai fait que dire ‘à plus tard’ et je n’avais jamais pensé que j’aurais pu mourir. »

Depuis qu’il a frôlé la mort et a fait cette expérience divine, M. Drummond a appris à être gentil et attentionné envers les autres. Au lieu de se concentrer sur lui-même, il préfère aider les gens dans leur carrière en les édifiant pour qu’ils puissent s’améliorer.

« Les leçons que j’ai apprises sont si précieuses. Et cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. (…) C’est quelque chose que j’ai dû apprendre pendant 40 ans, parce que je veux avoir un meilleur rapport quand je reviendrai la prochaine fois. »

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.