Twitter suspend un médecin pour avoir partagé une étude montrant que le vaccin de Pfizer a un impact sur le liquide séminal

Par Zachary Stieber
25 juin 2022 20:32 Mis à jour: 26 juin 2022 13:24

Twitter a suspendu le compte d’un médecin ayant partagé une étude montrant que les hommes vaccinés contre le Covid-19 avec Pfizer présentent un taux de liquide séminal plus faible et une diminution du nombre de spermatozoïdes mobiles.

Le Dr Andrew Bostom, du Centre de soins de santé et de prévention de l’Université Brown, a partagé cette étude le 19 juin.

Twitter a informé le Dr Bostom que cette publication violait sa politique contre la « diffusion d’informations trompeuses et potentiellement dangereuses sur le Covid-19 », selon un message examiné par Epoch Times. Le compte du Dr Bostom a été suspendu à cause de cette publication.

« Cela semble s’inscrire dans le cadre d’une politique globale destinée à réduire au silence les discussions ouvertes », a déclaré le Dr Bostom à Epoch Times.

Twitter n’a pas répondu à une demande de commentaire.

La publication du Dr Bostom comportait un lien vers l’étude israélienne qui repose sur des travaux réalisés sur le liquide séminal et les spermatozoïdes d’hommes ayant reçu une ou deux doses du vaccin Pfizer.

L’étude a été publiée en ligne avant d’être diffusée dans la revue Andrology.

Les chercheurs ont constaté que les hommes présentaient des niveaux de concentration du liquide séminal plus faibles et un nombre inférieur de spermatozoïdes après avoir été vaccinés.

Selon eux, les problèmes ont été résolus au bout de 150 jours, mais les chiffres présentés dans l’article suggèrent en réalité le contraire. Les auteurs ont indiqué que les valeurs « n’ont pas atteint le seuil de signification statistique ».

Dans son article, le Dr Bostom a écrit que la primo-vaccination par le vaccin Pfizer « affecte temporairement la concentration de sperme et le nombre total de spermatozoïdes chez les donneurs de sperme, avec une remontée apparente au bout d’environ 5 mois, mais il n’y a aucune donnée quant à l’effet d’un rappel vaccinal ».

« Les rappels entraînent-ils une nouvelle baisse ? »

« J’ai en quelque sorte compris ce qu’ils ont vraiment montré, à savoir que certaines des mesures, qu’il s’agisse du nombre ou de la motilité, restaient faibles », a déclaré le Dr Bostom à Epoch Times. « Et j’ai utilisé leur terminologie… Je n’ai rien fait pour accentuer leurs résultats ».

Les auteurs ont précisé qu’ils avaient exclu les hommes qui avaient reçu un rappel.

« J’ai juste fait remarquer que si ce phénomène se produisait lors de la première série de vaccinations, si l’on reprenait ces individus, que l’on disposait des informations sur les donneurs de sperme après un rappel, on pourrait constater une nouvelle période de déclin. Peut-être seraient-ils davantage affectés – qui sait ? Seraient-ils moins affectés ? L’effet durerait-il plus longtemps ? Nous n’avons tout simplement pas de données à ce sujet », a déclaré le Dr Bostom. « C’est donc la seule autre remarque que j’ai faite dans mon tweet – à savoir que nous ne savons tout simplement pas quel pourrait être l’effet des rappels. Je ne comprends pas pourquoi le sujet a suscité tant de réactions. »

Une autre personnalité au moins a partagé l’étude sans être sanctionnée.

Le Dr Peter McCullough, cardiologue, a partagé sur Twitter une capture d’écran de l’article d’Epoch Times sur les résultats de l’étude, ainsi qu’une image tirée de l’étude montrant que la concentration du sperme et le nombre de spermatozoïdes des hommes demeuraient inférieurs lorsqu’ils étaient analysés 150 jours ou plus après l’administration du vaccin.

« L’utilisation sans discernement plutôt que le déploiement d’un produit biologique expérimental ciblé et structuré en fonction des risques a donné lieu à une myriade de préoccupations. Ne jamais utiliser à grande échelle un tout nouvel agent biologique expérimental auprès d’une large population sans évaluation des risques », écrit le Dr McCullough. « Utilisé à outrance, ce produit a suscité des inquiétudes pour les jeunes hommes. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.