Le parcours d’une danseuse de Shen Yun : de la peur à la compassion

Par Catherine Yang
28 décembre 2019 10:44 Mis à jour: 2 avril 2021 13:01

MIDDLETOWN, New-York – Angela Xiao est ce qu’on pourrait appeler une surdouée. Les mouvements de danse difficiles et les nouvelles séquences élaborées lui viennent facilement, souvent du premier coup.

Pendant longtemps, elle n’y a pas beaucoup réfléchi, dit-elle ; c’est une personne qui surfe sur la vague. Mais au cours des dernières années, elle a découvert que sous le vernis de la désinvolture se cachent diverses craintes. Et afin de passer au niveau supérieur sur le plan artistique, elle devait les affronter.

« On doit faire de son mieux », dit Angela. « La meilleure façon d’aborder les choses est, pendant le processus, d’essayer de faire de son mieux, et ensuite quel que soit le résultat, de le regarder à la légère. »

« Souvent, il est assez facile de faire le contraire – vous pensez aux résultats, mais vous ne considérez pas le processus autant », dit Angela.

Angela s’est produite pendant de nombreuses années avec Shen Yun Performing Arts, la première compagnie de danse classique chinoise qui a pris d’assaut le monde au cours de la dernière décennie. La danse lui est venue facilement et naturellement, alors elle n’y a pas beaucoup réfléchi.

« En fait, quand j’étais beaucoup plus jeune, j’aimais le piano. Mais un jour, le piano de notre maison a disparu, et mes parents m’ont demandé : ‘Tu veux danser ?’ Alors j’ai commencé à prendre des cours de danse chinoise », dit Angela. Elle s’y est mise presque sans effort, alors poursuivre la danse professionnellement est aussi devenu une décision facile. Peu de gens peuvent en dire autant de ce domaine très spécialisé.

La danse classique chinoise est une forme d’art dont les racines sont profondes de 5 000 ans, avec un ensemble complet de mouvements et sa propre esthétique et méthodologie culturelle. Elle est au même niveau que le ballet en termes de système de danse complet.

Angela Xiao en train d’exécuter la partie technique de la compétition de danse de NTD. (Dai Bing)

Angela a grandi avec des histoires sur l’histoire et le mythe de la Chine ancienne, et faire partie de Shen Yun signifiait qu’elle était immergée dans ces histoires. Elle aime les scènes infiniment belles qu’elle fait vivre par la danse. Les cours majestueuses, les grands palais impériaux – ils sont pour elle comme une seconde maison. Mais il lui a fallu un peu de courage pour pouvoir exprimer ce monde à travers son art.

Angela se souvient de ses débuts de danseuse avec un bref moment de gêne qui est vite balayé par une humilité honnête. Elle se souvient d’avoir été embarrassée lorsqu’elle a appris qu’elle devait vraiment interpréter. Seule sur scène, elle incarnait la Bodhisattva Guanyin, connu comme la déesse de la miséricorde. L’instructrice lui a reproché de ne pas exprimer cette compassion éthérée associée à la divinité, alors qu’elle se demandait ce qu’une danseuse comme elle savait de la miséricorde céleste.

« Je pensais juste que j’étais tellement gênée », dit Angela. « Avec le temps, j’ai réalisé qu’interpréter un personnage est facile. … Il faut toujours penser à comment être encore plus le personnage. »

C’était la première de ses craintes qu’elle allait affronter. D’une certaine façon, être égocentrique provient aussi de la peur, selon Angela. C’est facile quand on est égocentrique de se sentir incapable de faire quelque chose, ou de se préoccuper de ce que les autres vont penser de soi. Réalisant cela, elle a également dû faire face au fait que parce que la plupart des mouvements venaient facilement, elle écartait simplement ceux qui ne venaient pas. Elle a dû faire face à des pensées contre-productives, s’accepter, et ensuite faire pression pour apporter des changements fondamentaux.

« C’est la raison pour laquelle on ne peut pas améliorer certaines choses », dit-elle. Depuis, elle a découvert que « vous apprenez plus quand vous vous considérez comme une feuille blanche. »

Du fond du cœur

Le fait de faire partie d’une communauté de pairs qui recherchent également l’excellence dans leur métier, avec des instructeurs et des personnes qui les soutiennent, a changé la façon dont Angela pensait à tout.

« Quand on est vraiment absorbé par ce à quoi on pense tout le temps, on ne réalise pas vraiment ce que les autres ont fait pour nous, toute l’aide et le soutien que nous nous donnons les uns aux autres », dit-elle.

Quand elle s’est sentie mal à l’aise et embarrassée la première fois qu’elle a dû interpréter un personnage, c’est parce qu’elle se sentait seule. « Mais même si tu fais quelque chose par toi-même, il y a toujours des gens qui te soutiennent, derrière toi. Tu ne seras pas vraiment seule. Et… il ne s’agit pas de toi. »

Reconnaissant la communauté qui l’entourait, Angela a commencé à s’identifier non seulement à ceux qui l’entouraient mais aussi aux personnages de son métier.

Cela a été une partie satisfaisante de sa croissance. Pour Angela, l’empathie et l’imagination sont la clé pour faire revivre les personnages anciens, mythiques et de l’autre monde.

Angela Xiao dans la compétition de danse NTD. (Dai Bing)

« Vous devez prendre en considération le personnage que vous incarnez et la signification réelle de chaque mouvement », a-t-elle dit. Le même geste de la crosse lorsqu’il est exécuté par un sage taoïste n’aura même pas l’air d’être le même mouvement lorsqu’il est exécuté par une dame. « Il est très important de pouvoir comprendre ce que vous essayez de dire et ce que vous voulez représenter. Votre imagination est importante. Vous devez penser à ce que vous devez ressentir. »

Mais la chose la plus importante pour elle en tant qu’artiste est « de danser avec son cœur », a-t-elle dit.

Par cela, Angela veut dire qu’elle met tout son cœur dans tout, car pour pouvoir présenter quelque chose d’édifiant et de beau sur scène, il faut l’incarner en quelque sorte. Il y a un élément de pureté dans tout cela, dit-elle, et elle essaie de le garder dans son cœur.

La danse classique chinoise consiste à donner vie au monde intérieur des personnages, a dit Angela. C’est l’aspect le plus unique de cet art, et celui qui prend le plus de temps à saisir. Rien ne peut être simulé.

« La danse est quelque chose où on ne peut pas se cacher », a-t-elle dit. « Pour chaque personne, votre personnalité se montre sur scène, peu importe comment vous essayez de la cacher. »

« J’ai l’impression qu’il y a beaucoup à apprendre. Il y a toujours quelque chose à découvrir », dit Angela.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.