Une Chinoise découvre des caméras cachées dans un hôtel 5 étoiles

Par Shawn Lin
28 octobre 2021 12:01 Mis à jour: 28 octobre 2021 21:09

Une Chinoise a découvert des caméras miniatures cachées dans deux chambres d’hôtel lors d’un voyage d’affaires dans la province du Hunan.

Selon The Paper, un journal numérique d’État chinois, dans la nuit du 7 octobre, Mme Tang s’est enregistrée à l’hôtel Linwu International dans la ville de Chenzhou, dans le Hunan. Elle avait récemment entendu dire aux informations que des femmes étaient secrètement photographiées dans des chambres d’hôtel. Par curiosité, elle a donc cherché une caméra lorsqu’elle est entrée dans la chambre 1711.

À sa grande surprise, elle a trouvé une caméra miniature dans une prise électrique sur le mur qui était dirigée vers le lit.

« À ce moment-là, j’ai essayé d’enfoncer [la prise] avec un cure-dent, mais ça ne voulait pas entrer », a déclaré Mme Tang. « Immédiatement, j’ai demandé à la réception de m’apporter un tournevis. Après avoir retiré [la prise], nous avons trouvé une caméra dont la lumière était allumée, indiquant qu’elle fonctionnait. »

Selon l’article, la caméra était de la taille d’une barre de savon, avait une lumière LED bleue active et possédait une carte SD. Les médias ont ensuite rapporté qu’il y avait déjà 29 Go de contenu enregistré sur la carte mémoire.

Mme Tang a pris des photos de l’appareil et a immédiatement signalé l’incident à la police. Après avoir pris sa déposition, la police est repartie avec les preuves.

Par la suite, l’hôtel s’est arrangé pour que Mme Tang change de chambre. À sa grande surprise, elle a trouvé une caméra dans la prise électrique de la chambre 1311 également. Mme Tang a déclaré qu’elle était très étonnée.

« La police s’est précipitée et, cette fois, elle a recueilli les informations d’enregistrement des précédents clients de l’hôtel », a déclaré Mme Tang.

Mme Tang a fini par rester pour la nuit parce qu’il était tard et que beaucoup de ses collègues étaient également à l’hôtel.

Le 13 octobre, M. Tong, le directeur de l’hôtel, a déclaré aux médias locaux que le personnel de l’hôtel avait vérifié toutes les autres chambres après l’incident et n’avait trouvé aucune autre caméra.

« La police doit encore conclure son enquête, et l’hôtel coopérera pleinement et acceptera les résultats. La cliente a dit qu’elle pourrait intenter un procès civil, mais notre hôtel est aussi la victime. Nous ne savons pas d’où viennent les caméras », a déclaré M. Tong aux médias.

Les informations publiques montrent que l’hôtel Linwu International a été conçu et construit conformément aux normes des hôtels cinq étoiles de Chine. Le bâtiment principal compte 21 étages et 167 chambres.

De nombreux médias et téléspectateurs ont remis en question la déclaration de l’hôtel, jugeant irresponsable la revendication de victime du directeur.

« Comment l’hôtel peut-il se dire ‘victime’ ? » s’est demandé Red Star News, un média d’État chinois, qui a remis en question la déclaration de l’hôtel.

« N’est-ce pas une trop grande ‘coïncidence’ pour qu’un client trouve les deux seules caméras cachées de l’hôtel ? Et l’hôtel ne devrait-il pas être responsable de la vie privée de ses clients ? » Beaucoup de personnes ont fait des commentaires sur Weibo, la plateforme de médias sociaux chinoise.

La police locale travaille toujours sur cette affaire, et on ne sait toujours pas qui a installé ces caméras cachées.

L’industrie massive des caméras cachées en Chine

Les caméras cachées sont monnaie courante dans les hôtels de Chine. Des hôtels de Guangzhou, Xiamen, Zhengzhou, Luoyang, Xi’an, Shijiazhuang et d’autres villes ont déclaré avoir trouvé des mini-caméras dans les prises murales. Selon Jiemian News, un média d’État chinois, en 2016, des caméras cachées ont été trouvées dans 35 hôtels de 24 villes.

Les caméras miniatures sont facilement dissimulables. Selon une analyse de China News Service, elles sont couramment cachées dans les boutons, les cintres, les climatiseurs, les lampadaires, les distributeurs de shampoing, les douches, les décodeurs, les routeurs, les gobelets d’eau, les prises électriques, les plafonniers, les plantes, etc. Cependant, les endroits les plus courants semblent être les prises électriques murales en raison de l’alimentation électrique qui permet à la caméra de fonctionner longtemps.

La vente d’images de caméras cachées est devenue une industrie clandestine en Chine. En mars 2019, la police de Shandong Jining a mis au jour une industrie qui installait des caméras cachées dans les chambres d’hôtel et vendait les enregistrements vidéo en ligne. La police a saisi plus de 300 caméras miniatures et extrait plus de 100 000 vidéos de ces appareils. Le principal coupable vendait les enregistrements vidéo via un abonnement. Chaque caméra comptait environ 100 abonnés, qui devaient payer entre 16 et 47 dollars par mois pour un compte de visionnage. Des frais supplémentaires, allant de 31 à 63 dollars par mois, étaient appliqués si l’abonnement était souscrit par l’intermédiaire d’un agent.

Le journal a étudié 66 caméras cachées dans des hôtels en mars de cette année. Il a constaté que ces caméras avaient trois objectifs, l’extorsion d’argent, la vente de films ou l’utilisation à des fins personnelles.

Les caméras cachées et des dispositifs d’écoute du PCC

Un initié a déclaré à Epoch Times que le gouvernement chinois utilise également des caméras cachées à des fins d’espionnage et de chantage. Elles sont utilisées non seulement dans les hôtels, mais aussi souvent lors des visites de dignitaires étrangers et des grandes foires commerciales. Les informations contenues dans les ordinateurs portables et les documents personnels sont volés lorsque la personne est absente de sa chambre d’hôtel.

Un autre initié a déclaré à Epoch Times que de nombreux responsables de la sécurité des hôtels sont des espions du Parti communiste chinois (PCC). Ils appartiennent soit à la sécurité publique chinoise, soit aux agences de sécurité nationale.

Néanmoins, le PCC n’espionne pas seulement les étrangers, il cible souvent les siens. Sohu News, un réseau d’informations chinois sur Internet, a rapporté en 2012 qu’un homme nommé Qi Hong avait démantelé plus de 40 dispositifs d’écoute ciblant un fonctionnaire chinois en une semaine. Par la suite, de nombreux responsables ont fait appel à lui. En 2011, il a retiré plus de 300 dispositifs d’écoute de voitures, bureaux et chambres à coucher de centaines de responsables du gouvernement chinois.

M. Qi a déclaré que les responsables du PCC « se prennent souvent dans les bras lorsqu’ils se rencontrent » pour vérifier si l’autre partie porte un dispositif d’espionnage. « Les conversations importantes sont généralement prononcées dans des salles de bain où ils peuvent avoir une véritable tranquillité d’esprit », a-t-il ajouté.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.