Un homme dévoué survit au cancer et continue de donner du sang

Lorsque la plupart des gens luttent contre le cancer, leur plus grande préoccupation est de savoir s’ils vivront ou non. Pour Bill Goldsworthy, son souci était de savoir s’il serait capable de donner du sang.

Bill Goldsworthy de West Pittson en Pennsylvanie, dans le nord-est des États-Unis, est influent. Il a été maire, chef des pompiers et éclaireur. Il est maintenant directeur exécutif de la Croix-Rouge américaine du Nord-Est de la Pennsylvanie.

Son père, un ancien combattant de la guerre du Vietnam, lui a parlé du don de sang.

« Il était toujours si fier quand il recevait ses petites épinglettes gallon par la poste. Il courait en criant partout dans la maison nous appelant ma mère et  moi », dit Bill à Humanity.

L’idée de donner du sang n’avait pas traversé l’esprit de Bill avant la mort de son père en 2002.

Bill Goldsworthy et son père, William Goldsworthy Sr, à Pâques en 1994 (avec l’aimable autorisation de Bill Goldsworthy)

« J’ai pensé : ‘Eh bien, ça signifiait tellement pour lui que ça doit aussi avoir un sens pour quelqu’un d’autre’. Je vais donc commencer à donner du sang », a dit Bill.

Son premier don s’est bien passé. Réalisant à quel point il était facile d’aider les gens de cette façon, il est retourné au centre de transfusion chaque mois.

Un phlébotomiste a dit qu’il avait le groupe sanguin AB, considéré comme donneur de plasma universel. Bill n’avait donné que du sang ordinaire, mais maintenant ils voulaient donner aussi son plasma et ses plaquettes.

Cela prendrait beaucoup plus de temps que le processus normal, mais Bill s’en moquait. Il leur a dit : « Je n’ai aucun problème à donner de mon temps si ça peut aider quelqu’un d’autre. »

La lutte contre le cancer de la prostate

Les dons de sang de Bill ont aidé de nombreuses personnes aux prises avec le cancer. Par une ironie du sort, en janvier 2017, il a reçu un diagnostic de cancer de la prostate.

« J’ai réalisé que tout ce que j’ai donné comme plasma et plaquettes pendant tout ce temps, c’était peut-être pour aider les gens comme moi », dit-il.

Bill Goldsworthy et son épouse, Jannet, aux falaises de Mohr en Irlande, quatre mois après l’ablation de sa prostate. (Avec l’aimable autorisation de Bill Goldsworthy)

Heureusement, le cancer de Bill n’a pas beaucoup progressé.

On lui a donné quelques options de traitement, mais il a décidé de se faire enlever la prostate.

La lutte contre le cancer n’a pas été longue, mais elle a eu des conséquences : la Croix-Rouge interdit à quiconque de donner du sang avant d’avoir été indemne de cancer pendant au moins un an.

« J’espérais vraiment et j’ai prié pour que je puisse le refaire parce que j’avais presque l’impression qu’il y avait un vide », a-t-il dit.

Lorsqu’il a eu son rendez-vous d’un an avec des médecins à Philadelphie, il était anxieux, mais heureusement, il a obtenu les résultats escomptés : il n’avait plus de cancer.

Bientôt, il était de retour sur la chaise, prêt à donner du sang, du plasma et des plaquettes.

Bill Goldsworthy au centre de transfusion post-cancer. (Avec l’aimable autorisation de Stephanie Rendon)

« C’est un grand encouragement pour nous en tant qu’êtres humains, car nous voulons tous aider nos semblables… c’est un jeu d’enfant », dit-il.

Bill Goldsworthy avec son petit-fils de 3 ans, Noah, profitant de la plage. Il décrit le temps passé en famille comme le « meilleur côté de la survie au cancer ». (Avec l’aimable autorisation de Bill Goldsworthy)

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Un père se retrouve en fauteuil roulant après une lutte difficile contre le cancer
– mais regardez ce qui se passe le jour du mariage de sa fille !

 
VOIR AUSSI