Les républicains de la Chambre des représentants demandent au Sénat de retarder la confirmation du choix de Joe Biden pour le ministère du Commerce étant donné la question de Huawei

Par Isabel van Brugen
4 février 2021 15:51 Mis à jour: 4 février 2021 15:51

Mardi, un groupe de républicains de la Chambre des représentants a demandé à leurs collègues du Sénat de retarder la confirmation du choix du président Joe Biden pour le poste de secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, jusqu’à ce que le président précise s’il est favorable au maintien de Huawei sur une liste de commerce restreint.

Le représentant du Texas Michael McCaul, le principal républicain de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, a mené la coalition de près de deux dizaines de républicains en publiant une déclaration qui souligne la menace que le géant chinois des équipements de télécommunications représente, selon eux, pour la sécurité nationale.

Cette déclaration souligne les préoccupations du groupe concernant les déclarations faites par Mme Raimondo lors de son audition d’investiture devant la commission du commerce du Sénat le 26 janvier. Elle s’est engagée à protéger les réseaux de télécommunications américains des entreprises chinoises, mais a refusé de s’engager à maintenir Huawei sur la liste noire.

L’administration Trump avait auparavant placé Huawei sur la « liste des entités » du ministère du Commerce – une liste noire commerciale – en raison de préoccupations de sécurité nationale.

« Le fait que l’administration Biden refuse toujours de s’engager à maintenir Huawei sur la liste des entités du ministère du Commerce est incroyablement alarmant et dangereux », ont déclaré les républicains de la Chambre dans leur déclaration.

« Nous demandons instamment aux sénateurs qui ont toujours demandé que Huawei reste sur la liste des entités de s’en tenir à leurs principes et de suspendre la confirmation de Mme Raimondo jusqu’à ce que l’administration Biden clarifie ses intentions concernant Huawei et les politiques de contrôle des exportations d’un pays qui commet un génocide et menace notre sécurité nationale. »

Ils ont ajouté : « Il y a eu des appels répétés et bipartites pour maintenir Huawei sur la liste des entités dans le passé, avec des membres des deux côtés du parlement faisant référence à la société comme une menace pour la sécurité nationale. »

Donald Trump quitte Marine One pour embarquer sur Air Force One avant de quitter Harlingen, Texas, le 12 janvier 2021. (Mandel Ngan/AFP via Getty Images)

Huawei a été placé sur une liste noire commerciale par l’ancien président américain Donald Trump en mai 2019. Il a également mené une campagne mondiale pour convaincre ses alliés de l’exclure de leurs réseaux 5G. Washington a longtemps déclaré que le matériel de Huawei pourrait être exploité par le régime communiste chinois à des fins d’espionnage ou pour perturber les réseaux de communication.

Les responsables américains ont souligné les lois en vigueur en Chine qui obligent les entreprises à coopérer avec les services de renseignement lorsqu’on leur demande. Huawei, qui a été fondée en 1987 par Ren Zhengfei, un ancien officier de l’Armée de libération du peuple, la branche militaire du Parti communiste chinois (PCC), a nié ces allégations.

Lorsqu’elle a été pressée par le sénateur Ted Cruz (Parti républicain, Texas), le 26 janvier, de décider si certaines entreprises resteraient sur la liste noire, Mme Raimondo a déclaré qu’elle consulterait les législateurs, l’industrie et ses alliés et « évaluerait ce qui est le mieux pour la sécurité nationale et économique des États-Unis ».

« Les actions de la Chine ont été anticoncurrentielles, blessantes pour les travailleurs et les entreprises américaines, coercitives, et, comme vous le soulignez, elles sont coupables d’atroces violations des droits de l’homme », avait alors déclaré Mme Raimondo à Ted Cruz. « Donc, qu’il s’agisse de la liste des entités, des droits de douane ou des droits compensatoires, j’ai l’intention d’utiliser tous ces outils dans toute la mesure du possible afin d’ajuster les règles du jeu pour le travailleur américain. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.