Une infirmière sort de son corps pendant un choc anaphylactique, rencontre Dieu, apprend le but de sa vie et revient pour partager la vérité

Par Michael Wing
1 octobre 2022 20:43 Mis à jour: 1 octobre 2022 20:43

Certains seront peut‑être surpris de l’apprendre, mais ce qui est considéré comme « bon » et « mauvais » sur Terre, est diamétralement opposé à la façon dont les choses fonctionnent dans l’au‑delà. Le confort terrestre n’est pas convoité dans l’éternité. Mais les difficultés sont volontiers prises pour de la joie.

C’est ce qu’affirme Penny Wittbrodt, une infirmière retraitée de 52 ans, du Kentucky, qui témoigne avoir vécu deux expériences de mort imminente (EMI) distinctes, respectivement en 2014 et 2016, après avoir souffert d’épisodes d’anaphylaxie qui l’ont plongée dans le coma. Elle décrit avoir transité dans un vide entre le Ciel et la Terre et avoir rencontré des êtres spirituels rayonnant d’une énergie aimante – dont sa défunte grand‑mère et nul autre que Dieu lui‑même. Ces expériences ont fait basculer sa vision de la vie à 180 degrés. Au réveil de sa deuxième EMI, elle était guérie de son anaphylaxie. Elle a pris la décision de revenir sur terre avec une profonde réticence, car elle a décrit l’autre côté comme étant paradisiaque, à son seuil, mais elle n’avait pas rempli sa mission sur Terre.

« J’avais des antécédents d’anaphylaxie aux crustacés, mais je n’avais pas eu de crise depuis plusieurs années. J’ai juste gardé ces ‘EpiPen’ (médicaments) avec moi de manière obligatoire, parce que vous êtes censé en avoir sur vous », a‑t‑elle déclaré dans une interview avec Chaman Oaks en 2021. « J’ai commencé à avoir des difficultés à respirer et à avaler… Je suis infirmière et je me suis dit : ‘La vache ! C’est de l’anaphylaxie. Alors je me suis administré mon EpiPen. Mon fils m’a conduite à l’hôpital.’ »

Dans l’attente d’un traitement, alors qu’elle était en proie à un stridor (bruit aigu de respiration) dans un couloir d’hôpital et qu’elle avait l’impression de mourir, Penny a été abordée par un assistant médical constatant son état critique. Au moment où quelqu’un a évoqué la possibilité d’une mort imminente, Penny a cessé de respirer et est sortie de son corps. Elle s’est vue elle‑même : « Je me suis dit, ‘Wow, mais qui est cette fille ? Elle est vraiment mal en point’. Je n’avais pas réalisé que c’était moi. »

(Avec l’aimable autorisation de Penny Wittbrodt)

En quittant son enveloppe corporelle et en entrant dans le monde des esprits, Penny était dans un état qu’elle décrit comme « non solide ». Elle est entrée dans un vide sombre de « nature oppressante ». Ses sens étaient altérés, y compris sa perception du temps. « Le temps ici [sur Terre] est tellement structuré, et le temps là‑bas vous échappe vraiment. Si je devais comparer ce temps terrestre avec le temps que j’ai passé dans le vide, je dirais que c’était probablement 10 ans environ. »

« Il m’est apparu que l’espace spirituel dans lequel je me trouvais était une image de l’espace spirituel que j’avais créé dans le monde humain… Depuis mon divorce, il y a de nombreuses années, j’avais en quelque sorte construit ce mur autour de moi pour me protéger et protéger les enfants. L’isolement que j’avais construit de ce côté m’a suivi de l’autre côté. » 

Après cette prise de conscience, elle a vu les ténèbres étouffantes se briser instantanément comme du verre, et une lumière brillante en sortir. Puis un esprit est apparu devant elle. C’était sa grand‑mère, qui n’apparaissait pas comme une vieille dame, mais comme une femme dorée, angélique, aux cheveux de feu. « Je suis tellement soulagée que quelqu’un soit là et que je ne sois pas seule. Et que l’obscurité ait disparu… Je suis simplement bouleversée et je pleure », a déclaré Penny. « Elle me dit par télépathie, parce qu’ils ne parlent pas… ‘Calme‑toi, ma chèrie’. Les mots étaient comme un sédatif, telle était l’énergie réconfortante de l’esprit. »

Puis, sans s’en rendre compte, Penny était à nouveau seule, flottant dans la lumière. Elle a raconté comment une pensée devient réalité dans cette dimension. « Je pensais à quelque chose, et dès que je l’ai pensé, la réponse était là », a‑t‑elle expliqué à Epoch Times. « Je me souviens avoir pensé ‘fleurs’ et tout à coup … j’ai regardé en bas et ma pensée avait créé des fleurs. » Elles étaient jaunes, pas comme nous l’entendons, mais « brillantes ».

« Chaque fleur a sa propre vibration, sa propre chanson, sa propre odeur et son propre goût. Et il n’est pas nécessaire de s’en approcher pour en faire l’expérience. Vous pouvez simplement les regarder. Et aucune des fleurs ne s’oppose aux autres. Et chaque brin d’herbe a sa propre résonance et sa propre chanson. Et tout cela fonctionne ensemble. C’est tellement plus riche que toutes les expériences que j’ai pu vivre sur Terre. »

Penny a ensuite décrit sa rencontre avec son Créateur, Dieu, et atteste qu’elle nourrissait de l’amertume envers Lui pour ce qu’elle et ses proches avaient subi dans la vie. Il lui a ensuite révélé que les prétendues « mauvaises » choses vécues sur Terre, lorsqu’elles se prolongent dans l’éternité, portent des fruits rédempteurs qui dépassent l’entendement des êtres mortels.

(Illustration – Evannovostro/Shutterstock. Encadré – Domaine public)

« ‘J’ai été témoin de ce que tu as permis à mes propres enfants de subir’, ai‑je dit, en ajoutant : ‘Leur père les a abandonnés alors qu’ils n’étaient que des bébés, et le fait qu’il m’ait quittée était déjà assez difficile, et pas mérité’ »,a raconté Penny à Shaman Oaks. « Je peux supporter tout ce qu’il m’a fait, mais voir ces enfants lui parler au téléphone, puis aller à la boîte aux lettres tous les jours pour vérifier s’il y a un cadeau qu’il s’est engagé à envoyer – et qui n’arrivait jamais – et les regarder revenir le cœur brisé tous les jours… Quel genre de Dieu permet cela ? »

Cette « injustice » avait alimenté son ressentiment. Au cours de son voyage dans l’EMI, Dieu lui a révélé ses desseins et a dissipé son incompréhension humaine de la situation réelle. Après une avance rapide, Penny a vu son fils aîné, David, qui regardait son propre fils depuis les gradins alors que ce dernier jouait au football. David lui dit : « Maman, je vais être pour lui le père que j’aurai dû avoir. » Elle se souvient que, des années plus tard – alors même qu’elle n’avait jamais raconté cette histoire à son fils – David a prononcé ces mots exacts alors qu’ils regardaient son fils jouer sur le terrain.

« On se retrouve bouche bée. J’étais comme ‘oh mon dieu, c’est arrivé et c’était une confirmation divine ! C’était donc vrai.’ Il y a des moments où on doute de cette expérience de mort imminente, parce que beaucoup de gens en doutent. Et [Dieu] nous dit : ‘Non, c’est bien réel.’ »

De nombreuses injustices apparentes – des enfants qui endurent d’affreux cancers ou qui naissent avec d’horribles malformations – ont des objectifs plus élevés au Ciel. « Ce sont les esprits qui ont fait les plus grands sacrifices », insiste Penny à propos de ces enfants. Ils ont enduré tant de choses juste pour avoir l’occasion de montrer aux gens un amour qui transcende la parole.

Plongée dans la présence de Dieu, flottant en apesanteur dans une lumière béate, Penny se tourmentait à l’idée de revenir. Elle sentait un cordon qui la reliait à son corps terrestre et savait qu’elle pouvait y retourner. Elle savait aussi qu’elle n’avait pas vécu sa vie comme Dieu le voulait, loin de là.

« J’avais évité de faire les choses que je devais faire. Je ne peux pas vous dire à quel point j’ai eu le cœur brisé de quitter [le royaume des esprits]. Mon mari m’a demandé pourquoi je ne voulais pas revenir dans mon corps. Et je lui ai répondu : ‘Je ne peux pas te faire comprendre ça (avec des mots) tant que tu n’y es pas allé.’ »

« ‘Je savais que tu finirais par t’en sortir.’ Et donc j’ai pris la décision de revenir, et je pleurais. J’ai dit à Dieu :‘Permets‑moi au moins de me souvenir de cette expérience, parce que si je l’oubli, je risque de perdre tout espoir. »

Penny à l’hôpital, sous respirateur et dans un coma artificiel à l’époque de son EMI/ (en miniature) Penny après sa guérison. (Avec l’aimable autorisation de Penny Wittbrodt)

Les êtres mortels naissent avec des desseins éternels, qui sont atypiques par rapport à ce que nous considérons comme « bon » : quand tout va bien. En réalité, ce n’est pas bon, a expliqué Penny. Quand nous sommes nichés dans le confort, désœuvrés, c’est une mauvaise chose. Nous sommes censés progresser, relever des défis et partager la bonté. C’est pour atteindre son but qu’elle a solennellement choisi de réintégrer son corps humain dans le monde terrestre.

« Avant de venir dans cette vie, il y a en fait un processus de décision que nous suivons, avec la consultation de guides spirituels et d’autres choses de ce genre, pour déterminer la famille dans laquelle nous voulons venir et les grandes leçons que nous aimerions apprendre pendant notre parcours terrestre », a‑t‑elle déclaré. « Je pense que nous l’oublions lorsque nous arrivons ici. J’essaie de le rappeler aux gens, car avant de venir, vous saviez à quels traumatismes vous alliez être confrontés. Et à l’époque vous étiez d’accord et avez dit : ‘C’est la vie que je veux vivre. Je veux apprendre ces leçons parce qu’elles vont contribuer à la croissance de mon esprit.’ »

Après son retour, Penny a continué sur sa lancée. Elle a partagé son expérience avec le monde entier sur les réseaux sociaux et dans des interviews dans divers podcasts et programmes. Elle s’est efforcée d’offrir des preuves attestant de son EMI, en présentant des choses vues de l’extérieur de son corps qu’elle n’aurait pas pu connaître autrement – qu’il s’agisse d’une tenue dépareillée que portait sa sœur un jour donné, d’un texte qu’elle a envoyé sur Facebook, etc.

Ce récit n’est qu’une fraction de ce que Penny a partagé de ses expériences comme cadeau pour l’humanité.

Penny avec son mari, Don. (Avec l’aimable autorisation de Penny Wittbrodt)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.