Des centaines d’espèces menacées d’extinction à cause de la production de caoutchouc et d’huile de palme

21 août 2016 17:14 Mis à jour: 21 août 2016 18:30

Dans les forêts tropicales d’Asie du Sud, 40% des espèces animales ont moins de 10% de leurs habitats protégés du futur développement, selon une étude de l’Université de Duke publiée ce mois-ci.

L’étude a identifié plus de 200 espèces présentant un risque élevé d’extinction: 147 d’amphibiens, 42 de mammifères et 28 d’oiseaux.

Binbin Li, étudiant en doctorat à l’école Nicholas de Duke, spécialisée dans l’Environnement, qui a dirigé l’étude a déclaré dans un communiqué de presse: « Plus de 56% de la production mondiale de caoutchouc et plus de 39% de celle de l’huile de palme sont maintenant produites en Asie du Sud-Est, dont une grande partie de celle-ci sur un terrain qui était autrefois de la forêt naturelle. En comparaison avec la forêt tropicale luxuriante et diversifiée, seulement quelques espèces peuvent se développer dans ces déserts verts ».

Le caoutchouc est originaire du bassin de l’Amazone, puis a été importé en Asie au 19e siècle. La culture mondiale a augmenté d’environ 30% entre 2003 et 2013, principalement pour fournir le caoutchouc pour les pneus d’automobiles, a rapporté Environnement 360, la publication de l’Université Yale. Cependant, avec une baisse des ventes en Chine, l’un des plus gros acheteurs de caoutchouc pour pneus, la production de caoutchouc a chuté, selon une analyse de marché de ReportBuyer publiée en 2016.

Parmi les problèmes liés à la culture du caoutchouc, il y a l’épuisement des sols en eau (les racines profondes des arbres à caoutchouc aspirent l’eau du sous-sol plus rapidement que les arbres de la forêt tropicale), l’érosion des sols (parce que les arbres sont souvent plantés sur des coteaux en monocultures, laissant la couche arable exposée), et une modification du pH des rivières (en raison du lessivage des sols dans les rivières).

Les palmiers à huile sont originaires d’Afrique et ont été amenés en Asie du Sud-Est au milieu du 20ème siècle. Une utilisation accrue d’huile de palme dans les en-cas et les cosmétiques a conduit à une brusque augmentation de la culture, et de la déforestation concomitante.

Avec les préoccupations environnementales viennent les préoccupations sociales.

« L’expansion massive de l’industrie de l’huile de palme a limité les zones agricoles indigènes, aggravant non seulement la crise de la biodiversité, mais aussi mettant en péril la subsistance des systèmes alimentaires traditionnels avec des conséquences socioculturelles à long terme. Les petits exploitants et les agriculteurs sont piégés dans des relations industrielles d’exploitation basées sur des procédés malhonnêtes et des accords de partenariat, et souffrent de faibles salaires », selon un document intitulé« L’écologie politique de l’industrie du palmier à huile en Indonésie », par Norman Jiwan, directeur exécutif de Transformation par la justice en Indonésie.

Des organisations, telles que la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO), contribuent à rendre l’industrie plus durable pour que les gens d’Asie du Sud qui en dépendent pour leur subsistance peuvent continuer leur activité sans nuire à l’environnement et leur future sécurité.

Un travailleur recueille du latex brut à partir d'un hévéa dans une plantation à Pahang, en périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 12 janvier 2016. (Mohd Rasfan / AFP / Getty Images)
Un travailleur recueille du latex brut à partir d’un hévéa dans une plantation à Pahang, en périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 12 janvier 2016. (Mohd Rasfan / AFP / Getty Images)

Les consommateurs peuvent trouver un logo RSPO sur certains aliments et autres produits contenant de l’huile de palme produite avec un impact réduit sur l’environnement.

Les efforts de conservation de la région incluent la reconversion de plantations de caoutchouc moins performantes en forêt naturelle, la diversification en mélangeant les hévéas ou les palmiers à huile avec d’autres cultures, et la plantation d’arbres le long des cours d’eau pour empêcher l’érosion.

 

LIRE AUSSI:

Les technologies de télédétection ont aidé les chercheurs de l’Université Nicholas de Duke à mieux identifier les priorités de conservation. «Sans l’accès à une information récente et fréquemment mise à jour que la télédétection fournit, entre 20 et 40% de nos zones prioritaires de conservation actuelles pourrait se révéler être un gaspillage d’efforts parce qu’il n’y a plus de forêt ou de forêt tropicale à protéger », a déclaré le co-auteur de l’étude Stuart L. Pimm, professeur d’écologie et de la conservation à l’Université de Duke.

L’étude a été publiée dans la revue PLoS ONE.

Version anglaise : Extinction Threatens Hundreds of Species Because of Rubber, Palm Oil Production

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.