Enedis refuse un chèque rédigé en breton et le renvoie à l’intéressé

Par Nathalie Dieul
21 janvier 2022 19:47 Mis à jour: 21 janvier 2022 19:47

Un habitant du Finistère a rédigé son chèque en breton avant de le poster à Enedis. L’exploitant du réseau électrique l’a refusé et renvoyé à l’expéditeur.

C’est pour raccorder son chantier au réseau électrique que cet habitant de Lanildut, dans le Nord Finistère, a envoyé un chèque de 665,64 € à Enedis. La somme en lettres était rédigée en breton, ce qui a causé deux refus successifs de la part de l’entreprise, rapporte France Bleu.

Le premier refus a été soldé par un retour de chèque, par courrier, accompagné d’une courte lettre indiquant que « ce chèque ne peut pas être encaissé car il présente une anomalie sur le montant en lettres ». Puis un second refus, par mail, indiquait que le chèque devait être rédigé en français.

L’association Ai’ta!, un collectif qui milite pour la défense de la langue bretonne, a été saisie par le client malchanceux. Elle dénonce l’attitude discriminatoire dont a fait preuve Enedis Bretagne envers lui, en publiant un article dans lequel on trouve le premier refus de l’entreprise ainsi qu’une copie de la lettre argumentée que l’habitant de Lanildut a envoyée le 13 janvier à Enedis.

« Un chèque peut être rédigé en toute langue »

Dans sa lettre, le client rappelle la Convention de Genève de 1931, qui « autorise l’émission de chèques dans une langue régionale ». Il cite également le Code monétaire et financier (CMF), expliquant pourquoi son chèque respecte la loi. Il indique aussi qu’« aucun article ne précise les langues dont on peut faire usage, ni le fait que le chèque doive être rédigé en français ».

Le collectif Ai’ta !, de son côté, explique que « depuis bientôt 100 ans, la Convention internationale de Genève autorise toute personne à rédiger son chèque dans la langue de son choix, comme l’a confirmée à plusieurs reprises la Justice lorsque des affaires ont été portées devant les tribunaux ».

Lorsque la radio locale a contacté la Direction Régionale d’Enedis Bretagne, cette dernière a regretté son erreur. « Le refus d’encaissement d’un chèque libellé en langue bretonne est la conséquence d’une méconnaissance malheureuse de ce droit », a-t-elle écrit en s’excusant.

La situation s’est rapidement débloquée ensuite : le client a été recontacté avec l’assurance que son chèque sera traité cette fois dans les plus brefs délais. Même si l’histoire finit bien, Ai’ta s’interroge quand même : « En aurait-il été de même si notre collectif n’avait pas communiqué cette affaire aux médias ? »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.