Guillaume Roquette explique son boycott de la marque Etam après la mise à pied de la directrice d’un magasin qui a refusé d’embaucher une candidate voilée

Le directeur de la rédaction du Figaro Magazine, Guillaume Roquette a expliqué le 14 mars  sur LCI pourquoi il était contre l’attitude de la marque de lingerie Etam qui a mis à pied la directrice d’un magasin pour avoir refusé à l’embauche une candidate voilée.

« J’ai un coup de sang contre une marque de lingerie bien connue qui s’appelle Etam », explique Guillaume Roquette.

Il raconte donc sur LCI : « L’histoire se passe à Montpellier. Vous avez une étudiante en hijab – c’est-à-dire en foulard islamique (je vous assure que c’est pas une blague), qui se présente dans un magasin en disant : ‘Est-ce que vous pouvez me recruter ? Est-ce que vous pouvez me donner un job ?’. La directrice du magasin lui dit ‘Écoutez, excusez-moi mademoiselle, mais on vend de la lingerie donc c’est pas exactement la tenue ad-hoc’. »

M. Roquette poursuit : « Que croyez-vous qu’il s’est passé ? Cette jeune fille s’est répandue sur les réseaux sociaux, peut-être d’ailleurs que c’était un test ou une forme de de piège qu’elle avait tendu au magasin et Etam a été accusé d’islamophobie ! »

« Qu’est-ce qu’a fait la marque ? Elle a « mis à pied » la directrice du magasin, elle a présenté ses excuses en disant “On est désolés, on est des gens inclusifs, etc.”. Le résultat des courses, c’est qu’un certain nombre de femmes ont décidé de boycotter la marque. Eh bien, écoutez, moi je les comprends ! », a-t-il conclu.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires

 
VOIR AUSSI