Attaque dans une église de Sydney: l’évêque dit pardonner à son agresseur

Par Epoch Times avec AFP
18 avril 2024 08:00 Mis à jour: 18 avril 2024 08:23

Un évêque de Sydney attaqué par un jeune homme armé d’un couteau lors d’un sermon a déclaré qu’il se rétablissait et qu’il pardonnait à son agresseur, dans une vidéo publiée jeudi.

« Je pardonne à celui qui a commis cet acte et je lui dis : Tu es mon fils », a dit Mar Mari Emmanuel, évêque d’une église assyrienne, une branche des chrétiens d’Orient. « Je t’aime et je prierai toujours pour toi. Et celui qui t’a envoyé faire cela, je le lui pardonne aussi », a-t-il poursuivi.

L’évêque a été poignardé à la tête et à la poitrine lundi soir pendant un sermon dans une église de la banlieue de Sydney par un jeune homme de 16 ans. Le religieux et plusieurs autres personnes ont été hospitalisés sans que leur vie soit en danger, et le jeune assaillant a été arrêté.

« Pas lieu de s’inquiéter » sur son état de santé

« Je vais bien, je me remets très vite », a indiqué l’évêque de l’église de Wakeley dans une vidéo sur YouTube, où l’on entend un enregistrement de sa voix accompagnée d’une photo de lui en habits sacerdotaux. « Il n’y a pas lieu de s’inquiéter », a-t-il ajouté.

Le quartier est connu pour accueillir des membres de la petite communauté chrétienne assyrienne ayant fui les persécutions et la guerre en Irak et en Syrie.

Le religieux, dont les sermons retransmis sur internet étaient très suivis, a acquis sa notoriété en critiquant notamment les vaccins contre le Covid-19 et les confinements pendant la pandémie, et défendait la primauté de sa foi sur d’autres religions, dont l’islam. L’adolescent a été transféré dans un hôpital de Sydney après l’attaque, où il devrait rester plusieurs jours, selon les autorités.

Appel au calme

L’évêque a appelé au calme après des émeutes à l’extérieur de l’église lundi soir.

Des centaines de fidèles et de membres de la communauté se sont précipités vers l’église après l’attaque. Certains ont lancé des pierres et d’autres projectiles, faisant une trentaine de blessés dont des policiers.

Jamal Rifi, un médecin de Sydney, en contact avec la famille de l’adolescent, a déclaré à l’AFP que celle-ci était « en état de choc » et « incrédule face à l’acte horrible commis par leur fils ». La mère du garçon a déclaré à M. Rifi que son fils avait des problèmes de santé mentale.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT