Il enseigne pendant 17 ans, mais ne savait ni lire ni écrire

Il avait développé une gamme complexe de tactiques pour réussir au collège tout en étant un jeune analphabète.

Savoir lire et écrire est essentiel pour pouvoir fonctionner et réussir dans n’importe quelle société. Cependant, cet homme a pu obtenir son diplôme d’études collégiales et même devenir enseignant sans savoir faire ni l’un ni l’autre.

Fils d’un directeur de United Service Organizations pendant la Seconde Guerre mondiale, John Corcoran a grandi en vivant à divers endroits dans le sud-ouest des États-Unis.

M. Corcoran et sa famille se sont finalement installés à Santa Fe, au Nouveau-Mexique. C’est à ce moment-là qu’il a commencé l’école à l’âge de 6 ans.

Ses parents lui ont dit qu’il était un gagnant quand il était enfant.

Cependant, à l’école, il avait été placé dans ce qu’il a appelé « la rangée des cancres ».

C’est à ce moment-là que M. Corcoran s’est rendu compte pour la première fois qu’il était traité différemment parce qu’il avait de la difficulté à apprendre à lire et à écrire. Il ne comprenait pas comment et pourquoi.

« Le professeur ne l’appelait pas la rangée des cancres, mais nous savions où nous nous trouvions », a expliqué M. Corcoran à Humanité.

C’est en quatrième année qu’il a commencé à se sentir délaissé.

M. Corcoran enfant (Photo de Bradley Mertes)

Lorsque M. Corcoran est arrivé en cinquième année, il n’avait pas encore fait beaucoup de progrès et il était désespéré.

« J’avais vraiment perdu espoir en moi-même, dans le système, dans l’enseignant et je pensais que quelque chose n’allait pas chez moi », se souvient M. Corcoran.

En sixième et septième année, il a commencé à jouer la comédie et à développer des problèmes de comportement. En septième année, il a été transféré dans trois écoles différentes.

Néanmoins, M. Corcoran a réussi à passer l’école. C’était un enfant charismatique, athlétique et social, et il était capable de convaincre les filles de faire ses devoirs et d’écrire ses papiers pour lui.

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, M. Corcoran a développé une gamme plus complexe de tactiques pour réussir au collège même s’il était un jeune homme analphabète.

M. Corcoran trichait souvent aux examens ou regardait les réponses des autres étudiants pendant qu’ils passaient un examen.

Il avait également découvert une banque d’examens avec de vieux examens qu’il utilisait pour réussir ses cours. Cependant, il y a eu deux fois où M. Corcoran s’est donné beaucoup de mal pour tricher pendant ses années au collège.

M. Corcoran et son équipe collégiale de basket-ball (Avec l’aimable autorisation de Bradley Mertes)

Il y avait un examen dont il n’avait pas de copie et il devait mettre la main dessus s’il voulait réussir l’un de ses cours.

Il s’est faufilé dans le bureau de son professeur, mais n’a pas pu trouver l’examen. Il pensait que c’était dans le classeur qui était fermé à clé.

Un soir, il est entré par effraction dans le bureau de son professeur et a volé tout le classeur. Avec trois de ses amis, il a chargé le classeur dans un camion.

M. Corcoran a réussi à convaincre un serrurier d’ouvrir le classeur pour lui en prétendant qu’il était un jeune homme d’affaires qui avait besoin d’un dossier important pour une réunion le lendemain. Une fois qu’il a été déverrouillé, il a trouvé l’examen.

Avec ses amis, il a retourné le classeur au bureau au lever du jour. Il avait réussi, mais il avait honte de ses actes.

« C’était horrible. C’est à ce moment-là que j’ai franchi la ligne, passant d’un simple tricheur à l’école à un cambrioleur. Je veux dire que c’était criminel », se souvient M. Corcoran.

La deuxième fois était presque aussi audacieuse.

Pour un examen du gouvernement, il n’y avait pas d’examen à voler. Le professeur écrivait les questions au tableau et on s’attendait à ce que les étudiants écrivent un papier en classe.

(Photo de Bradley Mertes)

M. Corcoran s’était assis à l’arrière de la classe et a passé son livre bleu par la fenêtre à un ami qui avait déjà suivi le même cours auparavant.

M. Corcoran était assis là, faisant semblant d’écrire dans un autre livre et attendait que son ami réponde aux questions à l’extérieur.

« Je suais à grosses gouttes et priais », dit M. Corcoran.

M. Corcoran s’inquiétait non seulement de se faire prendre, mais il ne savait pas si son ami serait en mesure de répondre aux questions.

Cependant, son ami lui a glissé l’examen complété par la fenêtre de la salle de classe. M. Corcoran était passé encore une fois.

M. Corcoran a réussi à obtenir son diplôme collégial en 1961, mais ce n’était pas la fin de cacher son analphabétisme.

On lui a offert trois postes d’enseignant et il est devenu professeur d’études sociales à El Paso.

En fait, son père, également enseignant, avait rempli les formulaires de demande.

À l’époque, il y avait une pénurie nationale d’enseignants et un diplôme collégial suffisait pour obtenir une offre d’emploi dans l’enseignement.

« Rétrospectivement, c’était fou ce que j’ai fait », a expliqué M. Corcoran.

Cependant, il était assez adroit à vaincre le système.

« C’est un peu comme ces types qui sont enfermés en prison. Ils font toutes sortes de choses extraordinaires parce qu’ils surveillent les gardes tout le temps », ajoute M. Corcoran.

M. Corcoran a appris à enseigner sans savoir lire ni écrire mais en écoutant, en regardant et en participant.

(Photo de Bradley Mertes)

Il créait un environnement qui fonctionnait pour lui pour compenser son analphabétisme.

Il arrangeait les bureaux en cercle et son enseignement était surtout basé sur des discussions en classe. Il invitait également des conférenciers et le lendemain la classe discutait de la conférence.

En tant qu’enseignant, M. Corcoran avait beaucoup d’autorité et pouvait amener les élèves à faire beaucoup de travail sans révéler son secret.

« Au début, j’avais peur. Vous venez de vous faire déposer dans une zone de guerre en n’ayant qu’une formation de base, alors vous êtes stupéfait », se souvient M. Corcoran comme enseignant.

M. Corcoran a enseigné pendant 17 ans. Pendant qu’il enseignait, il a investi dans l’immobilier. En 1978, il avait accumulé assez d’anxiété et de culpabilité, et a finalement pu quitter son emploi d’enseignant.

« J’avais un dilemme moral. Parfois cela me rendait physiquement malade quand je professais la vérité, que je cherchais la vérité et que je mentais », a dit M. Corcoran.

Il pensait à toutes les vies qu’il avait potentiellement ruinées parce qu’il avait été un enseignant qui ne savait pas lire.

(Photo de Bradley Mertes)

Il y avait d’innombrables situations où l’analphabétisme de M. Corcoran commençait à affecter ses relations avec les gens.

Il y a eu cette fois où il a rencontré un ancien étudiant qui travaillait au service de l’urbanisme de la ville.

M. Corcoran devait apporter quelques modifications mineures à un ensemble de plans immobiliers. L’étudiant lui a demandé de remplir un formulaire et M. Corcoran était coincé. Il ne pouvait pas le remplir parce qu’il ne savait pas écrire.

Il a tenté de convaincre l’étudiant de le remplir pour lui, mais il s’agissait d’un simple formulaire et l’étudiant a refusé de le faire. Son ancien élève s’est fâché contre M. Corcoran.

« Je me sentais mal quand je suis parti. Tout d’abord, j’avais eu une confrontation avec quelqu’un que j’aimais et que j’admirais vraiment », dit-il.

La seule personne qui connaissait l’analphabétisme de M. Corcoran était son épouse à qui il l’avait révélé avant qu’ils ne se marient.

M. Corcoran avait maintenant plus de 40 ans et ne pensait pas pouvoir apprendre à lire et à écrire.

Cependant, il a toujours eu le désir de maîtriser la lecture et l’écriture. À l’époque, Barbara Bush discutait publiquement de l’alphabétisation des adultes.

M. Corcoran avec Barbara Bush (Photo de Bradley Mertes)

« Chaque fois que je la voyais dans l’actualité, je l’écoutais et je disais que c’était quelque chose qui me réveillait », se souvient M. Corcoran. Le plaidoyer de Barbara Bush en faveur de l’alphabétisation des adultes a commencé à l’encourager à essayer d’apprendre à lire et à écrire.

La bibliothèque était de l’autre côté de la rue. Dix jours plus tard, M. Corcoran décide de s’essayer de nouveau à la lecture.

« La première expérience n’était que de raconter ce drame à une autre personne », se souvient M. Corcoran lorsqu’il a révélé au directeur du programme d’alphabétisation son secret le plus profond.

C’était un processus lent et laborieux, mais M. Corcoran était capable de lire à un niveau de sixième année après un certain temps. Puis il est allé dans une clinique de lecture.

Il a découvert qu’il souffrait d’une discrimination auditive grave, ce qui signifie qu’il ne pouvait traiter que 10 des 44 sons phonétiques en anglais.

Cependant, après 125 heures d’apprentissage à la clinique et 7 ans plus tard, M. Corcoran pouvait lire au niveau de la 12e année.

« Un jour, j’ai dit : « Bon, je sais lire ! J’ai passé 48 ans à penser que quelque chose n’allait pas avec mon cerveau », a expliqué M. Corcoran. « J’étais prêt à admettre ou à me sentir comme si j’étais normal. »

M. Corcoran avait pris conscience de l’importance de l’alphabétisation, tant pour les enfants que pour les adultes. Il a finalement eu le courage de commencer à raconter son histoire.

« Je sentais que cette histoire allait aboutir à quelque chose », se souvient M. Corcoran. « Mais ça n’allait pas suffire que je raconte l’histoire seulement. J’allais devoir participer à la solution. »

C’est pourquoi M. Corcoran a créé la John Corcoran Foundation en 1997 dans le but d’aider d’autres adultes et enfants à apprendre à lire et à écrire. Jusqu’à présent, il a aidé des milliers d’enfants à éviter de vivre ce qu’il a vécu.

« Je veux que [mon histoire] ouvre l’esprit, le cœur et fasse une différence. »

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Cet homme fabrique une table d’appoint à partir d’une bûche.
Quand vous verrez la fausse cheminée en bas, vous serez étonné

 
VOIR AUSSI