Une petite commune normande adopte 4 chèvres naines pour débroussailler des terrains communaux

Par Nathalie Dieul
23 septembre 2022 12:30 Mis à jour: 23 septembre 2022 12:30

À Épaignes dans l’Eure, la mairie préfère que les employés communaux s’occupent des chèvres plutôt qu’ils débroussaillent les terrains communaux avec de la machinerie. Ce sont désormais les caprins qui mangent les végétaux.

Ce n’est pas la première expérience caprine et écolo à Épaignes, une petite commune normande de 1500 habitants. La mairie avait déjà fait des essais avec une grande chèvre qui se sauvait et un bouc qui sentait mauvais. Ils ont été donnés à une ferme et ont été remplacés le 22 août 2022 par quatre adorables chèvres naines âgées d’environ cinq mois, rapporte le journal local L’Éveil.

Les employés municipaux passent au moins une fois par jour s’occuper des nouvelles recrues – deux femelles et deux mâles castrés – et même parfois deux fois par jour parce que c’est une tâche agréable. De leur côté, les quatre chèvres, habituées à l’homme, entretiennent les terrains communaux avec plaisir.

« Elles sont avides de caresses »

Les habitants de la commune, en particulier les enfants, sont les bienvenus à aller voir les chèvres à travers le grillage quand ils le veulent.

Il y a toutefois une condition. « On leur demande de ne pas les nourrir, car le pain est très mauvais pour elles », demande la maire, Marie-Paule Leblanc. « Par contre, elles sont avides de caresses. »

Les petits bêlements de ces animaux nains ne devraient pas déranger les riverains. Au contraire, cette méthode écolo est probablement beaucoup plus agréable pour tous que les bruits des machineries qui effectuaient les mêmes tâches que les petites chèvres.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.