Une nouvelle étude confirme que le risque d’inflammation cardiaque chez les jeunes hommes est plus élevé après une vaccination qu’après avoir contracté le Covid

Par Zachary Stieber
25 septembre 2022 15:16 Mis à jour: 25 septembre 2022 20:40

Selon une nouvelle étude, le risque d’inflammation cardiaque est plus élevé chez les hommes âgés de moins de 39 ans après une vaccination Moderna Covid-19 que suite à une infection par le Covid-19.

Des chercheurs britanniques ont analysé les admissions à l’hôpital pour myocardite, une forme d’inflammation cardiaque, parmi les personnes vaccinées entre le 1er décembre 2020 et le 15 décembre 2021.

Ils ont calculé que la deuxième dose du vaccin Moderna, conseillée pour une série primaire de deux doses, entraîne 97 cas de myocardite par million au-dessus du niveau de référence dans les 28 premiers jours après vaccination chez les hommes de moins de 40 ans. Ce chiffre est supérieur aux 16 cas supplémentaires de myocardite par million après un test Covid-19 positif et avant vaccination.

Les chercheurs ont également calculé qu’une première dose du vaccin Pfizer entraînait 4 myocardites supplémentaires par million et qu’une première dose du vaccin Moderna entraînait 14 myocardites supplémentaires par million chez les hommes de moins de 40 ans. Une deuxième dose du vaccin Pfizer a été associée à 14 myocardites supplémentaires par million d’habitants dans ce groupe d’âge.

Depuis longtemps, les vaccins Moderna et Pfizer sont associés à des inflammations cardiaques, mais Moderna présente des taux beaucoup plus élevés.

Moderna et Pfizer n’ont pas répondu aux demandes de commentaire.

« La myocardite associée au vaccin touchait surtout les hommes de moins de 40 ans, à une exception près : à la fois les hommes et les femmes plus jeunes avaient un risque accru de myocardite après l’administration d’une deuxième dose de mRNA-1273″, le nom commercial du vaccin Moderna, ont déclaré les chercheurs.

L’étude a été publiée par l’American Heart Association (pdf) dans sa revue Circulation.

Le Dr Sanjay Verma, cardiologue, a expliqué à Epoch Times que les dizaines de décès post-vaccination causés par une myocardite relevés par les chercheurs contredisent les affirmations répétées des responsables sanitaires. Ceux-ci affirment que la myocardite post-vaccination est bénigne et se résorbe généralement d’elle-même.

Selon les chercheurs, 51 patients sont décédés après une injection d’AstraZeneca et 49 après une injection de Pfizer.

Aucun bénéficiaire de Moderna n’est décédé d’une myocardite dans les 28 jours suivant son admission.

La plupart des personnes décédées étaient des adultes ou des aînés

Le Dr Vinay Prasad, professeur d’épidémiologie à l’Université de Californie à San Francisco (UCSF), a déclaré sur Twitter que l’étude apportait davantage de preuves que Moderna devrait être interdit aux moins de 40 ans.

L’étude

L’étude a analysé les registres des personnes âgées de 13 ans et plus qui avaient reçu au moins une dose des vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneca et qui ont été admises dans un hôpital pour une myocardite ou qui en sont décédées entre décembre 2020 et décembre 2021.

Certaines personnes vaccinées ont été testées positives au Covid-19 et ont souffert d’une myocardite avant même l’administration d’une dose.

À partir de ces résultats, les chercheurs ont établi des ratios de taux d’incidence, ou estimation des risques, pour la population globale et pour chaque sexe en fonction de l’âge, en divisant la population en deux groupes : les moins de 40 ans et les plus de 40 ans.

La myocardite et les deux autres formes d’inflammation cardiaque, la péricardite et la myopéricardite, sont plus fréquentes chez les jeunes, en particulier chez les jeunes hommes.

Les études et les registres d’un certain nombre de pays montrent que les jeunes hommes sont plus exposés au risque de myocardite après vaccination qu’après avoir contracté le Covid. Certaines recherches montrent que les vaccinés sont plus exposés au risque d’inflammation cardiaque que les non-vaccinés.

Les chercheurs britanniques ont constaté un risque élevé d’inflammation cardiaque après la première injection du vaccin d’AstraZeneca ; les première, deuxième et troisième injections du vaccin de Pfizer ; et les deuxième et troisième doses du vaccin Moderna pour l’ensemble de la population étudiée. Mais les risques étaient plus élevés après un résultat positif au test Covid-19 avant ou après la vaccination.

« Dans ce grand ensemble de données, nous avons constaté que pour la totalité de la population anglaise vaccinée contre le Covid-19 au cours d’une importante période de 12 mois pendant la pandémie, quand les vaccins Covid ont été mis à disposition pour la première fois, le risque de myocardite après vaccination contre le Covid-19 était assez faible par rapport au risque de myocardite après infection par le Covid-19 », a déclaré dans un communiqué Martina Patone, auteur principal et statisticienne au Nuffield Department of Primary Health Care Sciences de l’Université d’Oxford.

« Le public doit être conscient que la myocardite est rare, le risque de développer une myocardite après un vaccin Covid-19 est également rare. Ce risque doit être comparé aux avantages que procurent les vaccins Covid-19 dans la prévention des infections graves causées par le virus Covid-19. Il est également essentiel de comprendre qui court un risque plus élevé de myocardite et quel type de vaccin est associé à un risque accru de myocardite », a déclaré Nicholas Mills, professeur à l’Université d’Edinbourg et co-auteur de l’étude.

Ces travaux de recherche ont été financés par le gouvernement britannique.

Enrico Trigoso a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.