Une mère et sa fille qui faisaient le trafic d’un bébé de 2 ans du Mexique vers les États-Unis pourraient être condamnées à 15 ans de prison

Elles ont présenté un certificat de naissance de leur petite-fille pour transférer cet autre bébé illégalement en échange d'argent
Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
30 octobre 2019 20:59 Mis à jour: 30 octobre 2019 20:59

Le 25 octobre, le grand jury fédéral du secteur de Rio (Texas, États-Unis) a inculpé une mère et sa fille pour avoir fait entrer illégalement aux États-Unis un bébé migrant de 2 ans sans lien de parenté avec elles, en provenance du Mexique, comme si elle était leur petite-fille. Elles avaient l’intention de recevoir une récompense en argent en échange de la fillette. Toutes deux pourraient purger une peine d’environ 15 ans de prison.

« La protection des enfants innocents doit être la priorité numéro un de notre système de sécurité frontalière. Ce bureau est prêt à poursuivre toute personne qui commet un crime fédéral qui nuit à un enfant », a déclaré le procureur fédéral John F. Bash, selon le bureau du procureur du district Ouest du Texas.

La mère, Aida Martinez, âgée de 42 ans, résidente d’Eagle Pass, au Texas, et sa fille Aida Rodriguez, 20 ans, citoyenne américaine vivant à Piedras Negras, dans l’État de Coahuila, au Mexique, sont arrivées par le port d’entrée d’Eagle Pass avec le bébé sans papiers, en présentant frauduleusement le certificat de naissance véritable de la fille de Mme Rodriguez.

Après que les deux femmes sont entrées sur le territoire américain, les autorités fédérales et les autorités des États les ont arrêtées alors qu’elles se dirigeaient vers le nord sur la route 57 près de Batesville, au Texas. Les autorités ont récupéré le bébé de mère inconnue jusqu’à maintenant.

Des immigrants d’Amérique centrale attendent d’être transportés après avoir été détenus par des agents de patrouille frontalière le 8 décembre 2015 près de la ville de Rio Grande, au Texas. (John Moore/Getty Images)

« Les accusées ont d’abord fait des déclarations contradictoires aux enquêteurs, mais elles ont ensuite admis qu’elles avaient l’intention d’emmener la petite fille chez des inconnus à San Antonio, de percevoir le paiement pour la fillette et de rendre l’argent à des conspirateurs à Piedras Negras », indique le rapport du procureur.

Selon le dossier judiciaire, les événements se sont produits le 23 septembre. Depuis cette date, toutes deux sont demeurées sous garde fédérale, tandis que le bébé a été confié aux soins du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Mme Martinez et sa fille Aida ont été accusées de complot ; elles font face à une autre accusation pour avoir emmené un étranger aux États-Unis et à une troisième accusation pour avoir fait une fausse déclaration à un agent fédéral.

Si elles sont reconnues coupables, elles risquent toutes deux jusqu’à 10 ans de prison fédérale pour complot, entre trois et 10 ans de prison fédérale pour trafic humain et jusqu’à cinq ans de prison fédérale pour fausse déclaration, selon le document.

« De toutes les personnes exploitées par les passeurs, les enfants sont les plus vulnérables », a déclaré Raul L. Ortiz, chef de patrouille du secteur Del Rio, selon le bureau du procureur général.

« Grâce aux efforts de coopération entre les Enquêtes de sécurité nationale (HSI) et la patrouille frontalière, cet enfant a été retiré d’une situation dangereuse et a été correctement pris en charge », a-t-il ajouté.

L’agent spécial responsable de HSI, Shane Folden, a déclaré au tribunal que « le message du HSI est clair : notre priorité est de protéger les enfants ».

« HSI continuera à travailler avec la police des frontières afin d’identifier et démanteler les organisations criminelles qui utilisent la fraude pour passer des enfants en contrebande », a-t-il ajouté.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.