L’Union soviétique a contrevenu aux règles de déversement nucléaire dans l’océan

21 juin 2017 04:25 Mis à jour: 21 juin 2017 04:25

L’Union soviétique avait déjà déversé pendant des décennies des déchets radioactifs dans la mer au moment où le bloc communiste s’est effondré en 1991, même si d’autres pays avaient abandonné cette pratique depuis le début des années 1970.

« La plupart des États nucléaires avaient des pratiques similaires avant le début des années 1970 », y compris la marine américaine, a déclaré le Dr Eugene Miasnikov, le chef du Centre pour le contrôle des armements, l’énergie et les études environnementales, selon le Moscow Times.

Au début des années 1990, un rapport russe a révélé comment l’Union soviétique violait fréquemment les règles de déversement nucléaire et dissimulait les faits. Ce n’était pas de faibles quantités : les Soviétiques ont déversé deux fois le total combiné de 12 autres États nucléaires.

En 1972, l’Union soviétique faisait partie de la Convention de Londres, un accord international interdisant le déversement nucléaire dans l’océan, signé par 89 pays. Les Soviétiques n’ont jamais respecté l’accord.

Le New York Times, en se basant sur le rapport russe, a rapporté en 1993 que l’ancien bloc communiste a déversé environ 2,5 millions de curies (ancienne unité de radioactivité) de déchets radioactifs, dont 18 réacteurs nucléaires provenant de sous-marins. À titre de comparaison, tous les États nucléaires combinés ont déversé environ 1,24 million de curies de 1946 à 1982.

L’héritage nucléaire soviétique pourrait devenir une catastrophe mondiale.


Struan Stevenson

Il y a quelques années, le gouvernement russe a confirmé que 2 sous-marins, 14 réacteurs nucléaires, 19 navires contenant des déchets radioactifs, environ 17 000 conteneurs renfermant des déchets radioactifs et environ 735 autres pièces de machines lourdes contaminées ont été jetés dans l’océan, selon un rapport. La majeure partie a été jetée dans la mer de Kara, que le Times a décrite comme la « plus grande décharge nucléaire connue au monde ».

Le sous-marin K-27, qui a été abandonné dans la mer de Kara en 1982 après qu’on eut tenté de stabiliser ses réacteurs pendant une décennie, est un cas particulièrement préoccupant. Décrit comme une « bombe nucléaire à retardement », le sous-marin pourrait provoquer une « réaction en chaîne incontrôlée », libérant des quantités massives de radiation et créant un Tchernobyl sous-marin. Des experts ont pressé le gouvernement russe de récupérer l’épave d’urgence.

« L’héritage nucléaire soviétique pourrait devenir une catastrophe mondiale », a déclaré Struan Stevenson, l’eurodéputé conservateur pour l’Écosse. « Ce serait une grave erreur de penser que ce problème se trouve dans un pays lointain que nous connaissons peu et que, par conséquent, il ne peut y avoir d’impact sur les pays occidentaux. C’est un problème environnemental généré par l’homme et d’importance mondiale », a-t-il ajouté.

Les experts disent que les navires et les sous-marins nucléaires finiront par se décomposer à un tel point que les déchets se libéreront. Thomas Nilsen, rédacteur en chef du Barents Observer, déclare : « Compte tenu de la radioactivité, on pourrait dire qu’un seul compartiment de réacteur avec du combustible nucléaire usé contient beaucoup plus de radioactivité que tous les milliers de conteneurs combinés », selon The Moscow Times.

Décrit comme une « bombe nucléaire à retardement », le sous-marin pourrait provoquer une « réaction en chaîne incontrôlée », libérant des quantités massives de radiation et créant un Tchernobyl sous-marin.

Pour l’instant, les déchets radioactifs que les Soviétiques ont déversés restent fermement scellés dans leurs récipients, selon Nilsen. Cependant, il a prévenu que « tôt ou tard, la radiation s’échappera ».

On estime que le communisme a tué au moins 100 millions de personnes, bien que ses crimes ne soient pas recensés et que cette idéologie persiste toujours. Epoch Times tâche d’exposer l’histoire et les croyances de cette doctrine, qui a servi de base à la tyrannie et à la destruction des peuples depuis son émergence.

Version originale : Soviet Union Dumped Nuclear Submarines, Radioactive Waste Into the Ocean Despite Ban

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.