Un couple qui planifiait un divorce change d’avis lorsque l’avocat pose 4 questions

« Personne ne se marie en planifiant un divorce. » C’est ce qu’a dit un avocat brésilien spécialisé dans le divorce. Dans cet état d’esprit, l’avocat n’hésite pas à aider ses clients à se réconcilier, même si cela signifie perdre un client potentiel.

Rafael Gonçalves est un avocat de la petite ville brésilienne de Sao Sebastiao do Paraiso. Il est devenu célèbre pour avoir aidé à réunir un couple marié en leur posant quatre questions simples.

Le jeune couple s’était rendu au bureau de Me Gonçalves pour demander le divorce et en avait donné les raisons. Mais Me Gonçalves remarqua que le couple semblait toujours amoureux et décida de les aider.

Il leur a donné une liste des documents nécessaires pour le divorce et, au bas de la liste, il a noté quatre questions auxquelles ils devaient répondre avant leur retour.

Il a demandé :

« 1. Ai-je fait tout ce que j’ai pu pour sauver ce mariage ?

2. Le divorce est-il vraiment la meilleure option aujourd’hui ?

3. Qui influence mes décisions ?

4. Combien de problèmes avez-vous surmontés ensemble et comment vous êtes-vous rencontrés ? »

Le couple est revenu quelques jours plus tard et s’est prononcé contre le divorce. Ils ont également pris une photo des questions et l’ont affichée sur les médias sociaux, espérant que cela aiderait à sauver d’autres mariages.

S’adressant à Good News Network, Me Gonçalves a expliqué ses actions : « Je ne pense pas avoir fait quelque chose de spécial et, à mon avis, tous mes collègues devraient faire de même. Personne ne commence à fréquenter quelqu’un en planifiant sa rupture et personne ne se marie en planifiant un divorce. Nous vivons dans une société qui échange ou jette quelque chose au lieu de le réparer, et cela s’applique malheureusement aussi aux relations. »

« Parfois, tout ce qu’il faut pour qu’un mariage fonctionne, c’est de trouver (le moyen de) faire une pause dans un moment de conflit, ce qui donne à chacun l’occasion de s’adapter. En vérité, je reçois encore des demandes de personnes qui ont besoin d’aide dans leurs relations et les gens me font savoir que leurs avocats ont commencé à utiliser les mêmes questions », a-t-il ajouté.

 
VOIR AUSSI