Jean-Baptiste Lemoyne: « Il y aura peut-être des assouplissements ici ou là, pour les enfants, ou pour pouvoir boire de l’eau »

Par Emmanuelle Bourdy
30 décembre 2021 22:31 Mis à jour: 31 décembre 2021 11:18

La peur de la cinquième vague a entraîné de nouvelles mesures gouvernementales, à compter de ce lundi 3 janvier 2021. L’une d’elles provoque la colère de nombreux citoyens, celle de ne plus avoir le droit de boire ou de manger dans les transports collectifs, y compris pour les trajets longue distance.

Parmi les nouvelles mesures adoptées par le gouvernement de Jean Castex le 27 décembre dernier, celle de ne plus avoir l’autorisation de consommer de boissons et d’aliments dans les transports a été adoptée et s’appliquera dès le 3 janvier 2022, rapporte France Bleu. Elle a provoqué de nombreuses réactions d’indignation sur les réseaux sociaux.

« Des assouplissements ici ou là, pour les enfants, ou pour pouvoir boire de l’eau »

Si le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a précisé que cette nouvelle mesure s’appliquera avec « pragmatisme », il n’empêche que les usagers ne pourront plus boire ou manger dans les transports collectifs, et ce, sur tous les trajets, que ce soit en avion ou en train et qu’ils soient de courte ou de longue distance. En plus d’être très controversée, cette mesure sera par ailleurs très difficile à mettre en place. De plus, « les wagons-bars seront fermés », ainsi que le ministre des Transports l’a souligné ce mardi et il faudra donc rester assis à sa place dans les transports collectifs, en prenant soin de garder son masque sur le visage durant tout le trajet.

Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre délégué chargé du Tourisme, des Français de l’étranger, de la Francophonie et chargé des Petites et Moyennes Entreprises, a précisé sur France Inter que la règle serait appliquée avec « discernement » et bon sens, stipulant qu’il « y aura peut-être des assouplissements ici ou là, pour les enfants, ou pour pouvoir boire de l’eau ». « Le virus accélère, et nous devons aussi accélérer sur tous les gestes et les mesures qui permettent de se protéger individuellement et collectivement », a-t-il encore martelé. En outre, « toute mesure sanitaire qui sera inscrite dans les textes sera susceptibles d’être contrôlée », a affirmé le ministère des Transports.

Dans quel pays vivons-nous, « en Chine ou en France ? »

Si une petite poignée d’internautes a applaudi cette mesure, estimant que certains passagers buvaient très fréquemment et profitaient de l’occasion pour retirer leurs masques, la grande majorité s’est indignée, pointant son côté liberticide.

Un internaute a déploré « les dégâts psychologiques » que cela allait causer, disant qu’ils seraient « pire » que le virus. « On vit dans un monde où il appartiendra au gouvernement de nous autoriser à boire dans le train. Ça devient dingue », « On m’aurait dit il y a deux ans que j’entendrais une telle absurdité en dehors d’un spectacle d’humoristes, je n’aurais jamais cru », se sont indignés certains.

« Pourquoi ne pas simplement boire avec une paille ? Ça permet de garder le masque », a suggéré un autre. « Toutes ces mesures grotesques ne sont pas dictées par des impératifs sanitaires, qui peut encore le croire ? Comment ont-ils pu pondre l’interdiction de boire de l’eau dans un train ?! Cela existe-t-il dans d’autres pays ? », s’est interrogé un internaute alors qu’un autre s’est demandé dans quel pays nous vivions, « en Chine ou en France ? »

Un internaute a même regretté de ne plus avoir d’enfants en bas âge car si cela avait été le cas, il les aurait « laissés crier dans le wagon pour avoir de l’eau ».


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.