Les vraies motivations de Facebook et de ses vérificateurs de faits

Par Dinesh D'Souza
8 avril 2021 21:28 Mis à jour: 8 avril 2021 21:29

Récemment, Facebook a retiré l’interview de Lara Trump avec l’ancien président américain Donald Trump, avertissant que le contenu de Trump était interdit sur la plateforme. En faisant cela, Facebook a réalisé une nouvelle escalade dans son projet de censure.

Premièrement, Facebook a adopté la position selon laquelle Trump ne pouvait pas publier de contenu parce que ses affirmations de fraude électorale, qui ont conduit aux événements du 6 janvier, représentaient prétendument un danger clair et réel pour le transfert pacifique du pouvoir. Deuxièmement, Facebook a déclaré que Trump ne pouvait absolument rien publier, ce qui implique que même ses futurs messages pourraient représenter un danger similaire.

Maintenant, Facebook a franchi une étape supplémentaire en prenant la position que même les interviews de Trump réalisées par d’autres personnes ne peuvent pas être publiées. Trump, rappelons-le, est toujours la figure de proue du Parti républicain, la voix la plus marquante de l’opposition et un candidat potentiel à la course présidentielle de 2024. Et Facebook et d’autres plateformes médiatiques semblent même vouloir effacer Trump de l’histoire, comme si l’Amérique avait eu un 44e président (Obama) et maintenant un 46e (Biden), mais que le numéro 45 avait été retiré de la vue du public.

J’ai eu mes propres problèmes avec Facebook, que j’aimerais examiner ici, car ils montrent comment Facebook opère pour signaler ou restreindre le contenu. Je n’ai jamais été banni de Facebook, mais j’ai été étiqueté, démonétisé pendant un certain temps et j’ai dû subir, comme je semble le subir maintenant, une forme de distribution réduite. Cela signifie que Facebook limite qui peut voir mes publications.

Et pourquoi ? En octobre dernier, j’ai été démonétisé parce que j’ai posté une vidéo de Biden qui disait qu’Antifa n’était qu’une idée. C’était une citation directe de Biden, tirée de son débat avec Trump. Facebook a dit que l’extrait « manquait de contexte ». Mais quel contexte ? Je n’ai rien omis sur ce que Biden a dit sur Antifa. La vidéo n’était en aucun cas éditée de manière trompeuse. Malgré cela, Facebook m’a pénalisé pour l’avoir publié.

En ce moment, je dois faire face à une distribution réduite sur Facebook pour une poignée de publications qui, selon la plateforme, constituent de la désinformation ou, encore une fois, un « manque de mise en contexte ». Dans l’un d’eux, on me reproche d’avoir publié un extrait de mon podcast quotidien dans lequel je dis que Kamala Harris descend d’un ancêtre propriétaire d’esclaves, Hamilton Brown, qui possédait cinq plantations et était l’un des plus grands propriétaires d’esclaves de la Jamaïque.

C’est moi qui ai révélé cette histoire. Je l’ai obtenue du propre père de Kamala Harris, Donald Harris, qui a revendiqué cet ancêtre impliqué dans l’esclavage dans un article qu’il a écrit et publié sur Jamaica Global Online, un site web jamaïcain. J’ai également pu localiser un arbre généalogique qui montre la lignée des Harris.

Lorsque j’ai publié mon premier article à ce sujet, mon récit a été contesté par Nikole Hannah-Jones, auteur du Projet 1619, et par l’historien Kevin Levin. Ni l’un ni l’autre n’ont contesté la lignée de Harris, mais ils m’ont reproché d’ignorer la pratique courante du viol sur la plantation. Ils ont sous-entendu que c’est de là que Kamala Harris tiendrait son ancêtre blanc propriétaire d’esclaves.

Mais ces deux critiques étaient trop paresseux pour vérifier la généalogie que j’ai fournie, montrant que le petit-fils du propriétaire d’esclaves, également nommé Hamilton Brown, avait épousé une femme libre d’origine africaine nommée Jessian Prince, et c’est ce couple qui a donné naissance à Christiana Brown, la grand-mère de Donald Harris et l’arrière-grand-mère de Kamala Harris. Le phénomène des viols sur la plantation n’a rien à voir avec cela.

Déçue, Nikole Hannah Jones a supprimé son tweet et Kevin Levin s’est excusé pour son attaque erronée contre moi. En fait, ils ont tous deux reconnu que mon message original était juste. Kamala Harris descend en effet en ligne droite de l’un des plus grands colons de la Jamaïque, un homme qui a donné son nom à une ville de la Jamaïque.

Alors comment Facebook peut-il prétendre que je me sois trompé ? Apparemment, Facebook s’inspire de sites de vérification des faits. J’ai décidé de consulter deux sites importants pour voir ce qu’ils disent. Politifact semble confirmer complètement mon récit, mais conclut ensuite mystérieusement : « Au final, nous n’avons pas assez de documentation. » De toute évidence, un tableau généalogique et le témoignage du propre père de Kamala Harris ne semblent pas être suffisants.

Si cela semble étrange, ce qui l’est encore plus, c’est ce que Snopes dit sur le sujet, qui vérifie exactement les mêmes preuves mais déclare alors l’affirmation « non prouvée ». Puis il ajoute ceci : « Même s’il est vrai que la famille Harris, par l’intermédiaire de Christiana Brown, descend de Hamilton Brown, ceux qui cherchent à attaquer ou à miner Harris pour les méfaits d’un homme mort il y a près de 200 ans devraient d’abord mieux comprendre l’histoire compliquée et traumatisante des familles d’origine africaine vivant aux États-Unis. »

Il s’agit, bien sûr, d’un éditorial tendancieux. Snopes semble ici protéger Harris. Ma conclusion est donc que ces sites de vérification des faits sont eux-mêmes indignes de confiance. Si la même lignée s’était appliquée à Trump, par exemple, ils auraient été plus que satisfaits de confirmer et de diffuser sa lignée d’esclavagiste.

Je ne sais pas si Facebook, en s’appuyant sur des sites de vérification des faits partisans et tendancieux, est lui-même dupé par eux, ou si Facebook a choisi de travailler avec ces sites afin qu’ils puissent fournir une couverture idéologique à Facebook en supprimant ou en signalant le contenu qui est factuel mais qui perturbe néanmoins le récit idéologiquement préféré de Facebook.

Facebook et les autres plateformes de médias sociaux affirment toujours qu’ils luttent contre la « désinformation ». Mais cette affirmation elle-même me semble être de la désinformation. Si je publie sur Facebook que 2+2=5, est-ce que je serai signalé ? Probablement pas. Et si je publie que Napoléon a gagné la bataille de Waterloo ? C’est faux, mais est-ce que je serai démonétisé pour cela ? Probablement pas.

Ce que cela signifie, c’est que Facebook ne fait pas la chasse aux erreurs ou aux fausses déclarations en soi. Il fait la chasse aux affirmations conservatrices qui nuisent au récit idéologique de la gauche. Dans le cas de Kamala Harris, le récit est qu’elle est une victime historique. En tant que femme d’origine africaine, elle est une « double victime », ayant enduré une lignée de racisme et de sexisme. L’esclavagiste Hamilton Brown gâche cette histoire de victime.

Je ne dis pas que Facebook n’a pas le droit de réguler sa propre plateforme. Je dis qu’ils le font d’une manière injuste et trompeuse. Ils prennent des faits et les traitent comme de la désinformation. Ils s’appuient sur la désinformation pour invalider des déclarations véridiques. Dans une inversion orwellienne, le mensonge devient la vérité et la vérité devient le mensonge.

Il est tragique que des plateformes qui symbolisaient autrefois la liberté et l’ouverture d’esprit soient devenues d’effrayants chaudrons de restriction, de répression et de censure. Ceux-là mêmes qui disaient qu’ils allaient nous sauver du Big Brother orwellien sont devenus Big Brother.

Dinesh D’Souza est auteur, cinéaste et animateur du podcast quotidien Dinesh D’Souza.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.