Un étudiant déclaré mort après un incendie à l’université retrouve la vie et crée une association pour la sécurité incendie

"La vie n'est pas une chose que l'on peut contrôler, c'est une chose que l'on doit chérir."

Par Louise Bevan
28 novembre 2021 00:20 Mis à jour: 29 novembre 2021 13:30

AVERTISSEMENT : CET ARTICLE CONTIENT DES IMAGES QUE CERTAINS LECTEURS PEUVENT TROUVER DÉRANGEANTES.

Un étudiant qui a survécu à l’incendie d’un campus qui a fait cinq morts apprend à vivre comme un survivant des brûlures. Après 32 opérations chirurgicales, il insiste pour voir la beauté de la vie et a lancé une association de sécurité incendie appelée « Brighter Than the Fire » pour aider à prévenir d’autres tragédies évitables.

Zachary Sutterfield, 23 ans, est un étudiant de San Angelo, au Texas. Il y a trois ans, le 20 juillet 2018, il séjournait dans les appartements Iconic Village de l’université d’État du Texas, où il se préparait à sa première année d’études. Puis, aux premières heures du matin, il s’est réveillé en découvrant un énorme incendie – le plus meurtrier de l’histoire enregistré de San Marcos.

Zach a sauté d’une fenêtre du deuxième étage et a atterri sur sa tête, ses vêtements et son corps brûlant. Il a été emmené au centre médical de l’armée de Brooke (Brooke Army Medical Center). Déclaré mort à son arrivée, il a été réanimé avec succès, mais il a fallu lui enlever la moitié du crâne pour réduire le gonflement du cerveau. Avec des brûlures au troisième degré sur 68 % de son corps, les médecins n’ont pu l’identifier que par les tatouages sur ses jambes.

Zachary Sutterfield, 23 ans, de San Angelo, au Texas. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)

« La vie n’est pas quelque chose que nous pouvons contrôler – c’est quelque chose que nous devons chérir », a déclaré Zach à Epoch Times.

« Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette nuit-là. Je me souviens très bien des sons. Je me souviens m’être réveillé d’un cauchemar dans un cauchemar. Je ne me souviens d’aucune douleur. Je me souviens d’avoir été anxieux et paniqué, et d’avoir ressenti la plus grande peur de ma vie. »

Les parents de Zach, Deona Jo, 48 ans, et Karl, 53 ans, ont reçu un appel désespéré du meilleur ami de Zach, BK Frizzell, à 5 h 13 du matin, au sujet de l’incendie. Cinq personnes ont perdu la vie, dont les colocataires de Zach, David Angel Ortiz et Haley Michele Frizzell, la cousine de BK. Le frère de Zach a retrouvé le service dans lequel Zach avait été admis. Deona et Karl ont fait le trajet à toute vitesse, sans être préparés à ce qui les attendait.

« Il ne ressemblait pas à mon fils », relate Karl à Epoch Times. « Il était enveloppé de la tête aux pieds dans une gaze et du sang coulait partout. C’était surréaliste… Les médecins nous ont dit que nous devions lui dire au revoir. »

Zach a été brûlé au troisième degré sur 68 % de son corps dans l’incendie du campus. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)
Zach après sa 31e opération. Sa mère, DJ, lui retire ses sutures à leur domicile de San Angelo, au Texas. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)

Rien ne peut comparer le choc et de la douleur que Deona a ressentis. Elle se souvient : « Lorsque les médecins m’ont dit dans quel état il était, je me suis jetée par terre et j’ai prié. »

Pour Zach, faire face à la réalité de ses blessures était trop difficile à encaisser. En se regardant dans le miroir, il avait du mal à reconnaître son reflet. Il souffre encore aujourd’hui de son apparence physique.

Le jeune homme de 23 ans a subi 32 interventions chirurgicales à ce jour, dont trois craniotomies, l’ablation de ses doigts, des greffes de peau, un traitement au laser pour les cicatrices, des injections de cellules graisseuses inversées dans le dos, la reconstruction de l’oreille droite, le retrait du bandeau cicatriciel, des chirurgies oculaires et la reconstruction de sa main droite. Il pourrait en avoir besoin de plus.

Zach avec son amie Shelby Rowe. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)
Zach avec l’infirmière Mikie Quiroz au centre des brûlés de l’Institut de recherche chirurgicale de l’armée américaine, Brooke Army Medical Center, San Antonio, Texas. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)

Zach a passé plus de six mois en réadaptation à l’hôpital, et neuf autres à recevoir un traitement ambulatoire quotidien.

« J’ai dû réapprendre presque tout », se souvient-il. « J’ai dû réapprendre à me tenir debout, à marcher, à me nourrir, à me laver et à faire beaucoup d’autres choses que les gens considèrent comme allant de soi. L’acceptation a été le plus grand combat. Je suis encore confronté à la culpabilité des survivants, tous les jours. »

Deona, ancienne médecin militaire, a abandonné son emploi au département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) pour s’occuper de son fils. En plus de soigner ses blessures et de préparer ses repas, elle chantait et priait avec lui tous les jours. Karl, lui aussi, quittait son travail pour se rendre à l’unité de soins de San Antonio tous les vendredis pour chanter et prier avec son fils. Il lui racontait des histoires pour l’aider à surmonter l’immense douleur et la frustration. « L’amour – rien n’a changé », conseille Karl aux autres soignants. « Impliquez-vous dans leurs soins de santé. Soyez présents à chaque étape qu’ils franchissent, littéralement. »

Zach dit qu’il est redevable à ses parents, qui ont fait des sacrifices pour que quelqu’un soit à ses côtés tous les jours. Il affirme que sa mère lui a fait comprendre très tôt qu’il « n’allait pas être freiné par ce qui s’était passé », mais qu’au contraire, cela allait le pousser encore plus loin.

« J’ai toujours su que mes parents m’aimaient, mais cela nous a rapprochés », déclare-t-il.

Zach espère mieux informer le public en matière d’incendie pour assurer leur sécurité et celle des autres. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)

Au fil du temps, Zach a trouvé de nouvelles et meilleures façons de s’adapter. Ses cicatrices sont toujours là, mais son extraordinaire optimisme l’est tout autant. Il est retourné à l’université pour étudier la sociologie et espère devenir enseignant.

« J’ai réalisé que c’était une seconde chance pour moi. Une chance que certaines personnes n’ont pas eue », affirme-t-il. « Je veux vivre ma vie de la façon dont je sais que ceux qui sont décédés voudraient que je le fasse. »

Karl relate que Zach a toujours été un enfant positif, une « vieille âme » qui se soucie des autres. Il a défié toutes les probabilités et fait des choses étonnantes. Parmi elles, il a fondé l’organisme à but non lucratif « Brighter Than The Fire », voué à la sécurité incendie, en collaboration avec ses parents.

Zach travaillant à son bureau. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)
Zach avec son frère, Danny (G), et son père, Kar Sutterfield, lors d’un barbecue au Brooke Army Medical Center Fisher House 1, San Antonio, Texas. (Avec l’aimable autorisation de Deona Jo Sutterfield)

Zach a été témoin de la douleur de perdre des personnes dans un « incident totalement évitable ».

« Je n’avais pas réalisé qu’il y avait des bâtiments qui n’étaient pas conformes aux normes [de sécurité incendie] aux États-Unis », explique-t-il. « Je pensais que tous les immeubles d’habitation devaient être conformes aux normes, mais je me trompais. Je veux sensibiliser les gens à ce sujet et à ce qu’il faut faire en cas d’incendie. »

Il espère donner aux autres les connaissances nécessaires en matière d’incendie pour assurer leur sécurité et celle de leur entourage. Selon lui, il est primordial de vérifier toutes les composantes du plan de sécurité incendie de votre maison – alarmes, extincteurs et voie de sortie.

En canalisant son énergie pour « trouver sa voie » et partager son optimisme, Zach renforce son identité personnelle.

« Je mérite d’être heureux. Je mérite d’être aimé », affirme-t-il. « L’acceptation n’est pas un voyage linéaire. Un jour, vous pouvez avoir l’impression d’avoir tout surmonté et le lendemain, vous pouvez passer une mauvaise journée. »

« J’ai la chance de pouvoir expérimenter la vie, de manger de la nourriture, de sentir le soleil sur ma peau. Je suis capable d’être heureux, de ressentir des émotions. Lorsque je suis déprimé, je réalise que la vie est belle et que j’en fais partie. Je suis vivant. »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.