Saint Michel terrassant le dragon, un message universel et millénaire

Par Ludovic Genin
7 avril 2022 10:14 Mis à jour: 11 mai 2022 06:11

Saint Michel est l’un des saints protecteurs et anges gardiens de la France. Dans la mythologie occidentale, il prend la tête de la milice céleste pour combattre Lucifer et ses anges déchus. Une bataille éclate dans les cieux qui décide de l’avenir de l’humanité, ainsi que celui de l’univers.

Représenté avec des ailes et armé d’une épée, il domine et transperce le démon. Sa portée symbolique montre la victoire du Bien contre le Mal, mais aussi le choix de chaque créature entre l’humilité et l’orgueil, la lumière et les ténèbres.

Présente dans la culture occidentale depuis presque 2000 ans, comment la figure de Saint Michel a-t-elle pu traverser le temps intacte jusqu’à aujourd’hui ? Dans cet article, nous tenterons de comprendre sa signification millénaire.

L’archange Michel et les anges déchus, Luca Giordano, 1665 (Domaine public)

Saint Michel, Lucifer et la création du monde
Il est impossible de parler de Saint Michel sans parler de Lucifer. Dans la mythologie chrétienne, Dieu créa des milliards d’anges répartis dans les neuf niveaux du ciel. Lucifer était le plus brillant et le plus intelligent d’entre eux, le plus proche de Dieu, et Michel le plus humble et le plus discret.

Après la création de l’univers, Dieu souhaita apporter le salut à l’humanité et tester la fidélité des anges. Lucifer, aveuglé par son orgueil, refusa l’épreuve et se retourna contre Dieu. « Lucifer, le premier de tous les anges, refuse d’adorer une nature qui lui est rédhibitoirement inférieure (…) il se lance à l’assaut du trône divin en criant : ‘Je prendrai la place de Dieu, je serai comme Dieu’ «  raconte l’historienne Anne Bernet.

Lucifer par Esquivel, 1840. (Domaine public)

Alors qu’il tenait ses vertus et ses qualités de Dieu, il décida de s’opposer à son créateur et cherche depuis à faire chuter le monde dans le désordre et la destruction. « Lucifer passe son temps à entraîner les hommes et les femmes loin de Dieu dans sa propre révolte, dans un enfer d’égoïsme », raconte Arnaud Dumouche, agrégé en théologie, dans son livre Michel Gabriel Raphaël et les autres, Récits des créatures célestes.

Dans la théologie chrétienne, Michel, lui, est au plus bas niveau de l’échelle angélique. Des milliards d’anges sont plus forts, plus beaux et plus lumineux que lui. Mais il accepte l’épreuve divine sans en comprendre le sens et fait confiance à Dieu. Alors que Lucifer se laissa gagner par la jalousie, la haine et la colère, qui le précipitèrent en enfer, Michel, au contraire, accepta avec humilité l’arrangement divin et devint le prince des archanges.

Selon la légende, s’ensuivit une gigantesque guerre cosmique où Michel prit le commandement de la milice céleste et Lucifer la tête des démons : « Et il y eut une guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. » (Apocalypse XII, 7-9)

Lucifer chuta et perdit progressivement toutes ses qualités et ses vertus divines. Au moment de la victoire, Michel lança à Lucifer « Quis ut Deus ? » (« Qui est semblable à Dieu ? »), ce qui donna dans la tradition chrétienne et juive : « מיכאל », « mî ḵā’ ēl », « Michel ».

Les apparitions de Saint Michel dans l’histoire de France
Saint Michel est un protecteur de l’Occident depuis 2000 ans, notamment chez les Byzantins. Il devient le saint protecteur de la France à partir du 5e siècle. Depuis 1500 ans, plusieurs interventions et apparitions de l’archange ont été relatées à des moments où le destin de la France était en jeu. Par leur caractère miraculeux, nous parlerons de ces apparitions comme des légendes.

Saint Michel terrassant le démon, Raphaël, 1518. (Domaine public)

D’abord en 496, à la bataille de Tolbiac. L’archange Saint Michel apparaît à Clovis au moment de son vœu qui décida du destin de la France. Les Francs remportent une victoire inespérée contre les Alamans qu’ils attribuent à l’intervention divine de Saint Michel. Quelques années plus tard, Clovis placera la France sous la protection spéciale de l’archange. Le pape Anastase écrira à Clovis : « Daigne le Seigneur accorder à vous et à votre royaume sa divine protection ; qu’il ordonne à Saint Michel, qui est votre prince et est établi pour les enfants de votre peuple, de vous garder dans toutes vos voies, et de vous donner la victoire sur tous vos ennemis ».

En 709, l’archange apparaît à trois reprises en songe à l’évêque d’Avranches, Aubert, en lui demandant : « Je veux être honoré ici comme au Mont Gargano. Édifie pour moi un temple sur le Mont Tombe ». Devant les hésitations de l’évêque, l’archange lui touche le crâne avec son doigt en laissant un trou dessus. À son réveil, Aubert comprit que ses apparitions étaient bien réelles et une première église est construite en 709 sur le Mont Tombe à la place d’un ancien temple dédié aux divinités païennes. Le rocher aurait alors été le théâtre d’une bataille entre Saint Michel et Lucifer, décrite comme un déchaînement de violences entre ciel et terre.

Combat entre l’archange Saint Michel et le dragon au-dessus du Mont Saint-Michel, bastion jamais conquis par l’ennemi anglais. La Fête de l’Archange, Les Très Riches Heures du duc de Berry, musée Condé, Chantilly. (Domaine public)

Le rocher est une curiosité géologique. Selon Xavier Bailly, administrateur du Mont Saint-Michel, il est le fruit de la rencontre de plaques tectoniques qui ont provoqué une montée de magma faisant sortir de terre le granit qui compose la base du mont. Une source d’eau douce coule encore en son centre alors que le rocher est situé en pleine mer. Depuis, tous les rois de France, de Charles Martel à Louis XIV, se sont rendus en pèlerinage pour renouveler la consécration de la France à Saint Michel.

Quelques années après la consécration du Mont, Charles Martel vint y déposer son épée pour la faire bénir. Il venait d’assister à une apparition de l’archange. Il attribua ensuite sa victoire à Poitiers en 732 contre l’invasion musulmane, qui sauva l’Occident chrétien, à l’intervention de Saint Michel.

Au 9e siècle, Charlemagne, petit-fils de Charles Martel, choisit Saint Michel pour protéger la France. Il fit écrire sur ses étendards : « Saint Michel, patron et prince de l’Empire des Gaules ». En 804, lors d’une expédition contre les Saxons, il témoigna qu’une apparition du saint lui avait donné la victoire. Invoqué par Charlemagne, celui-ci serait apparu sur un cheval blanc pendant la bataille, tenant à la main un étendard bleu parsemé de lys d’or. Charlemagne fera peindre l’image de Saint Michel sur ses drapeaux avec la devise « Voici Michel qui m’a secouru ».

Quelques siècles plus tard, alors que la guerre de Cent Ans s’éternise contre les Anglais, Saint Michel apparaît à Jeanne d’Arc, à Domrémy, en 1425. Ce dernier lui dit: « Je suis Michel, protecteur de la France ». L’archange lui aurait demandé de repousser les Anglais hors de France et de faire sacrer Charles VII dans la cathédrale de Reims, comme l’avaient été depuis Clovis tous les rois de France. Jeanne d’Arc réussit à délivrer la France de l’occupation anglaise. Suite à cela, Charles VII choisit de remplacer sur ses étendards l’image de Saint Denis par celle de Saint Michel terrassant le dragon.

Plus récemment, en 1912 sous le 3e République, tous les évêques de France réunis au Mont Saint-Michel ont consacré solennellement la France à Saint Michel. « Des champs de Tolbiac aux sommets du Mont Tombe ; des sommets du Mont Tombe aux vallées de Domrémy ; des siècles reculés au temps où languit notre vie, vous avez écrit les meilleures pages de notre Histoire. Aussi la France reconnaissante aujourd’hui, comme autrefois, vous honore sur la Montagne sainte que vous avez choisie, que l’Étranger ne foulât jamais en vainqueur, où la Foi vous éleva votre temple le plus merveilleux et le plus célèbre. »

La Pesée des âmes : fresque à l’église Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg. (Domaine public)

L’humilité face au divin, un choix entre la lumière et les ténèbres
Depuis 1500 ans, Saint Michel entretient une relation étroite avec la France. Dans la culture occidentale, il est celui qui fait le choix de l’humilité devant Dieu et remporte la guerre céleste du Bien contre le Mal. Lucifer, lui, fit le choix de son orgueil et fut précipité vers les enfers. De là est née la séparation entre la lumière et les ténèbres, le choix symbolique donné à chacun depuis la création du monde. Un message universel venu de la nuit des temps.

En plus de son combat contre Lucifer, Saint Michel est aussi celui qui, dans la mythologie occidentale, pèse les âmes le jour du Jugement dernier. En fonction des bonnes et des mauvaises actions commises, de la part de lumière et de ténèbres que chacun porte dans son âme à la fin des temps, Michel déterminera leur place future dans les cieux.

La culture et l’histoire françaises sont notre bien commun, elles font partie de l’âme française, c’est-à-dire de l’âme de chacun de ses citoyens. Elles nous inspirent et nous rappellent d’être loyal, courageux et honnête, et de garder espoir dans les périodes les plus sombres de notre histoire. Elles montrent la grandeur et le destin de notre pays incarnés par un homme ou par une femme, comme il pourrait l’être par chacun.

Avec « Défendre la France », Epoch Times veut rappeler aux Français les valeurs et la riche histoire de notre nation. Si les Français cherchent à mieux comprendre la profondeur de leur histoire, son lien millénaire avec ce qui nous dépasse, ils trouveront alors une alternative profonde à la confusion du moment.

LIRE AUSSI:

[Défendre la France] « L’amour de la vertu élève l’homme au-dessus de lui-même » : le message universel du chef-d’œuvre de L’Apothéose d’Hercule

L’Apothéose d’Hercule de François Lemoyne, dans le Salon d’Hercule, au Château de Versailles. (Domaine public)

[Défendre la France] Les super-héros de l’histoire de France : introduction

Saint Georges terrassant le dragon – Raphaël, 1505. (Domaine public)

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.