Alerte rouge aux urgences avant l’été en France

Par Epoch Times avec AFP
20 mai 2022 16:04 Mis à jour: 20 mai 2022 17:44

Les services des urgences en France redoutent un été « atroce ». La pénurie de soignants vire à la « catastrophe », avec déjà près de 20% des établissements concernés contraints de limiter leur activité ou s’y préparant.

De mémoire d’urgentiste, « on n’a jamais connu une telle tension avant même la période estivale ».

Manque de médecins, d’infirmiers, d’aides-soignants ou de « lits d’aval » pour transférer les patients: au moins 120 hôpitaux font face à de graves « difficultés », selon une liste établie par l’association Samu-Urgences de France et que l’AFP s’est procurée.

Aucune région n’est épargnée

Soit quasiment 20% des quelque 620 établissements publics et privés hébergeant un ou plusieurs services d’urgences. Aucune région n’est épargnée.

Pour un praticien exerçant dans l’un des établissements concernés, « la situation est catastrophique » et ferait « presque regretter la pandémie » de Covid.

Signe supplémentaire d’une crise inédite, 14 des 32 plus gros hôpitaux français figurent sur cette liste. Celui de Bordeaux (sud-ouest) vient ainsi d’instaurer un « accès régulé » chaque nuit entre 20H00 et 08H00. Sauf « urgence avérée », impossible de rentrer sans un coup de fil préalable au numéro 15 des urgences médicales.

La plupart des infirmières du service sont en arrêt maladie

A Chinon (centre), l’activité des urgences est carrément suspendue depuis mercredi car la plupart des infirmières du service sont en arrêt maladie. La maternité n’est plus en mesure d’assurer les accouchements.

D’autres établissements ont opté pour des « délestages », renvoyant les malades vers d’autres sites, ou ont eu recours au « plan blanc » qui permet de déprogrammer des opérations et de réaffecter des personnels.

Un tableau alarmant. « On a un risque imminent de rupture d’accès aux soins. C’est déjà en train de se produire et ça risque de s’aggraver de manière assez considérable pendant l’été, au moment des congés », a prévenu le Pr Rémi Salomon, président de la conférence médicale des Hôpitaux de Paris (AP-HP), sur France info.

La photo montre un lit vide aux urgences de l’hôpital Saint Camille de Bry-sur-Marne, en banlieue parisienne, le 21 janvier 2022. Photo by JULIEN DE ROSA/AFP via Getty Images.

« Ca va être atroce, du jamais-vu », avec « des décès inopinés » de patients, a même prédit Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), dans un entretien au quotidien Ouest-France.

Envoyer « un électrochoc au niveau national ».

Comme beaucoup d’hospitaliers, il réclame une revalorisation rapide des gardes et astreintes de nuit et de week-end.

Mais la crise fait émerger d’autres propositions plus radicales. Certains suggèrent de « trier à l’arrivée aux urgences » pour ne « pas permettre à tout le monde d’y aller facilement ». Dans la région de Marseille (sud-est), un syndicat demande même « l’armée en renfort » pour envoyer « un électrochoc au niveau national ».

La fédération des hôpitaux publics veut pour sa part une « obligation » pour tous les médecins libéraux d’assurer des gardes le soir et le week-end. Mais le premier syndicat de libéraux exige d’abord un « coup de pouce » pour « rémunérer correctement » ces gardes, et s’étonne « de l’attentisme du gouvernement sur un sujet aussi chaud, à seulement quelques semaines des vacances d’été ».

Accabler l’exécutif

En pleine campagne pour les législatives des 12 et 19 juin, les leaders de l’opposition se sont emparés du sujet pour accabler l’exécutif.

Le personnel médical déplace l’un des deux patients Covid-19 transportés par un avion du SAMU de la région Ile-de-France vers l’aéroport de Biarritz, le Le 19 mars 2021 à Biarritz. Photo par MEHDI FEDOUACH/AFP via Getty Images.

« Où sont passés (le président) Emmanuel Macron et (la Première ministre) Elisabeth Borne? Des mesures d’urgence doivent être prises sans attendre! », a tweeté la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, tandis que le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a écrit: « Bilan de Macron 1: 120 services d’urgence menacés de fermeture. Projet de Macron 2: les fermer tous? ».

Récemment, le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé que le manque de soignants ne découlait « pas d’un problème de salaires » mais « d’organisation », notamment à cause du « manque de médecins » libéraux.

Il y a aussi « un problème de fatigue » après deux années de « surcharge très importante » due à la pandémie, a-t-il ajouté.

Le Covid-19 continue de peser sur l’activité des hôpitaux, ce qui accroît les difficultés à trouver des lits d’aval pour les malades admis aux urgences.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.