Le régime chinois fait taire les critiques qui exposent la vérité sur l’épidémie de virus

Par Eva Fu
29 février 2020 16:03 Mis à jour: 29 février 2020 16:03

Un ancien journaliste devenu présentateur de télévision a été arrêté dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, le 26 février dernier, dernière cible de la répression du régime chinois contre la liberté d’expression dans un contexte d’épidémie de coronavirus.

Li Zehua, 25 ans, travaillait auparavant pour le diffuseur public chinois CCTV. Il a pris un train pour Wuhan il y a environ deux semaines, en affirmant qu’il devait utiliser ses propres « yeux et oreilles » pour se faire une idée complète de l’épidémie.

Les jours suivants, il a visité des lieux tels que la communauté de Baibuting, où le banquet qui a réuni plus de 40 000 familles a provoqué des infections à l’échelle de la communauté, un salon funéraire et une gare locale où il a parlé à un travailleur migrant en détresse.

Dans la nuit du 26 février, quelques heures après avoir visité la zone autour d’un laboratoire de virologie appartenant à l’État, plusieurs policiers se sont présentés à son hôtel.

M. Li a commencé une diffusion en direct quand la police a frappé à sa porte. Dans la vidéo, il semble frustré, et dit n’avoir rien fait de mal. Il explique également qu’il s’agit d’un moment « très surréaliste ».

« Avant, quand je mettais la caméra en marche pour parler, c’était toujours pour les autres… Aujourd’hui, je parle pour moi-même », dit-il. « Bien que ce soit probablement mon dernier discours. »

Finalement, il a laissé entrer la police.

« J’ai le sentiment que je vais être emmené et mis en quarantaine. Mais je veux que ce soit clair : je n’ai pas honte de me regarder en face, ni mes parents […] ma carrière de journaliste, et ce pays », a-t-il déclaré peu avant que la police ne coupe le signal de diffusion en direct.

M. Li est le troisième journaliste à être arrêté pour avoir diffusé des informations confidentielles à partir de Wuhan.

Le 10 février, deux jours avant que M. Li se rende à Wuhan, la police a fait irruption chez un habitant du quartier, Fang Bin, qui avait posté une vidéo virale montrant huit cadavres à l’intérieur d’une camionnette garée près d’un grand hôpital.

La même semaine, Chen Qiushi, un vidéoblogger qui s’est rendu de Pékin à Wuhan fin janvier, a disparu de la scène publique.

Des policiers, portant des masques de protection, patrouillent autour de la gare de Pékin le 30 janvier 2020. (Noel Celis/AFP via Getty Images)

Censure du discours en ligne

Patrick Poon, chercheur sur la Chine au sein du groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International, a déclaré que l’arrestation de M. Li est « extrêmement inquiétante ».

« Cela montre la tolérance zéro du gouvernement envers les personnes qui exposent la vérité, y compris les citoyens ordinaires et les personnes qui ont travaillé pour le gouvernement », a-t-il déclaré à Epoch Times dans un courriel.

Les vidéos que M. Li a publiées « ont provoqué le gouvernement chinois, car il est évident que ce que le gouvernement chinois veut, c’est cacher la situation réelle sur le terrain, et ne pas la dévoiler », a-t-il déclaré.

Un document interne du gouvernement récemment obtenu par Epoch Times montre que la province du Hubei a déployé à elle seule plus de 1 600 trolls Internet pour contrôler les communications sur Internet relatives à l’épidémie et éliminer les commentaires négatifs.

Un homme surnommé M. Tu, dans la province de Guangdong, a récemment été détenu pendant 15 jours pour avoir fait des « remarques désobligeantes » sur le principal expert chinois en matière de contrôle des épidémies, Zhong Nanshan, et sur le régime chinois. Les procureurs de la ville de Zhongshan, où habite M. Tu, ont considéré ces remarques comme une violation de la loi. M. Tu a ensuite présenté des excuses publiques manuscrites et a apposé son empreinte digitale sur le document.

Le juriste et militant des droits civils Xu Zhiyong a été arrêté à Guangdong à la mi-février, quelques jours après avoir écrit une lettre publique cinglante exhortant le leader chinois Xi Jinping à se retirer pour son « incapacité à gérer les crises », notamment l’épidémie de coronavirus.

Huang Yang, un militant de la ville de Chongqing, a été convoqué par la police à quatre reprises au cours des trois dernières semaines pour avoir diffusé des informations critiques à l’égard du régime sur WeChat, une plateforme de médias sociaux populaire en Chine.

Dans une capture d’écran qu’il a fournie à Epoch Times, montrant une conversation WeChat du 14 février qui l’impliquait, M. Huang a fait référence au médecin dénonciateur Li Wenliang, l’un des huit professionnels de la santé à avoir reçu un avertissement de la police pour avoir sonné l’alarme au sujet du dangereux virus. Le docteur Li est décédé plus tard après avoir contracté le virus auprès d’un patient qu’il traitait.

Selon M. Huang, sa mort tragique montre bien que la propagande des autorités selon laquelle la survie est plus importante que les droits de l’homme est un mensonge.

« La liberté d’expression des citoyens est à tous égards inséparable de leur droit à la survie », écrit-il dans le message. M. Huang a été interrogé par la police le jour suivant.

Pas de retour en arrière

Hu Jia, un militant basé à Pékin et un critique important du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré qu’il était assigné à résidence depuis le 15 janvier pour son plaidoyer lié à l’épidémie et aux avocats des droits de l’homme qui ont été détenus lors de la répression de fin d’année en Chine en 2019.

Ces dernières semaines, la police a rendu visite à plusieurs reprises à ses parents octogénaires malades pour faire pression sur lui. Lors d’une de ces rencontres, les policiers ont clairement ordonné à M. Hu de se taire sous peine de voir sa famille « ruinée ».

M. Hu a regardé la vidéo de M. Li après avoir appris son arrestation ; il a été impressionné par son courage face au régime.

« M. Li voulait faire éclater la vérité sur la ligne de front entre la vie et la mort […] pour immortaliser l’histoire en marche », a déclaré M. Hu à Epoch Times.

Le PCC « utilise la police, le système de sécurité et les prisons pour mener une guerre inégale et supprimer les droits des citoyens », a-t-il déclaré. « Ils enchaînent tous ceux qui tentent de dire la vérité […] et les jettent en prison – c’est leur stratégie habituelle. »

Dans sa vidéo, quelques instants avant de laisser entrer la police dans sa chambre d’hôtel, M. Li parle à la caméra et se compare au personnage principal de The Truman Show, un film de science-fiction américain de 1998 mettant en vedette Jim Carrey. Le protagoniste, Truman, vit toute sa vie dans une émission de télé-réalité simulée jusqu’à ce qu’il décide de s’évader.

« Je pense que tout le monde est comme Truman […] quand vous découvrez cette porte de sortie et que vous la franchissez, vous ne pourrez plus faire demi-tour », a-t-il déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.