Une artiste autiste crée des broderies en 3D qui ressemblent à des « clichés  » aériens de l’Angleterre

Par Louise Bevan
21 octobre 2021 21:05 Mis à jour: 21 octobre 2021 21:05

Inspirée par les vues aériennes, une artiste textile crée des broderies colorées en 3D de la pittoresque campagne anglaise dans laquelle elle vit. Ses compositions détaillées représentent des champs verts entrecoupés de filets d’eau bleus, certains avec de minuscules maisons et des gens, d’autres avec des arbres et des collines rendus en dimensions tactiles.

Victoria Rose Richards, 23 ans, du sud-ouest du Devon, en Angleterre, vit et travaille dans le paysage qu’elle aime. On lui a diagnostiqué un autisme à 14 ans, puis une endométriose, mais elle trouve du réconfort et de la joie dans son art.

(Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

Victoria s’est mise à la broderie à l’automne 2018, progressant vers les paysages 3D et la broderie aérienne l’été suivant. La couleur verte s’est rapidement imposée comme sa préférée.

« J’avais créé une « série de couleurs » où je faisais un paysage, m’inspirant et me servant des nuances d’une roue des couleurs, et je suis restée bloquée sur le vert », a déclaré Victoria à Epoch Times. « En regardant par ma fenêtre les champs et les bois d’en face, j’ai réalisé qu’ils seraient tous verts vus du ciel, et j’ai créé mon premier paysage de champ aérien. J’ai adoré. »

Canopée dorée. (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )
Broderie en en arc-en-ciel. (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

Au fil du temps, Victoria – qui est diplômée en biologie écologique et marine – a appris toute une série de points pour obtenir des textures d’aspect réaliste. Expliquant en détail son processus de création, elle explique qu’après-avoir tracé le contour de base sur une feuille de feutrine, elle brode des grappes de nœuds français pour les arbres et les arbustes, tandis que de longs points droits représentent les champs labourés et les lacs.

Dans des œuvres plus récentes, Victoria a même inclus de petites voitures, du bétail, des randonneurs, des fleurs sauvages, des cottages de campagne et des nageurs au large de la côte du Devon avec des points simples et bouclés.

« Je suis entourée de rivières, de champs, de forêts et de Landes, et j’aime regarder autour de moi pour trouver des choses à inclure dans mes œuvres », explique-t-elle.

Broderie d’une splendide journée à la campagne. (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

Les paysages qui inspirent Victoria sont également attrayants pour les personnes qui achètent ses œuvres. De nombreux clients ont commenté l’aspect « nostalgique « et « familial » de ses œuvres, dit-elle. Certains disent qu’elles « leur rappellent la ferme de leurs grands-parents » ou « un endroit où ils allaient camper avec leurs amis ou leur famille », et que cela les rend heureux de les regarder.

La broderie est devenue un exutoire pour l’artiste, qui a eu du mal à s’intégrer après avoir été diagnostiquée autiste à l’âge de 14 ans.

broderie d’une promenade pour aujourd’hui. (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

Victoria soupçonnait qu’elle pouvait faire partie du spectre autistique après avoir remarqué des similitudes entre elle et le frère ou la sœur d’une amie, qui était autiste, mais elle a dû lutter contre le doute et la honte lorsque les aspects plus « normaux » de la vie d’adolescente se sont avérés difficiles, comme la socialisation, le bruit et les interactions de la classe.

Victoria, qui était bonne dans toutes ses matières, a obtenu une place à l’université d’Exeter où elle s’est épanouie en vivant de manière indépendante sur le campus pendant les trois années suivantes. Profitant de sa nouvelle indépendance, elle a surmonté ses obstacles et fait des choses qu’elle pensait ne pas pouvoir faire.

« L’automne appelle », une broderie de Victoria. (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

« J’étais de plus en plus à l’aise dans mon autisme, et j’ai cessé de le voir comme un obstacle comme j’avais appris à le faire à l’école », explique-t-elle. « Je pense que les doutes sur soi et la déception que l’on peut avoir en raison de son état ne sont pas toujours dus à l’état lui-même, mais plutôt à l’influence de l’environnement sur celui-ci. »

« Mon autisme n’a pas disparu ou changé », a-t-elle expliqué. « Ma sensibilité sensorielle n’a pas diminué. Je suis simplement dans un environnement différent qui ne teste pas délibérément mes limites, et j’ai l’impression de pouvoir agir davantage moi-même sans être jugée. Ou du moins, sans me soucier du jugement ! »

Une broderie qui représente « faire un tour par une journée ensoleillée ». (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

Victoria se considère comme une artiste à plein temps, mais elle espère se lancer dans une carrière en biologie marine à l’avenir. Pour l’instant, elle est absorbée par le processus de perfectionnement de son art ; remarquer les « petites erreurs » du passé, dit-elle, est simplement un bon signe qu’elle a appris et s’est améliorée.

« Ne laissez pas votre manque d’enseignement vous arrêter ! » Victoria implore les autres. « Lorsque j’ai commencé, je ne connaissais rien à la broderie ou aux points, mais j’ai naturellement appris petit à petit et en apprenant de mes erreurs. »

« Americana », une broderie de paysage inspirée de l’agriculture paysagère américaine. (Avec l’aimable autorisation de Victoria Rose Richards )

Elle réfléchit : « Mon art me rend sincèrement heureuse, et si j’avais décidé de ne pas me lancer puisque je n’y connaissais rien, j’aurais manqué cette expérience. Je crois fermement que ma vie serait moins riche sans cela. »

Victoria partage son travail, et vend son art, sur Instagram, Etsy, et son site web.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.