Guide des classiques: L’Iliade d’Homère

«L’Iliade» d’Homère est généralement considérée comme la première épopée de la littérature européenne, et beaucoup diraient, comme la plus grande. Il raconte une partie de la saga de la ville de Troie et de la guerre qui s’y déroula. En fait, «Iliade» tire son nom du mot «Ilios», ancien mot grec signifiant «Troie», ville située dans l’actuelle Turquie. Cette histoire avait une place centrale dans la mythologie grecque.

Le poème traite d’une très courte période de la dixième année de la guerre de Troie. Cela surprend parfois les lecteurs modernes, qui s’attendent à l’ensemble de l’histoire de Troie (comme dans le film de 2004 de Wolfgang Petersen «Troy»). Mais Homère ainsi que d’autres poètes épiques ont limité leurs récits à des phases particulières de la guerre, telles que ses origines, les batailles les plus importantes, la chute de la ville ou le retour des soldats en Grèce. Sans aucun doute Homère et autres poètes de l’époque pouvaient compter sur une connaissance très étendue de la guerre de Troie auprès de leurs auditoires.

Achille soignant Patrocle blessé par une flèche, détail du vase du potier Sosias vers 500 avant J.-C., originaire de la ville étrusque de Vulci. Akhilleus Patroklos Antikensammlung Berlin. (Domaine public)

La figure centrale de «l’Iliade» est Achille, le fils de Pélée (un aristocrate mortel) et de Thetis (une déesse de la mer). Il vient du nord de la Grèce et est en quelque sorte étranger, car les principaux princes grecs du poème viennent du sud. Achille est jeune et téméraire, un combattant brillant, mais pas un grand diplomate. Lorsqu’il se dispute avec le roi Agamemnon et perd sa princesse captive Briséis, il refuse de se battre et reste alors au campement.

Il y reste la majeure partie du poème jusqu’à ce que son ami Patrocle soit tué. Il explose ensuite sur le champ de bataille, tue le héros troyen Hector, qui a tué Patrocle, et mutile son corps.

«L’Iliade» se termine par la rançon du corps d’Hector par son vieux père Priam, qui s’embarque dans une mission au camp d’Achille dans la pénombre de la nuit pour récupérer le corps de son fils. Il est à noter que la «chute» de Troie, via le célèbre stratagème des Grecs caché dans un cheval de bois, n’est pas décrite dans «l’Iliade», bien qu’elle ait certainement été traitée dans d’autres poèmes.

Tout cela se déroule sous le regard attentif des dieux olympiens, à la fois acteurs et spectateurs de «l’Iliade». Les Dieux sont divisés sur le sort de Troie, tout comme les mortels: Dans « l’Iliade», la guerre est un conflit cosmique, et non pas seulement un conflit humain entre Grecs et non-Grecs. Malheureusement pour Troie, les dieux grecs, notamment Héra (reine des dieux), Athéna (déesse de la sagesse et de la guerre) et Poséidon (dieu de la mer et des océans), représentent une force beaucoup plus puissante que les divinités rangées du côté des Troyens dont Apollon (un des nombreux fils de Zeus) est la figure principale.

Les nombreux visages d’Homère

«L’Iliade» est un des nombreux récits poétiques axés sur la guerre de Troie; beaucoup d’autres n’ont pas survécu. Mais sa qualité et sa profondeur sont telles qu’il a eu une place particulière dans l’antiquité et a probablement survécu pour cette raison.

Nous ne savons pratiquement rien sur Homère et s’il a également créé l’autre poème, «L’Odyssée», qui relate le voyage de retour d’Ulysse après la guerre de Troie, jusqu’à l’île d’Ithaque. «L’Iliade» a probablement été écrite vers 700 av. J.-C., ou un peu plus tard, probablement par un brillant poète immergé dans les techniques traditionnelles de composition orale (c’est-à-dire «Homère»). Cette tradition de composition orale remonte probablement à des centaines d’années avant l’Iliade.

Les débuts de la poésie épique peuvent être un moyen de préserver la mémoire culturelle des conflits majeurs. L’histoire et l’archéologie nous apprennent également qu’il pourrait y avoir eu une «guerre de Troie» historique à la fin du deuxième millénaire av. J.-C. (à Hissarlik, dans l’ouest de la Turquie), bien que ce soit très différent de celui décrit par Homère.

«L’Iliade», extrait du livre VIIIe d’un manuscrit grec datant du VIe siècle. (Domaine public)

«L’Iliade» a été composée comme un poème continuel. (probablement après la création de la bibliothèque alexandrine au début du IIIe siècle av. J.-C.), il est divisé en 24 livres correspondant aux 24 lettres de l’alphabet grec.

Il a une forme métrique appelée «hexamètre dactylique», un mètre également associé à de nombreux autres poèmes épiques de l’Antiquité (tels que «l’Odyssée» et «l’Énéide», l’épopée romaine de Virgile). Dans «l’Odyssée», un barde appelé Demodoque chante à la demande dans un contexte aristocratique sur le cheval de bois à Troie, donnant une idée du genre d’existence que «Homère» aurait pu mener.

La langue de l’Iliade est une fusion de différents dialectes régionaux, ce qui signifie qu’elle n’appartient pas à une ville antique en particulier, contrairement à la plupart des autres textes grecs anciens.

Il a donc eu une forte résonance dans le monde grec et est souvent considéré comme un poème panhellénique, une possession de tous les Grecs. De même, l’attaque grecque contre Troie était une quête collective mobilisant des forces de tout le monde grec. Le panhellénisme est donc au centre de «l’Iliade».

Mort et guerre

Une idée centrale de «l’Iliade» est l’inévitabilité de la mort (comme aussi avec le précédent «Épopée de Gilgamesh»). Le caractère poignant de la vie et de la mort est renforcé par le fait que les victimes de la guerre sont généralement jeunes. Achille est jeune et têtu, et a une déesse pour mère, mais même lui devra mourir. Nous apprenons qu’il a eu le choix: une longue vie sans gloire héroïque ou une vie courte et glorieuse. Son choix lui confère une sorte d’immortalité en faisant de lui un héros. Comme lui, les autres guerriers, y compris le héros troyen Hector, sont prêts à mourir jeunes.

Le site archéologique de Troie dans l’ouest de la Turquie. (Jorge Láscar, CC BY 4.0)

Les dieux, en revanche, n’ont pas à s’inquiéter de la mort. Mais ils peuvent être affectés par la mort. Le fils de Zeus, Sarpédon, meurt dans «l’Iliade» et Thétis doit faire face à la mort imminente de son fils Achille. Après sa mort, elle mènera une existence de deuil perpétuel. L’immortalité dans la mythologie grecque peut être une bénédiction mitigée.

L’Iliade a aussi beaucoup à dire sur la guerre. Les atrocités commises lors de la guerre de Troie sont commises par des Grecs sur des chevaux de Troie. Achille commet un sacrifice humain dans «l’Iliade» elle-même et mutile le corps d’Hector. De plus, d’autres atrocités sont racontées dans d’autres poèmes.

La saga de Troie dans les premières sources grecques raconte le génocide des habitants de Troie et les poètes grecs ont étudié tous les aspects des pulsions les plus sombres de la conduite humaine en temps de guerre. Dans le dernier livre de «l’Iliade», Achille et Priam, dans le cadre le plus poignant qui soit, évoquent le sort des êtres humains et les atrocités qu’ils se font les uns aux autres.

Post-scriptum et plagiaire

On a souvent dit que «l’Iliade» était une sorte de «bible des Grecs», dans la mesure où sa réception dans le monde grec et au-delà était tout simplement extraordinaire. La connaissance d’Homère est devenue une partie intégrante de l’éducation grecque, qu’elle soit formelle ou informelle.

Des écrivains après Homère, même l’historien grec austère Thucydide au Ve siècle av. J.-C., adoptent l’historicité d’une grande partie du sujet de «l’Iliade». De même, Alexandre le Grand (356–323 av. J.-C.) semble en quête pour devenir le «nouvel Achille». Plutarque raconte une histoire amusante selon laquelle Alexandre dormait la nuit avec un poignard sous son oreiller, accompagné d’une copie de «l’Iliade» d’Homère. Cette copie avait été annotée par l’ancien tuteur d’Alexandre, le philosophe Aristote. On ne peut qu’imaginer sa valeur aujourd’hui si elle avait survécu.

Un échantillon de traductions et d’éditions de «l’Iliade» en anglais. (Pete Unseth / CC BY-SA 4.0)

Le poète romain Virgile (70-19 av. J.-C.) entreprit d’écrire un poème épique sur les origines de Rome à partir des cendres de Troie. Son poème, intitulé «l’Énéide» ( décrivant les épreuves du Troyen Énée, ancêtre mythique du peuple romain), est écrit en latin, mais repose fortement sur «L’Iliade et l’Odyssée» d’Homère.

À mon avis, Virgile connaissait Homère par cœur, et il a probablement été critiqué dans pour sa passion pour lui. Selon la tradition, Virgile aurait dit : «il est plus facile de voler le bâton d’Héraclès que de voler une ligne à Homère». Cela témoigne de l’influence de «l’Iliade» sur l’antiquité et les temps qui l’ont suivis.

 

Chris Mackie est professeur d’études grecques à l’Université La Trobe de Melbourne, en Australie. Cet article a été publié à l’origine sur The Conversation. 

Version anglaise: Guide to the Classics: Homer’s ‘Iliad’

 

 
VOIR AUSSI