« Sur Allah je vais le fracasser » : Didier Lemaire dénonce l’absence de soutien de l’Éducation nationale envers les professeurs agressés

Par Emmanuelle Bourdy
19 janvier 2022 21:55 Mis à jour: 19 janvier 2022 21:55

Didier Lemaire, professeur de philosophie, fondateur de l’association défense des serviteurs de la République et auteur du livre intitulé Lettre d’un hussard de la République, s’est exprimé sur CNews pour dénoncer le laxisme de l’Éducation nationale envers les professeurs agressés.

Depuis l’assassinat de Samuel Paty, l’intimidation, les dénonciations calomnieuses, le harcèlement, les violences verbales allant même jusqu’aux menaces de mort à l’encontre des enseignants se multiplient dans l’Hexagone. Didier Lemaire, qui a enseigné durant 20 ans à Trappes (Yvelines) en tant que professeur de philosophie, s’est exprimé sur le plateau de La Matinale de CNews, pointant l’absence de soutien des professeurs agressés de la part de l’Éducation nationale, face à ce phénomène grandissant.

« Cette élève n’a pas été sanctionnée administrativement »

Au lycée de la Plaine-de-Neauphle à Trappes, dans lequel Didier Lemaire a enseigné, un professeur de philosophie a été menacé en classe par une élève. Cette dernière a dit au professeur : « Sur Allah je vais le fracasser. »

Didier Lemaire rapporte que « l’administration a reçu l’élève, qui alors n’a pas nié ces propos, elle les a niés un peu plus tard devant la police ». « Cette élève n’a pas été sanctionnée administrativement », déplore le professeur de philosophie sur CNews. De ce fait, elle n’a pas été exclue des cours, donc « elle est toujours en classe », indique-t-il encore.

« Sa situation n’est pas réglée »

En revanche, le professeur visé par le message de haine de cette élève est depuis le mois dernier en arrêt maladie et « sa situation n’est pas réglée ». « J’ai évoqué d’ailleurs, dans le bureau de Monsieur Blanquer au mois de décembre sa situation, et je constate que rien n’a été fait depuis », se désole le professeur.

Didier Lemaire a évoqué à l’antenne un autre cas, à Taverny, dans l’Académie de Versailles, où « un professeur est accusé d’islamophobie, de sexisme, de racisme ». « Et il est obligé de partir, du moins il est suspendu par son administration, dit-on, pour des raisons de sécurité, il reviendra en poste à la rentrée et sa situation non plus, n’est pas réglée », a conclu le fondateur de l’association défense des serviteurs de la République.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.