Les différents tons de la propagande interne et externe de Pékin

Par Justin Zhang
28 mars 2022 17:08 Mis à jour: 28 mars 2022 21:10

Après que le gouvernement américain a émis un ferme avertissement par rapport au rôle joué par l’État-parti chinois dans la guerre russo-ukrainienne, Pékin a critiqué l’OTAN dans sa propagande intérieure. Toutefois, sa position sur le plan international était bien ambiguë. Le Parti communiste chinois (PCC) adopte des stratégies et des orientations de propagande différentes selon les audiences différentes qu’il cible.

Le 19 mars, le lendemain de la conversation téléphonique entre le président américain Joe Biden et le dirigeant chinois Xi Jinping, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Le Yucheng a déclaré, lors d’un Forum tenu à l’université Tsinghua à Pékin, que l’OTAN et les États-Unis devaient être tenus pour responsables de la guerre russo-ukrainienne.

Le vice-ministre a également insisté sur le fait que lorsqu’on discute des raisons de la « reprise de la guerre » en Europe, on devrait « penser à la mentalité de la guerre froide et à la politique de force », et que l’OTAN devrait disparaître au lieu d’être davantage unie face à la Russie et de menacer la sécurité de cette dernière avec son expansion vers l’est.

Le Yucheng a affirmé que l’OTAN et l’Amérique utilisent l’Ukraine pour mener une guerre par procuration, ce qui est « extrêmement immoral ». Il a également critiqué la stratégie des États-Unis dans la région Indo-Pacifique qui « provoque des troubles partout ».

Par rapport à ses remarques agressives, Qin Gang, l’ambassadeur de Chine aux États-Unis, s’est montré bien discret et réservé devant les médias le 20 mars, deux jours après la conversation téléphonique entre Biden et Xi. Il a été ambigu en expliquant la position de Pékin sur la guerre russo-ukrainienne.

Dans une interview exclusive accordée à la chaîne CBS, Qin a déclaré que le PCC ne fournirait pas d’armes ni de munitions pour soutenir la guerre de la Russie contre l’Ukraine et qu’il apporterait son aide pour apaiser la crise.

À la question pourquoi la Chine ne pouvait-elle pas condamner publiquement l’agression russe, Qin a répondu qu’il était naïf et inutile de le faire. Lorsqu’on lui a demandé : « Si elle (la Chine) ne condamne pas et n’empêche pas la Russie de mener la guerre, comment peut-elle aider ? », l’ambassadeur chinois n’a pas donné une réponse directe.

Sur la même question, deux responsables de l’État-parti ont fait des déclarations différentes à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine, reflétant la façon dont le système de propagande du PCC adopte des stratégies différentes lorsqu’il s’adresse à des publics différents.

Les remarques de Le Yucheng s’adressaient au peuple chinois. Sa rhétorique était agressive et remplie de lutte, reflétant la propagande qui vise à inciter et à laver le cerveau des Chinois sous forme de la « diplomatie des loups combattants ». Les remarques de Qin Gang étaient destinées aux cercles politiques et médiatiques internationaux et aux étrangers, sa rhétorique était modérée, flexible et bien vague sur les questions sensibles. Elle incarne un autre type de tactique de propagande du PCC.

Le Yucheng a également révélé que le régime chinois souhaite changer la situation dans le monde entier plutôt que d’unir les nations en s’accordant aux valeurs universelles communes. Il a également fait allusion à l’ordre international de l’après-Seconde Guerre mondiale ayant l’Amérique, l’Europe en leurs alliés en tant que centres globaux de gravité – et ce, en les qualifiant de « petit cercle » qui a miné la sécurité et la stabilité régionales.

Ji Da, un expert sur la Chine, a expliqué que le régime de Pékin ne respecte pas les valeurs universelles et s’y oppose. Il vise à détruire l’ordre mondial actuel. Il ne veut pas que les pays occidentaux soient plus unis. Ce régime a besoin de diviser et de désintégrer les relations entre l’Union européenne, les autres pays européens et les États-Unis, car un monde divisé en pays isolés facilitera l’objectif du PCC de « diviser pour mieux régner ».

Justin Zhang analyse la situation et rédige des articles sur les questions relatives à la Chine depuis 2012.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.