«Tu n’as jamais quitté mon cœur» : après 75 ans, un ancien combattant américain du jour J renoue avec sa dulcinée, une Française

Par Epoch Times
16 juin 2019 02:28 Mis à jour: 12 juillet 2019 20:32

Un ancien combattant américain de la Seconde Guerre mondiale et son ancienne petite amie française ont été réunis après 75 ans, alors qu’il se rendait sur les lieux pour commémorer le débarquement de Normandie.

Les deux s’étaient mariés, avaient des enfants et avaient vu mourir leur conjoint, mais ne s’étaient jamais oubliés.

K.T. Robbins, maintenant âgé de 97 ans, est autrefois tombé amoureux d’une Française de 18 ans, Jeannine Ganaye (maintenant Jeannine Pierson), alors qu’il était en poste avec son régiment à Briey, dans l’Est de la France.

Deux mois plus tard, il est envoyé en première ligne et leurs chemins ne se croisent plus jusqu’à ce qu’un documentariste français organise une réunion surprise alors que M. Robbins revient en France à l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement du jour J.

« Je t’ai toujours aimée », a dit K.T. Robbins à Jeannine Ganaye, lorsqu’il l’a vue pour la première fois en plus de sept décennies dans une maison de retraite de la Moselle, dans l’est de la France. « Tu n’es jamais sortie de mon cœur. »

Bien que les deux langues parlées soient différentes, les retrouvailles émouvantes filmées par France 2, n’ont nécessité que peu de traduction, et le lien entre les deux ne semble pas s’être rompu au fil des ans.

S’adressant à l’un des cinéastes en français, Mme Jeannine a répondu : « Il a dit qu’il m’aimait. J’ai compris ça. »

Ensuite, K.T. Robbins a sorti la photo de la jeune Jeannine de sa veste, qu’il avait gardée depuis le début.

« C’est incroyable », dit-elle.

K.T. Robbins avait montré la même photo à des journalistes français de retour aux États-Unis, où ils tournaient un documentaire sur les anciens combattants du jour J aux États-Unis. M. Robbins a dit qu’il aimerait la revoir, mais qu’il pensait qu’elle n’était plus en vie.

Des recherchistes du documentaire ont discrètement retracé Jeannine Ganaye (Pierson) dans une maison de retraite française et lui ont donné rendez-vous avec K.T. Robbins, lequel n’était au courant de rien que jusqu’à ce qu’il soit en route pour la France.

« Pouvez-vous le croire ?! », dit-il en embrassant la journaliste.

K.T. Robbins s’était enrôlé dans la 26e division d’infanterie, première division en 1940, après s’être porté volontaire pour servir dans un bataillon d’approvisionnement, notamment à la boulangerie, selon The Irish Post.

Il est retourné dans le Mississippi après la guerre, où il a rencontré la femme qui devient son épouse pendant 70 ans. Elle est décédée il y a quatre ans.

Jeannine Ganaye devient Mme Pierson en 1949, et devient mère de cinq enfants.

Elle a dit qu’elle se souvenait encore du jour où M. Robbins est parti.

« Quand il est parti dans le camion, j’ai pleuré, bien sûr, j’étais très triste. J’aurais aimé qu’après la guerre, il ne retourne pas en Amérique. »

À la fin de la guerre, elle a même appris quelques phrases de base en anglais dans l’espoir que M. Robbins reviendrait.

« C’est une petite histoire dans la grande histoire », a dit l’une des enfants de Mme Pierson, née Ganaye, rapporte Franceinfo.

L’affection entre les deux est évidente dans le documentaire, car ils s’embrassent tendrement à maintes reprises.

Alors qu’ils faisaient leurs adieux, les deux ont dit qu’ils espéraient se revoir.

Ce documentaire émouvant a fait pleurer une présentatrice belge, l’obligeant à s’arrêter une seconde pour se ressaisir avant de présenter le prochain sujet.

Au cours de leurs retrouvailles émotionnelles, Mme Jeannine Ganaye Pierson a demandé à K.T. Robbins pourquoi il n’était jamais revenu, ni n’avait jamais pris contact.

« Eh bien… vous savez, une fois marié, on ne peut plus le faire », dit-il.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.