La Chine dévoile une IA « présentateur de journal télévisé », presque impossible à distinguer d’un véritable humain

L'intelligence artificielle est une priorité pour le régime chinois pour renforcer son pouvoir autoritaire
Par Shawn Lin
17 janvier 2022 11:44 Mis à jour: 18 janvier 2022 18:35

« Bonjour tout le monde, je suis une IA ‘présentateur de journal télévisé’ pour le National Business Daily. Je suis le jumeau virtuel de l’animateur original. Cela fait maintenant 70 jours que je présente et monte des reportages sans avoir été détecté », a déclaré le 20 décembre 2021 le présentateur d’actualités N Xiaohei à ses téléspectateurs, après 1700 heures de diffusion continue d’actualités en direct.

Le même jour, le média d’État chinois National Business Daily (NBD) et l’entreprise d’IA Xiaoice ont annoncé conjointement le lancement officiel de leurs programmes télévisés collaboratifs de diffusion d’actualités en direct entièrement gérés par l’IA – la première de ce type.

Le programme télévisé s’appelle AI Business Daily. Il diffusera des informations financières 24 h/24, 7 j/7, et sera animé par deux IA nommées N Xiaohei et N Xiaobai, grâce au soutien technique de Xiaoice.

N Xiaohei et N Xiaobai sont des répliques virtuelles de deux véritables présentateurs de journaux télévisés, un homme et une femme. Le cadre Xiaoice utilise les données recueillies auprès des deux présentateurs réels pour entraîner ses modèles d’intelligence artificielle. Parallèlement, la technologie Xiaoice Neural Rendering (XNR) donne aux expressions faciales et aux mouvements du corps des humains virtuels un aspect authentique et naturel.

Par le passé, des présentateurs gérés par une IA étaient déjà apparus dans des programmes télévisés chinois, mais jusque-là ils pouvaient être identifiés immédiatement. Depuis le lancement test d’AI Business Daily le 11 octobre 2021, le compte Douyin (TikTok chinois) de N Xiaohei a accumulé plus de 3 millions de fans, pourtant la personne réelle n’est pas apparue à l’antenne depuis 70 jours. Selon l’agence de presse Xinhua, Xiaoice, en collaboration avec NBD, a démontré sa capacité à développer des répliques virtuelles presque indiscernables des vrais humains grâce à des technologies avancées d’apprentissage et de rendu de l’IA.

Selon le rapport, la technologie d’apprentissage à petites doses de Xiaoice Framework a permis aux deux humains virtuels de terminer leur cycle de formation en une semaine. Le commentateur économique chinois Zeng Xiangling a précisé que par le passé de longs cycles de formation étaient nécessaires pour former les IA. Des cycles de formation courts réduisent considérablement le coût élevé de leur développement.

En outre, le moteur technique du système architecture Xiaoice rend possible l’automatisation de bout en bout de l’IA, le « présentateur » peut collecter, éditer et diffuser des informations financières tout seul. De la lecture des informations financières à la création de textes et de graphiques, en passant par la synchronisation avec un autre présentateur virtuel déjà entraîné, l’IA pourrait diffuser sur le réseau une vidéo complète en direct sans aucune assistance humaine.

« L’ère de l’Être IA infatigable, sûr et fiable est arrivée », a déclaré Li Di, PDG de Xiaoice. « Il fournira un débit régulier d’informations. »

Selon un rapport du NBD, les IA « présentateurs » fonctionnent à l’aide de la technologie dite « d’apprentissage profond » qui repose sur un réseau de neurones artificiels. C’est ce qui leur donne la capacité de diffuser en mandarin, anglais et bien d’autres langues. Désormais, grâce à la technologie avancée de l’IA, les industries chinoises des médias et du cinéma sont totalement remodelées et transformées. Depuis le succès de l’émission AI Business Daily, chaque chaîne d’information du NBD va désormais collaborer pleinement avec Xiaoice pour créer des émissions de télévision basées sur une IA.

Xiaoice, ou « Microsoft Little Ice », est un système d’IA développé par Microsoft Asia en 2014. La société était auparavant connue sous le nom de AI Xiaoice Team of Microsoft Software Technology Center Asia. Il s’agit de la plus grande équipe indépendante de recherche et développement en IA de Microsoft. En juillet 2020, Microsoft a scindé son activité et Xiaoice est devenue une société distincte, ce qui lui permet de fonctionner comme une entité indépendante en Chine et dans d’autres pays asiatiques. La structure (système architecture) de Xiaoice est l’une des structures d’intelligence artificielle les plus complètes du monde, avec les plus importantes interactions d’IA au niveau mondial.

Le PDG de Xiaoice, Li Di, a dévoilé en octobre 2021 qu’un grand nombre de « sujets IA » ont été créés depuis deux ans, un nombre en passe d’augmenter rapidement. M. Li anticipe qu’à terme le nombre d’entités IA surpassera la population humaine, elles seront toujours plus diversifiées avec toujours plus de traits individuels.

Le 20 octobre 2021, soit le neuvième jour après le lancement du test de l’IA TV de NBD, l’administration nationale chinoise de la radio, du cinéma et de la télévision a publié la section du « 14e plan quinquennal » détaillant sa stratégie pour la diffusion des informations et les réseaux audiovisuels. Le plan propose de renforcer les applications de l’IA dans la production et la diffusion des informations, notamment en encourageant l’utilisation généralisée de présentateurs virtuels dans les programmes télévisés et en améliorant l’efficacité de la production et de la diffusion des informations grâce à l’IA.

Les risques de l’IA

L’intelligence artificielle n’a pas besoin de manger ou de dormir. Elle ne tombe pas malade et nul besoin d’augmenter son salaire en cas d’heures supplémentaires. Enfin, elle peut désormais générer efficacement du contenu d’actualité. Cependant, nombreux sont ceux qui sont très inquiets par le développement rapide de l’IA.

Selon M. Wang, expert de l’industrie informatique depuis 20 ans au Japon, pour Epoch Times, l’intelligence artificielle dépasse de beaucoup les humains en termes de méthodes de calcul, de performances et de capacité d’apprentissage. Le plus gros problème, cependant, est qu’elle n’a pas aucune éthique, morale ou valeurs personnelles. Si la technologie de l’IA atterrit entre les mauvaises mains, elle pourrait être dévastatrice pour l’humanité.

La technologie robotique actuelle est également très avancée. De nombreux robots surpassent les humains ou les animaux dans diverses activités physiques. Une fois que les IA auront la capacité d’agir physiquement, les humains pourraient ne plus pouvoir leur résister. Les individus contrôlant les IA auraient la possibilité de tout gérer à leur guise, a ajouté Wang.

Shi Shan, spécialiste des médias, rappelle pour Epoch Times que le régime chinois ne connaît pas de limite à la fraude.

« La technologie de l’IA [du PCC] peut maintenant produire un présentateur virtuel d’informations presque parfait, mais quelle sera la prochaine étape ? Un faux homme politique ? Un chef du Parti ? Peut-être que cela a déjà été fait », explique Shi Shan. « Le PCC est doué pour la tromperie. Les communautés internationales doivent désormais prêter une attention particulière à l’authenticité des programmes audiovisuels et autres contenus médiatiques de la Chine. »

Big Data

Le big data est la clé de la recherche et du développement de l’IA : plus il y a de données pertinentes, mieux l’IA est formée. Tout en développant rapidement sa propre intelligence artificielle, le PCC limite délibérément le flux des données chinoises vers l’étranger.

La Chine utilise sa population considérable pour rassembler et développer sa propre technologie de l’IA. Tang Bohua, examinateur de brevets pour l’United States Patent and Trademark Office (USPTO), a déclaré à la publication chinoise d’Epoch Times que le manque de considération du PCC pour les droits de l’homme et la vie privée lui permet d’accéder à un énorme ensemble de données là où aux États-Unis, le respect des droits humains maintient ces ensembles de données incomplets.

Le 4 janvier, le PCC a présenté une nouvelle version de ses « Mesures d’examen de la cybersécurité ». Les règles nouvellement mises à jour exigeront que toutes les plateformes Internet chinoises disposant de données sur plus d’un million d’utilisateurs se soumettent à un examen de sécurité avant de commencer à récolter des données à l’étranger.

Selon Christy Zeming, professeur de droit à l’Université nationale de technologie de Taïwan, pour Radio Free Asia le 4 janvier, le seuil d’un million d’utilisateurs concerne probablement toutes les entreprises technologiques chinoises en mesure de s’agrandir à l’étranger.

Une priorité stratégique

Le PCC a donné la priorité au développement de l’IA ces dernières années, il en a fait une « stratégie clé de développement national ». Il a imposé l’IA dans de nombreux aspects de la vie quotidienne, non seulement pour surveiller et contrôler ses citoyens, mais aussi pour que sa population très importante donne un coup de fouet au développement de l’IA.

Pour soutenir le développement rapide de l’IA, le PCC a publié un certain nombre de politiques de soutien et de réglementations, notamment son « Made in China 2025 » et son « 13e plan quinquennal ».

En 2017, le Conseil d’État chinois a publié le « Plan de développement de l’intelligence artificielle de nouvelle génération », mettant l’accent sur l’importance de l’IA pour aider le gouvernement à comprendre et à contrôler la société.

« La technologie de l’intelligence artificielle peut percevoir avec précision, prédire et avertir rapidement les grandes tendances de la société. [Elle peut saisir le fonctionnement cognitif et les changements psychologiques des personnes et décider de manière proactive des réactions.] Cette technologie améliorera considérablement la capacité et le niveau de la gouvernance sociale. Elle est irremplaçable pour maintenir efficacement la stabilité sociale », peut-on lire dans le texte du 13e plan quinquennal.

« Elle aura un impact profond sur la gestion gouvernementale, la sécurité économique, la stabilité sociale et la gouvernance mondiale. »

Alexander Liao, chroniqueur financier et économique de Hong Kong, est convaincu que le PCC pense que la révolution technologique émergente (l’intelligence artificielle) peut apporter un nouveau souffle au système autoritaire, qui était au bord de l’effondrement.

En 2013, le PCC a proposé le plan « Modernisation du système national de gouvernance et de la capacité de gouvernance » et l’a adopté cinq ans plus tard lors de sa session plénière de 2019. Selon l’agence de presse du régime chinois Xinhua, ce projet est « une série de dispositions institutionnelles visant à rendre le système de gouvernance de la Chine de plus en plus complet, scientifiquement normalisé et fonctionnant plus efficacement. »

En 2014, le PCC a lancé le « système de crédit social », qui a relié le comportement social de tous les citoyens ordinaires au système de surveillance à grande échelle de la Chine continentale. Il a adopté la reconnaissance faciale et la technologie d’analyse des big data pour effectuer un contrôle social à grande échelle avec l’IA.

En 2020, le système a été intégré dans presque tous les domaines de services publics, notamment l’emploi, l’éducation, les services de prêt, l’achat de billets de voyage, etc. Cette méthode de contrôle a été pleinement popularisée sous la forme de « codes sanitaires » lors de la pandémie de virus PCC.

« Toutes les mesures de ‘modernisation de la gouvernance’ sont la base du renforcement de la législation autoritaire du PCC pour parvenir finalement à un contrôle totalitaire, et tout est ancré dans l’intelligence artificielle », a conclu M. Liao.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.