Une femme qui a agressé un directeur de McDonald’s car elle n’avait pas reçu assez de ketchup est condamnée à 18 jours de prison

Une Californienne a été condamnée à 18 jours de prison et à 15 jours de travaux communautaires pour avoir agressé un gérant de McDonald’s parce qu’elle n’avait pas reçu assez de ketchup avec sa commande.

Mayra Berenice Gallo, 24 ans, a plaidé coupable à tous ses chefs d’accusation, soit coups et blessures et intimidation d’une entreprise ou de clients, lors d’un incident survenu le 27 octobre 2018 à un point de restauration à Santa Ana, rapporte NBC Los Angeles.

On a demandé à Mme Gallo de s’inscrire à un cours de gestion de la colère et elle a été mise en probation informelle pendant trois ans.

Elle a commandé de la nourriture par la voie du service au volant du restaurant vers 23 h. Elle n’était pas satisfaite de sa commande et a confronté le gérant de 22 ans par la porte arrière qui a accidentellement été laissée ouverte par un autre employé, selon la police.

Elle n’a pas eu son ketchup ou pas assez de ketchup, alors elle a décidé de passer par l’entrée des employés et de confronter elle-même le gérant, qui lui a dit : « Hé, vous devez sortir », selon l’agent Anthony Bertagna, de la police de Santa Ana à NBC.

Mayra Berenice Gallo, une résidente de Santa Ana âgée de 24 ans, a été arrêtée pour avoir battu un employé de McDonald’s parce qu’elle manquait de ketchup. (Police de Santa Ana)

Lorsqu’on lui a demandé d’aller à l’extérieur, Mme Gallo est devenue physiquement agressive et aurait « poussé et étouffé »  le directeur, qui aurait souffert de douleurs au coude, au dos et au cou et d’une éraflure de 10 cm au dos.

« La suspecte, vêtue d’une chemise rose et d’un pantalon de survêtement gris, a étouffé l’employé jusqu’à ce qu’un homme, quelques instants plus tard -, un homme qui s’est avéré être son petit ami ou son mari – entre dans le restaurant, ‘intervienne et l’entraîne à l’extérieur' », dit l’agent Bertagna.

L’incident a été enregistré sous différents angles par des caméras de sécurité. La vidéo montre Mme Gallo qui pousse, frappe et étouffe l’un des employés alors qu’un autre tente d’arrêter Mme Gallo.

Pendant que les trois luttaient ensemble, l’un des employés a quand même réussi à remettre de la monnaie à un client qui attendait devant la fenêtre.

Finalement, un homme que l’on croyait être un compagnon de Mme Gallo est entré et a empêché Mme Gallo d’attaquer l’employé. Il est ensuite sorti du restaurant avec Mme Gallo.

La femme était facilement visible à la caméra, le visage bien visible. La police l’avait décrite comme étant hispanique et âgée d’environ 20 à 25 ans, cheveux bruns.

Les autorités avaient également indiqué aux médias locaux que l’homme qui l’accompagnait n’aurait pas de problèmes, puisqu’il n’avait pas commis de crime.

« En fait, nous lui sommes reconnaissants pour le service qu’il a rendu, il a mis fin à l’agression », a déclaré le porte-parole de la police Anthony Bertagna à KTLA.

Mme Gallo a été arrêtée sans incident et incarcérée en vertu d’un mandat d’arrestation d’environ 13 000 euros (20 000 $ CA), selon une déclaration du service de police.

Une autre agression dans un McDonald’s

La police de Glendale, au Wisconsin, recherchait également un agresseur suspect plus tôt cette année, après qu’une femme ayant marché derrière un comptoir McDonald’s a attaqué une jeune employée le 18 mars.

La femme, qui était cliente d’un service au volant, a accusé le restaurant de lui avoir donné la mauvaise commande de déjeuner. On lui a remboursé, mais elle était quand même contrariée.

La femme a ensuite poussé une employée de 17 ans au sol et lui a cogné la tête à deux reprises. La femme a ensuite quitté le restaurant avec un ami.

Le service de police de Glendale a publié plusieurs photos de la femme sur les médias sociaux, qui ont été prises à partir des caméras de sécurité du restaurant. Après de nombreux témoignages, la femme a été retrouvée et arrêtée et les autorités ont remercié les médias d’avoir couvert l’affaire.

« Grâce à votre aide, nous avons arrêté la suspecte dans cette affaire aujourd’hui », a déclaré le poste de police sur Facebook le 21 mars. « Nous avons reçu des douzaines de conseils qui nous ont aidés à y arriver. Un véritable travail d’équipe !

Version originale

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à le partager avec vos proches et amis et à nous faire part de vos commentaires.

 
VOIR AUSSI