Le laboratoire de Wuhan désigné comme source du virus du PCC, selon un rapport américain

Par Tom Ozimek
3 août 2021 21:24 Mis à jour: 4 août 2021 08:39

Les républicains de la Chambre des représentants américains ont publié un addendum à leur rapport sur les origines du Covid-19 (pdf) publié l’année dernière, concluant que les preuves indiquent qu’une fuite d’un laboratoire chinois est à l’origine de l’épidémie.

Le représentant Michael McCaul (Parti républicain, Texas), principal membre républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, a publié le 2 août le rapport actualisé (pdf), rédigé par le personnel républicain de la commission.

« Alors que nous continuons à enquêter sur les origines de la pandémie de Covid-19, je crois qu’il est temps d’écarter complètement le marché d’animaux vivants comme source de l’épidémie. Au contraire, comme le montre ce rapport, la prépondérance des preuves prouve que tous les chemins mènent au WIV », a dit M. McCaul dans un communiqué, en faisant référence au Wuhan Institute of Virology (WIV), le laboratoire au cœur de la controverse sur les origines du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), l’agent pathogène à l’origine de la maladie Covid-19.

L’addendum du rapport cite de nombreux éléments de preuve à l’appui de la conclusion selon laquelle le virus a fui du laboratoire de Wuhan, y compris des actions menées par des fonctionnaires et des scientifiques chinois du WIV pour « cacher ou dissimuler » un certain type de recherches effectuées dans cette installation. Il cite également ce qu’il appelle des informations nouvelles et passées sous silence concernant des protocoles de sécurité laxistes dans le laboratoire.

Cette vue aérienne montre le laboratoire P4 (C) sur le campus de l’Institut de virologie de Wuhan, à Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine, le 27 mai 2020. (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

« La prépondérance des preuves suggère que le SRAS-CoV-2 a été accidentellement libéré d’un laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan quelque temps avant le 12 septembre 2019 », peut-on lire dans le rapport mis à jour. « Le virus, ou la séquence virale qui a été manipulée génétiquement, a probablement été collecté dans une grotte de la province du Yunnan, en République populaire de Chine, entre 2012 et 2015. »

Le rapport mis à jour dit également que les chercheurs du laboratoire de Wuhan, les responsables du PCC et « potentiellement des citoyens américains » ont tous « directement participé aux efforts visant à obscurcir les informations liées aux origines du virus et à réprimer le débat public sur une éventuelle fuite du laboratoire ».

Les autorités chinoises ont rejeté l’idée que le virus proviendrait d’un laboratoire et ont insisté sur le fait qu’il était passé naturellement des animaux aux humains. Dans un rapport publié en mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu que le virus avait probablement une origine naturelle et que l’hypothèse d’une fuite en laboratoire était « extrêmement improbable », même si le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a dit que d’autres études étaient nécessaires, que « toutes les hypothèses restaient sur la table » et que « nous n’avons pas encore trouvé la source du virus ».

L’OMS a demandé une enquête de suivi sur les origines du virus, y compris des études supplémentaires en Chine ainsi que des audits de laboratoire, ce que les responsables chinois ont récemment rejeté. Zeng Yixin, vice-ministre de la Commission nationale de la santé de Chine, a déclaré lors d’une récente conférence de presse qu’il était surpris par la demande de l’OMS de renvoyer une équipe à Wuhan, disant que cette démarche n’avait « rien de scientifique ».

En mai, le président Joe Biden a demandé aux responsables du renseignement américain d’enquêter sur les origines du virus du PCC, y compris sur la possibilité d’une fuite de laboratoire, et de rendre leurs conclusions dans les 90 jours.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.